Nantes : projet aéroport Notre-Dame-des-Landes : un choix de société

Publié le par dan29000

 

 

 

Notre Dame des Landes, un choix agricole, un choix de société : Résistance au projet de nouvel aéroport !

par le Collectif national de lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes


 

 

 

 

Le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) engloutirait 2000 hectares de terres aujourd’hui largement dédiées à l’agriculture. En lieu et place d’une zone bocagère d’élevage laitier (12 millions de litres de lait par an, aux portes de Nantes) s’étendraient pistes, parking et quatre-voies.

La société est de plus en plus demandeuse d’une agriculture locale de qualité. Les AMAP (Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) se développent. Les promoteurs du projet eux-mêmes le reconnaissent puisqu’ils communiquent sur un projet d’AMAP à destination des salariés, à deux ans du démarrage prévisionnel des travaux, dans un bel effort de green-wasching.

Les grandes villes dépendent de plus en plus de sources alimentaires délocalisées. Des régions européennes et dans le monde se spécialisent dans une agriculture industrielle à destination de marchés lointains. Le réchauffement climatique et la crise énergétique qui se profilent remettent en cause dangereusement ce modèle. Les populations doivent décider de politiques agricoles européenne et locale qui permettent de repenser la production alimentaire et de rapprocher les zones de production des zones de consommation. Et cela à leur profit et non pas à celui des groupes agro-alimentaires mondialisés.

A cette urgence, les promoteurs du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes répondent par plus de capacité de transport longue distance.

Le développement économique qu’ils promettent commencera par la destruction de 47 exploitations agricoles, d’une centaine d’emplois directs et de 600 emplois indirects, alors que l’agriculture peut redevenir une source d’emplois pour l’avenir.

16,5% des terres de Loire-Atlantique sont déjà bétonnées et l’artificialisation y progresse plus vite qu’ailleurs. Accélérer ce mouvement, comme les dirigeants socialistes du Grand Ouest l’ont choisi, est tout bonnement irresponsable.

Le rassemblement des 8, 9 et 10 juillet 2011 sur les terres de Notre-Dame-des-Landes permettra d’affirmer l’opposition à ce projet d’un autre siècle et à promouvoir d’autres choix de société, une société consciente de la richesse de notre agriculture locale.

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 03/06/2011 08:01



Bien évidemment qu'il vaudrait mieux conserver ces 47 exploitations agricoles plutôt que de faire un nouvel aéroport à Nantes ... d'autant que ça permettrait
de mettre en place 600 emplois indirects ... 


Il n'y a même pas à réfléchir sur la question ... c'est carrément évident ...


J'espère que le rassemblement de juillet 2011 sur les terres de Notre-Dame-des-Landes permettra de convaincre à aider l'agriculture locale
...