Nîmes : toujours la chasse aux habitations alternatives !

Publié le par dan29000

 

Nîmes Les occupants d’une yourte devant la justice

CATHY ROCHER
Selon le tribunal d’Avignon, les deux yourtes ne sont pas des constructions.
Selon le tribunal d’Avignon, les deux yourtes ne sont pas des constructions. (© D.R)

Amidou et Stéphanie Château, parents de deux enfants, sont éleveurs et vivent dans deux yourtes à Lagnes dans le Vaucluse sur un terrain qu’ils louent. Un choix de vie non conventionnel qui, depuis quelque temps, est montré du doigt et s’est attiré les foudres du législateur.

Amidou Château est convoqué vendredi prochain devant la chambre correctionnelle de la cour d’appel de Nîmes. On lui reproche "d’avoir exécuté des travaux non autorisés sans avoir obtenu au préalable un permis de construire pour les deux yourtes visées et une infraction aux dispositions du plan d’occupation des sols".

Relaxé en première instance

Une première fois, en septembre dernier, le tribunal correctionnel d’Avignon avait relaxé Amidou Château. Le magistrat avait alors relevé que les yourtes n’étaient pas devenues des constructions, "qu’aucun élément du dossier n’établissait la présence d’équipement intérieurs fixes, rattachés à la yourte et au sol, ou encore de branchement et élément fixe dont l’enlèvement affecterait l’ouvrage ou le sol". Ou encore que "les yourtes implantées sur la parcelle agricole étaient en relation avec une activité agricole".

"Nous sommes des chevriers et des éleveurs inscrits à la MSA, confirment Amidou Château. Si nous vivons dans une yourte, c’est par nécessité mais aussi notre choix." Un choix de vie qui permet au couple de produire une grande partie de son alimentation, son électricité (avec des panneaux solaires), d’utiliser l’eau du puits, des toilettes sèches... "le tout dans un souci constant de l’écologie".

Amidou et Stéphanie Château assurent qu’ils avaient obtenu l’accord verbal du maire. Alertée, la direction départementale des territoires du Vaucluse a dressé un procès-verbal transmis au parquet d’Avignon. "Notre installation est légitime, poursuit Amidou sur internet. Nous trouvons une solution à la précarité de l’habitat, devenu rare et cher... Nous réhabilitons des terres à l’abandon."

Pour contacter la famille Château : chanteperdrix84@gmail.com 

À Belvezet aussi

À Belvezet près d’Uzès, Marie et Thierry Laurent, agriculteurs vendant directement leurs produits sur les marchés, ont installé deux yourtes sur leur terrain. La maire a demandé à ce que les installations (yourtes, cabanon à usage de toilette sèche, caravane) soient retirées. Le 1er février 2012, le tribunal de Nîmes statuant en référé a débouté la commune. Le tribunal a noté que « Belvezet, certes n’est pas en Mongolie » et « qu’aucun élément de preuve ne vient combattre la définition de “tente”, ce d’autant qu’aucune installation fixe (toilettes, réseaux) ne vient arrimer cette yourte au sol de façon inamovible. »

 

 

Source : MIDI LIBRE

Publié dans environnement

Commenter cet article