Nantes : un "nouveau Larzac" face à Jean-Marc Ayrault

Publié le par dan29000

Un "nouveau Larzac" sous les pieds de Jean-Marc Ayrault

LE MONDE

Par Anne-Sophie Mercier

 
Michel Tarin, dans sa caravane à Nantes, après 21 jours de grève de la faim contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Il y a presque trois semaines, ils ont tranquillement installé leur tente au cœur de Nantes, garé leurs caravanes à proximité, amené quelques moutons bêlants et sautillants, histoire de bien attirer l'attention. Délocaliser la lutte, ne pas se laisser enfermer dans le bocage nantais, donner à leur combat une dimension nationale : les paysans opposés à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), dont certains entament leur vingtième jour de grève de la faim, n'ont jamais oublié cette règle et n'ont pas l'intention de baisser les bras.

Huit des dix candidats à l'élection présidentielle - à l'exception notable de François Hollande et Nicolas Sarkozy - se sont prononcés pour l'arrêt des travaux, jolie victoire pour un groupe qui se bat depuis... la fin des années 1960. Leur présence est un caillou dans la chaussure de François Hollande et du maire PS de Nantes, Jean-Marc Ayrault, un des proches du candidat socialiste. Le meeting prévu à Nantes entre les deux tours de l'élection a été annulé sans explication. Il va de soi que les opposants au projet s'y seraient manifestés.

Que demandent-ils ? L'arrêt des expropriations des paysans, qui devraient tous avoir quitté le territoire du futur aéroport le 31 décembre 2012, le temps, disent-ils, que "le droit parle". Des recours ont été déposés devant le Conseil d'Etat et devant la Cour européenne des droits de l'homme, aussi bien contre la déclaration d'utilité publique (DUP) du projet que sur les arrêtés d'expulsion des paysans.

"DOSSIER SYMBOLIQUE"

Interrogé par Le Monde, Jean-Marc Ayrault estime que "la phase de discussion est close". Michel Tarin, un des grévistes de la faim et ancien du Larzac, qui mène la lutte depuis des décennies, n'a pourtant jamais rencontré M. Ayrault. "Le dialogue, le vrai, n'a jamais eu lieu, estime-t-il. C'est très singulier, cette obstination, et c'est un dossier très symbolique pour la gauche. Si elle ne parvient pas à le gérer après le 6 mai, cela signifie qu'elle est incapable de dialoguer avec la société civile, qu'elle est incapable de changer de mode de gouvernance, et cela augure mal de la suite", analyse le député européen José Bové, très présent aux côtés des opposants depuis des années.

C'est bien deux visions de la société qui s'affrontent à Notre-Dame-des-Landes. D'un côté Jean-Marc Ayrault, prototype du maire bâtisseur, volontariste et ambitieux, qui veut construire un "aéroport du Grand-Ouest" pour des vols transatlantiques, et parle toujours d'"avancer", parce que "c'est le rôle d'un responsable politique digne de ce nom". De l'autre, un collectif de paysans ou de personnalités formés dans les luttes contre l'Etat ou l'autorité locale, sans chef identifié, fonctionnant au téléphone et à Internet. Ils sont épaulés par des jeunes qui occupent les maisons désertes acquises, il y a des décennies, par le conseil général de Loire-Atlantique en vue des travaux. Ils vivent là, y font pousser fruits et légumes, et travaillent en coordination étroite avec les paysans. Leur présence permet d'empêcher Vinci, désigné pour effectuer les travaux, d'occuper le terrain.

Deux visions de la société, deux façons d'envisager la démocratie, aussi. "Les citoyens ont le pouvoir du bulletin de vote", tranche M. Ayrault, qui souligne qu'il est réélu depuis 1989, en dépit des opposants, et que les conseils régional et général n'ont pas été mis en minorité sur ce dossier. "Les procédures qui ont été suivies datent d'un autre âge", estime Michel Tarin tandis que José Bové parle de la lutte éternelle du "pot de terre contre le pot de fer".

Deux agriculteurs, Michel Tarin (à gauche) et Marcel Thébault (à droite) posent devant un tracteur en face de la préfecture, le 12 avril 2012 à Nantes, alors qu'ils ont entamé une grève de la faim pour protester contre le futur aéroport nantais de Notre-Dame-des-Landes.

RELAIS AUPRÈS DES GRÉVISTES DE LA FAIM 

Le groupe est resté soudé, encouragé par les anciens du Larzac, qui sont venus les 25 et 26 avril. Le pouvoir peut vaciller, même quand il paraît insubmersible, ont rappelé les anciens. Ils ont raconté que François Mitterrand élu leur avait donné raison alors que les expropriations étaient terminées, et les chèques aux derniers paysans en voie d'encaissement. Les liens entre les deux terrains de lutte sont anciens et profonds. "Ils sont venus nous épauler lors de notre grand rassemblement en 1973, alors on ne les laissera pas tomber", prévient José Bové.

Pour beaucoup, Notre-Dame-des-Landes a fait figure d'université populaire. "Les paysans sont devenus de fins juristes, les militants sont devenus de sacrés organisateurs", raconte Pierre Giroire, un retraité impliqué dans cette cause.

A Nantes, paysans et militants se relaient auprès des grévistes de la faim. Dans la tente, sont affichés les numéros de téléphone, les dates des futures mobilisations. Les Nantais entrent en famille, se renseignent, en repartent souvent ébranlés. Assis dans une petite caravane, Michel Tarin rappelle qu'il lutte "pour tous les sans-terre du monde". Dès qu'un gréviste de la faim s'arrête pour raison de santé, un ou une autre le remplace. "On vient d'être rejoints par une femme qui vient du Morbihan. Elle a mis sept ans à trouver une terre pour s'installer, c'est une combattante". A 64 ans, Michel Tarin, qui n'a bu que de l'eau depuis près de trois semaines, raccompagne les visiteurs sans montrer la moindre faiblesse. Un large sourire : "On gagnera." Cela fait quarante ans qu'il se bat.

Anne-Sophie Mercier

Publié dans environnement

Commenter cet article