Nîmes / Sahel, sans-papiers, arrêté, insulté, frappé au CRA

Publié le par dan29000

Une enquête est en cours après une plainte déposée contre des policiers du centre de rétention administrative (Cra) de Nîmes, par Sahel, un jeune retenu âgé de 23 ans. Samedi, M e Cynthia Galli, l'avocate de ce garçon placé au Cra, a expliqué que son client, après une discussion avec des amis, « a été insulté puis frappé par des policiers dans la nuit du 4 au 5 octobre ».
Un médecin et un expert ont examiné le jeune homme et auraient constaté des traces des coups sur le visage ou l'abdomen. Selon nos informations, cet épisode aurait été enregistré par la vidéosurveillance du Cra. Après avoir déposé une plainte auprès du chef du centre, Sahel a été entendu, samedi matin, au commissariat de Nîmes.
De son côté, la préfecture a indiqué que le procureur avait été informé de cette plainte et l'Inspection générale de la police saisie. « Ces violences policières sont très graves », a déclaré M e Galli qui assistait Sahel, samedi, devant le juge des libertés et de la détention (JLD) pour une demande de prolongation de sa rétention. L'avocate a rappelé que depuis le dépôt de cette plainte, son client craignait d'être maintenu au Cra nîmois et réclamait, dans ce cas, d'être placé dans un autre centre.
Né d'une mère française partie vivre en Algérie et d'un père algérien, rappelle son avocate, Sahel est aujourd'hui sans papiers. Il a fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français mais n'a pas été reconnu par l'Algérie, le Maroc et la Tunisie. Depuis plusieurs mois, le jeune homme alterne donc les interpellations, les séjours en Cra et lorsqu'il est remis en liberté, les tentatives pour régulariser sa situation. Samedi, le JLD a ordonné sa remise en liberté en raison notamment de cette situation complexe. « Le juge a rappelé en outre qu'une plainte avait été déposée par mon client pour des faits compatibles avec le certificat médical présenté, reprend M e Galli. Pour ces raisons, son séjour au Cra était incompatible avec sa sécurité personnelle. ». Le parquet a fait appel de cette décision. Sahel a donc été reconduit au Cra de Nîmes. Son avocate tentera aujourd'hui devant la cour d'appel de Nîmes d'obtenir sa remise en liberté.

Source : Midi libre

Publié dans actualités

Commenter cet article