Notre Dame des Landes : contre l'aéroport, seule la lutte décolle

Publié le par dan29000

nddl05Communiqué de presse - 17 novembre 2012 - 20h

 

 


samedi 17 novembre 2012, par zadiste

 

 


"Contre l’aéroport et son monde, seule la lutte décolle"

 

Aujourd’hui, environ 40 000 personnes, de tous âges et de tous horizons, ont affirmé radicalement leur opposition au projet d’aéroport. La taille du cortège était telle que lorsque les premiers sont arrivés sur le lieu de la reconstruction, après 5 km de joyeux défilé, de nombreuses personnes attendaient encore de pouvoir partir du bourg de Notre-Dame-des-Landes ! Ce sont aussi 400 tracteurs, des batucadas et orchestres, des armées de clowns, des centaines de drapeaux arborant un avion barré, et 1001 slogans et pancartes qui ont traversé le bocage.

Tout l’après-midi, toutes et tous se sont activé-e-s autour de la construction d’une salle collective, d’une cuisine, de blocs sanitaires et de plusieurs autres installations à l’heure actuelle bien avancées. A proximité des chantiers, le champ d’accueil est entré en effervescence : montage des chapiteaux, des cuisines, de mobilier, prises de parole de luttes d’ici et d’ailleurs, échanges, etc.

Cette très large mobilisation témoigne une fois encore de l’échec des tentatives de division et renforce la détermination de toutes et tous à lutter contre la construction de cet aéroport et contre tous les projets qui s’inscrivent dans la même logique. La force collective qui se dégage de ce moment confirme que la lutte ne s’arrêtera pas là. Dès demain et dans les semaines à venir, les constructions et discussions vont se poursuivre. Tout sera fait pour entraver l’avancée des travaux.

La réoccupation de la ZAD a commencé ! L’aéroport ne se fera pas !

Contact presse : 06 38 17 36 19 zad.nadir.org

Communiqué du groupe organisateur de la manifestation de réoccupation du 17 novembre 2012 - 10h

## Reconstruire ensemble pour résister ensemble

La mobilisation de centaines de policiers pendant 3 semaines n’a pas été suffisante pour vider la zone menacée. Avec la manifestation de réoccupation nous marquons plus fortement encore que nous ne lâcherons pas le terrain. Il s’agit aujourd’hui de construire ensemble et rapidement un espace d’organisation et de lutte. Nous voulons faire de ces nouvelles bâtisses collectives un carrefour pour les opposant.e.s, un point de départ pour de nouvelles occupations, une antenne pour organiser la résistance aux travaux à venir.

Le terrain sur lequel s’effectue la reconstruction est prêté par un agriculteur en cours d’expropriation. Ce choix marque la solidarité et l’action commune entre agriculteur.rice.s, habitant.e.s "historiques" de la zone et occupant.e.s arrivé.e.s au cours des dernières années. En parallèle à cette grande construction, de nouvelles cabanes et espaces de vie sont actuellement édifiés sur des terrains squattés appartenant à Vinci.

Il ne s’agit pas d’une simple manifestation mais d’une action collective sur une temporalité plus longue. Nous invitons toute.s les participant.e.s qui le peuvent à rester pour le week-end et même au-delà, ainsi qu’à revenir régulièrement dans les semaines à venir pour, entre autres, parer à de nouvelles tentatives d’expulsions. D’autres reconstructions sur les terres menacées vont continuer au long des semaines à venir.

Vinci et La Préfecture annoncent vouloir raser la forêt de Rohanne en décembre, et commencer les travaux du barreau routier au cours de l’hiver. Nous nous organiserons sur le terrain, avec celles et ceux qui sont venu.e.s manifester aujourd’hui, pour les en empêcher.

## Contre l’aéroport et son monde

Cette lutte contre l’aéroport ne peut être réduite à des enjeux de préservation environnementale ou de danger climatique. Ce que l’aéroport révèle, par ailleurs, c’est la manière dont bétonneurs et décideurs rêvent d’aménager chaque mètre carré de territoire dans une stricte logique de contrôle et de rentabilité, au nom de la croissance et du progrès. Nos vies et les liens qui nous unissent, à Notre Dame des Landes et ailleurs, ne rentrent plus dans leur critères et échappent à leurs chiffres d’affaires. Les bétonneurs broient des existences, tandis qu’en parallèle les décideurs veillent à maintenir l’illusion d’une participation démocratique. La reccurence de ces méthodes est d’ailleurs un élément majeur dans l’adhésion d’un si grand nombre de sympathisants à cette lutte. Le refus qui s’exprime aujourd’hui symbolise l’opposition à tous ces autres projets imposés, en France et ailleurs.

La pillule que l’on essaie de faire passer sans scrupules avec cet aéroport, c’est celle du capitalisme vert. Dans un même élan le futur aéroport se gratifie d’être HQE et la métropole nantaise, dans sa mégalomanie dévorante, aspire à être célébrée capitale verte en 2013. Paysan.e.s, sans-terres, ou simples habitant.e.s du coin, il s’agit pour nous de lutter contre l’accaparement des terres agricoles et la privatisation du commun. Nous voulons préserver des champs et forêts où l’on puisse vivre, cultiver, se balader, et nous nous opposerons à tout nouveau désert bétonné ou dédié à l’agriculture industrielle.

## Qui organise cette manifestation ?

L’appel à réoccuper en cas d’expulsion avait été lancé il y a plus d’un an par des occupant.e.s et collectifs solidaires au niveau national. La manifestation du 17 novembre a été organisée par une assemblée générale qui s’est constituée il y a 3 semaines dans la foulée de la 1ère vague d’expulsions. L’assemblée d’organisation a réuni à Nantes plus de 200 personnes toutes les semaines. Elle a fédéré, sur un mode de fonctionnement horizontal, des habitant.e.s et paysan.e.s de la zone menacée et des personnes de divers horizons, affiliées ou non à des collectifs, assos, comité locaux, partis, syndicats... Contrairement à ce qui est dit dans un certain nombre de grands médias, il ne s’agit donc pas d’une manifestation organisée par EE-LV.

La réussite de la manifestation est aussi le fait de nombreux comités locaux contre l’aéroport. Des actions et manifestations de soutien ont été organisées de manière quotidienne un peu partout en France, le sont aujourd’hui même, et le seront encore jusqu’à l’abandon définitif du projet d’aéroport.

Contact presse : 06 38 17 36 19 zad.nadir.org

Publié dans environnement

Commenter cet article