No TAV, Val Susa : assaut sur le chantier-fortin de Chiomonte

Publié le par dan29000

[No Tav - Val Susa] Assaut sur le chantier


Nouvel assaut cette nuit de militants No Tav sur le chantier-fortin de Chiomonte. Une centaine de personnes ont pénétré dans la zone en coupant les grillages, détruit une tour d’éclairage et dégradé plusieurs engins.


La confusion régnait parmi les forces de l’ordre : les No Tav ont non seulement pu agir sans être gênés, mais ils ont aussi réussi à repousser et à faire fuir un blindé qui cherchait à bloquer l’action contre le chantier. Quand celle-ci fut complètement terminée, la police a arrêté – dans des circonstances encore peu claires – deux activistes No Tav de la vallée.

 


chantier chiomonte

Le mouvement ne s’arrête pas – solidarité avec Cristian et Emanuele.

Le mouvement ne s’arrête pas, et, dans sa totalité, il assume la responsabilité de l’action du vendredi 8 février contre le chantier de la Clarea. Une action qui n’est ni la première, ni la dernière ; une résistance qui continuera jusqu’à ce qu’il ne reste ni murs, ni grillages, ni chantiers.

Pour imposer ce grand chantier destructeur et toujours plus insoutenable, ils se préparent à accroître la technologie de guerre et la répression au détriment de la population, de l’argent public et de nos droits.

Nous ne nous ferons pas intimider, et, avec la force et la lucidité qui nous viennent de la conscience d’être dans le juste, nous continuerons à lutter pour la libération du territoire, de notre vie et du futur de tous.

Nous sommes solidaires de Cristian et Emanuele, nos camarades valsusains. Nous dénonçons leur arrestation comme l’énième intimidation dans l’affrontement à la vallée et au mouvement No Tav, et exigeons leur libération immédiate.

Liberté pour tous ! Libération immédiate ! Maintenant et toujours No Tav !


Comité de lutte populaire de Bussoleno

 

Traduit de Radio Onda d’Urto


La commune de Chiomonte (Val de Suse) ayant fait injonction à l’entreprise responsable des travaux et aux forces de l’ordre qui les protègent, de retirer les grillages totalement illégaux qui les entourent et celles-ci n’ayant pas déféré, des no-tav ont décidé de ramener ces gens qui n’ont que le mot “légalité” à la bouche en face de leurs principes. Dans la nuit de vendredi dernier, un groupe d’environ 200 no-tav ont une fois de plus donné l’assaut au chantier-fortin, prenant par surprise les policiers. Une bonne partie du groupe a réussi à entrer. Une illégale tour de projecteurs a été abattue, les grillages illégaux ont été coupés et plusieurs véhicules illégalement présents endommagés. Les gardiens de l’ordre techno-mafieux étaient tellement pris au dépourvus que les no-tav ont réussi à obliger un blindé de la police à reculer.

Par mesure de représailles, les forces de l’ordre ont interpellé deux habitants de la vallée, Cristian et Lele. La presse dominante s’est aussitôt déchaînée, reproduisant les propos des responsables du chantier qui n’ont pas hésité à traiter les no-tav de milice fasciste, ce qui a entraîné la réaction de la section locale l’ANPI, Association nationale des partisans (anciens résistants Ndt) italiens:

L’ANPI Bussoleno-Foresto-Chianocco exprime sa solidarité à Cristian et Emanuele, nos camarades et amis, arrêtés ce matin et qui maintenant paient de leur détention le choix libre et responsable de défendre la terre sur laquelle ils vivent, contre le massacre que des marionnettes sans scrupules sont en train de perpétrer dans la vallée de la Clarea. A Emanuele et Cristian va notre respect car ils ont choisi de quel côté ils voulaient être, c’est à dire celui du peuple et de la terre qui l’abrite, tandis qu’aux autres, qui définissent carrément “squadristes fascistes” ceux qui se rebellent contre l’illégalité des grilles et l’injustice du système, à ceux qui se sont mis du côté des affairistes et du lobby de pouvoir va toute notre réprobation la plus nette. Qu’ils aient honte, s’ils en sont capables! Cristian et Emanuele ont pour seule “faute” d’avoir défendu leur vie, parce qu’il s’agit de cela, en prenant exemple sur la lutte partisane qui a marqué l’histoire de toute la Vallée de Suse, mais pour choisir cette voie, il faut, à la différence des autres, connaître l’histoire partisane et avoir un vrai amour pour sa terre, ses proches et pour la liberté dans le plus haut sens du terme. Nous souhaitons qu’ils soient immédiatement libérés et qu’ils puissent faire un retour immédiat dans une Vallée qui les embrasse affectueusement et les attend… Aujourd’hui et toujours, Résistance!



ANPI sect. Bussoleno-Foresto-Chianocco


Traduit et publié par les contrées magnifiques

Publié dans actualités

Commenter cet article