Notre Dame des Landes : destruction acharnée de lieux de vie

Publié le par dan29000

[Notre-Dame-des-Landes] La destruction de nos lieux de vie s’accélère

Tensions autour d’une ferme en cours de démolition à Notre-Dame-des-Landes


En ce moment, au lieu-dit la Gaité, sur le site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, une ancienne ferme squattée est en cours de démolition. Un cordon de gendarmes mobiles encadre les bâtiments et fait face aux opposants à l’aéroport. Les opérations de désamiantage ont commencé d’abord dans le calme. Vers midi, les opposants ont dirigé un troupeau de vaches vers les forces de l’ordre. Elles ont riposté par des tirs de grenades lacrymogènes. Un champ à proximité est actuellement entièrement plongé sous les gaz pour repousser les résistants dont le nombre grossit.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/262.jpg

Futur aéroport : les opposants repoussés par les gaz lacrymogènes

Sur le site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les opposants à la démolition d’une ferme au lieu-dit la Gaîté sont actuellement repoussés par les gaz lacrymogènes des forces de l’ordre. Un champ à proximité est totalement plongé sous les gaz.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/252.jpg

Leur presse (Ouest-France.fr, 23 octobre 2012)


Notre-Dame-des-Landes : La destruction de nos lieux de vie s’accélère

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/104.jpg

Il ne reste que des ruines de la maison mitoyenne à la Sécherie. © Auto-média de la ZAD

Plus de 500’000 euros déjà dépensés

Une semaine de saccages de nos maisons et jardins aurait coûté au moins 500’000 euros selon Presse Océan. Le quotidien nantais écrivait ce matin “les autorités ne lésinent pas sur les moyens. Déplacements d’escadrons venant de différentes régions, hélicoptère à visée nocturne en soutien logistique mais aussi surveillance discrète de bâtiments publics ou de locaux d’entreprises appelés à travailler sur le chantier de l’aéroport : inévitablement, la facture flambe”.

En fait si on compte l’hôtel et le resto aux frais de la princesse pour les forces du désordre ça risque de rallonger la note… L’article poursuit en ces termes : “Elle flirterait même “avec le million d’euros si d’aventure on comptabilise la prise en charge du traitement des CRS et des gendarmes.”"

L’État saucialiste aurait en effet, mobilisé 1200 flics pour mener à bien son opération César et non 500 comme l’annoncent depuis plusieurs jours la plupart des journaux bourgeois.

Vinci, sa filiale AGO (aéroport Grand Ouest), propriétaire de la plupart des terrains, la sous traitance collabo (entreprises de démolition, etc.) et l’État saucialiste, ont réussi à détruire une bonne partie de nos maisons, jardins collectifs, cabanes et autres infrastructures sur la ZAD avec le pognon des contribuables.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/114.jpg

La Gaîté entourée par les gardes mobiles. © Auto-média de la ZAD

La maison de la Gaîté en cours de désamiantage avant destruction !

La politique de la terre brûlée continue sur la zone, les images de destruction se multipliant.

En ce moment même, la maison de la Gaîté est en cours de désamiantage avant destruction. Le toit avait été partiellement détruit lors de l’assaut donné par le GIGN mardi dernier afin de déloger deux potes qui s’y étaient installés question d’emmerder les forces du désordre le plus longtemps possible.

Même pas fichus de passer par une échelle, ces gros bourrins, à peu près aussi agiles que des éléphants dans un magasin de porcelaines, avaient en effet tronçonné la toiture pour finalement attraper le dernier habitant qui restait tranquillement assis depuis plus d’une heure sur le toit sans que l’élite de la gendarmerie nationale n’ait réussi à l’attraper.

Le jardin collectif, avait lui-aussi été ravagé la semaine dernière ne laissant plus aux casseurs de Vinci qu’à terminer leur sale besogne en rasant ce qui reste de la maison, réoccupée juste après le départ des forces du désordre, ainsi que le free-shop rouvert par nos soins.

Des gaz, encore des gaz

Des potes sur place ainsi qu’une Batucada Militante, Rhythms of Resistance, sont encerclés par les flics qui sont en train de les gazer en ce moment même. Aux dernières nouvelles, le hangar qui abrite le free-shop a été détruit.

Maison mitoyenne à la Sécherie, il ne reste plus qu’une partie des murs

Les vandales à la botte de Vinci sont parvenus à détruire la maison mitoyenne à la Sécherie hier soir. Les Gardes Mobiles ont bloqué les habitant-e-s à l’intérieur de la maison toute la journée, assistant impuissant-e-s au saccage du jardin, des massifs de fleur, des arbres fruitiers et de la moitié du corps de ferme. Le centre de la ZAD et la route des Fosses-Noires est resté inaccessible jusqu’à tard dans la soirée.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/126.jpg

Il ne reste plus rien de la maison. © Auto-média de la ZAD

La maison de Coin totalement rasée !

Les flics n’ayant pas apprécié la réoccupation de la maison pendant le week-end, la réaction de l’appareil répressif d’État ne s’est pas fait attendre. Il ne reste plus rien de la maison du Coin, totalement rasée hier. La route des Fosses-Noires n’est plus reconnaissable.

On entendait le bruit des murs qui s’écroulaient à plusieurs kilomètres à la ronde. Craquements lourds qui glaçaient le sang. Tout le centre ZAD disparaît sous nos yeux.

Appel à reconstruction au Pré-Faillit, à la Pré-Faillite et au Squat à puces !

De l’autre côté de la ZAD, dans la partie sous juridiction de Saint-Nazaire, trois maisons ont été détruites dimanche dans la journée, ne laissant à la place qu’un champ de ruines, images hélas, de plus en plus répandues.

Un appel à reconstruction a été lancé sur la radio de la ZAD, radio Klaxon, 107.7, moins connue sous le nom de Radio Trafic (le propriétaire étant Vinci).

Et encore un nom à la con : Opération César

Le Préfet de police de Loire-Atlantique, tout fier du nom de code ridicule que les fins stratèges à la botte de Vinci et AGO ont utilisé comme nom de code pour cette vaste opération de répression policière, doit penser qu’en détruisant les structures en dur sur la ZAD et leurs jardins collectifs, cela empêchera sans l’ombre d’un doute les dangereux-ses pousseurs et pousse-uses de légumes (sans pesticides s’il vous plaît) et autres armes potagères, de continuer à rester sur la Zone À Défendre.

Qu’il ne se fasse pas trop d’illusion à ce sujet. Bien que nous soyons déjà pour une bonne partie d’entre nous sans toit, que nos potagers aient été écrasés par des pelleteuses ou gazés par des flics (les légumes du jardin collectif du Sabot ne sont plus consommables vu les nombreux tirs de lacrymos qui les ont contaminés), notre détermination à sauver les quelques 2000 hectares de lande et de bocages de l’avidité du grand bétonneur en chef Vinci reste intacte.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/133.jpg

Un massif de fleur en sursis à la Sécherie (devrait être détruit le 27 octobre avec le reste de la maison). © Auto-média de la ZAD

Arrestations

5 de nos camarades de lutte ont été arrêtés par la police hier. Un seul a été relâché depuis. Les 4 autres potes seraient toujours en garde à vue.

Résistance

Face à la destruction et répression d’État en cours, nous continuerons à résister et à rester mobilisé-e-s jusqu’au retrait total du projet d’Aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/144.jpg

Un nouveau barrage pour protéger ce qui n’a pas encore été détruit. © Auto-média de la ZAD

Nous sommes ici chez nous ! Nous ne partirons pas !

Vinci dégage !

Notes : Toutes les infos, appels à solidarité et plus encore, sont sur le site de la ZAD, Zone À Défendre – Tritons crété-e-s contre béton armé.

Ce dont nous avons besoin :
 

Urgent ! : Ventoline
Malox – Générique Xolam
Sérum physiologique
rallonges électriques, multiprises
ampoules
casseroles
Bidons pour l’eau
Gaz butane et propane
lampes frontales
Piles AA, AAA, LR20
Radios portables
marteaux, haches, clous (30, 50 et 100 mm), vis
Cordes et sangles propy 08/012
Talkies
Baudriers d’escalade
Briquets, réchauds
camping gaz
Huile, vinaigre, épices
fromage
confiture, miel

Tout ce matériel est à déposer dans les locaux de nos ami-e-s de l’ACIPA à la Vache Rit.

Merci beaucoup pour les montagnes de vêtements et la nourriture en abondance qui nous sont déjà parvenus.

Merci à toutes et tous pour votre solidarité.

Bob 92 Zinn, 23 octobre 2012

Publié dans environnement

Commenter cet article