Notre Dame des Landes : les soutiens se multiplient

Publié le par dan29000

NDDSoutiens à ceux de Notre Dame des Landes

 

 

Greenpeace, Attac, Agir pour l’environnement, Confédération paysanne, Droit au logement, Réseau Action Climat, Amis de la Terre, Générations futures, Solidaires. Parti de gauche. Collectif IDF de lutte contre l’aéroport Notre-Dame des Landes. Collectif des Irradiés. Deux jeunes paysans. Bretagne-Vivante, FNE Pays de la Loire, LPO 44, SOS Loire-Vivante. Attac France. Collectif havrais d’objecteurs de croissance.


- 24 octobre 2012

 


France, associations et syndicats, mercredi 24 octobre

AEROPORT DE NOTRE-DAME DES LANDES :

Expulsion violente des opposants sur le terrain, entêtement du gouvernement Ayrault à poursuivre un projet inutile…

Les associations et syndicats vous convient à une CONFERENCE DE PRESSE

Ce jeudi 25 octobre 2012 à 15h

Au siège de Greenpeace France – 13, Rue d’Enghien – 75010 PARIS

(M° Strasbourg Saint Denis)

En présence de : Ø Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France

Ø Aurélie Trouvé, co-présidente d’Attac France

Ø Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement

Ø Philippe Colin, porte-parole de la Confédération paysanne

Jean-Baptiste Aurault, président de Droit Au Logement

Ø Morgane Créach, directrice du Réseau Action Climat France

Ø Alain Dordé, membre du conseil fédéral des Amis de la Terre

Ø Nadine Lauverjat, porte-parole de Générations futures

Ø Didier Aube, Secrétaire national, responsable de la commission écologie de Solidaires

Ces représentants s’exprimeront sur la brutalité policière de ces derniers jours, le non-sens économique et environnemental de ce projet et la surdité des pouvoirs publics face aux protestations locales.

Une déclaration solennelle sera rendue publique et une lettre ouverte adressée à Jean-Marc Ayrault sera diffusée à cette occasion.


Parti de gauche, mercredi 25 octobre

Le Parti de Gauche soutient les nouvelles initiatives de résistance à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Depuis sa création, le PG est actif localement et nationalement dans le mouvement d’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (44). Un grand projet inutile, archaïque et nuisible. Inutile, car l’actuel aéroport de Nantes est loin de la saturation et pourrait être réaménagé de manière plus satisfaisante à moindre frais ; ce projet ne présente aucune utilité sociale. Archaïque, car pensé pour un développement fantasmagorique du trafic aérien, alors que le pic de production du pétrole et l’urgence climatique sont là.

Nuisible, car il mène droit à la destruction de zones humides fragiles et de terres agricoles - à quoi bon créer alors une Agence de la biodiversité ? Sans compter les pertes d’emplois pour les agriculteurs.

La répression massive et brutale qui se traduit depuis une dizaine de jours par la mise à la rue des familles venues expérimenter sur le site des modes de vie alternatifs suscite une nouvelle vague d’opposition. Celle-ci se structure progressivement, passé l’effarement devant une telle violence d’État, au service des intérêts particuliers de la multinationale Vinci.

Le Parti de Gauche participe aux initiatives unitaires qui comprennent des organisations politiques, et soutient la création de collectifs locaux dans tout le pays. Le PG salue également l’initiative des associations et syndicats qui donneront une conférence de presse commune jeudi 25 octobre 2012 à 15h au siège de Greenpeace France. Plus que jamais, l’heure est à l’extension de la mobilisation et à l’unité la plus large pour ramener le gouvernement à la raison.


Ile-de-France, Collectif IDF de lutte contre l’aéroport Notre-Dame des Landes, 24 octobre

Révoltés par la répression et la violence des forces de police et des expulsions sur le site de Notre-Dame des Landes près de Nantes, habitant-e-s d’Île-de-France, nous constituons ce 23 octobre un collectif de lutte en Île-de-France, contre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes.

Nous dénonçons :

- les expulsions et les destructions d’habitats

- la répression, qui est d’une violence extrême

- le gaspillage d’argent public

- le partenariat entre l’État français, les collectivités locales et le groupe privé Vinci

- l’aveuglement de Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes, qui en fait un combat personnel

Nous soutenons toutes celles et tous ceux qui se battent depuis plusieurs années, contre ce projet, en particulier les habitant-e-s de la région, les paysans et les occupants de la « Zone à défendre ».

Nous nous opposons à l’implantation d’un aéroport, inutile, coûteux, aux graves conséquences sociales et environnementales, et destructeur de terres agricoles.

Nous appelons les francilien-ne-s à se mobiliser et à nous rejoindre.

Contact : collectifnddlparisidf (arobase) riseup.net


Strasbourg, collectif des irradiés, 23 octobre

En solidarité avec les courageux résistants au projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes près de Nantes, sur les communes de Notre-Dame-Des-Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières, nous vous proposons de nous rassembler le vendredi 26 octobre à 17h, Place Kléber, à STRASBOURG pour montrer notre soutien et dénoncer un projet scandaleux, coûteux et destructeur !!!

Nous invitons toutes les ASSOCIATIONS qui souhaitent s’associer à se faire connaitre afin de vous ajouter comme soutien. L’UNION FAIT LA FORCE ! NOUS DEVONS DE NOUS MONTRER SOLIDAIRES AU DELÀ DE NOS DIFFÉRENCES POUR APPORTER UN SOUTIEN A CEUX QUI LUTTENT !!!

Il est inacceptable de voir une opération militaire d’une telle ampleur sur notre sol français contre des compatriotes qui défendent leur terre face à une aberration écologique et économique. L’Etat exproprie des paysans installés là depuis toujours et des néo ruraux venu les rejoints depuis plusieurs années en détruisant des lieux de vie, des maisons, des jardins, pour permettre à VINCI de s’enrichir avec un projet inutile. La ville de Nantes possède déjà un aéroport.

Et l’écologie dans toute cette affaire ?

Ce projet d’aéroport sacrifie une terre de bocage comme il n’en reste plus beaucoup en France avec pour conséquence, tout un bouleversement sur l’habitat naturel d’une multitude d’espèce sans compte l’aberration lié à la transition énergétique avec la sortie de l’ère du pétrole et des nuisances engendrées par le transport aérien ...

Notre pays possède déjà trop d’aéroports, beaucoup plus que nos voisins européens. L’actuel aéroport de Nantes est largement en capacité d’accueillir le trafic aérien actuel et futur dans un avenir où, paradoxalement, il risque de diminuer de par la transition énergétique.

par Christo Miche, éco-résistant et Bruno Dalpra, militant EELV et toutes les bonnes volontés, ...


Var et Morbihan, mardi 23 octobre

Si on réfléchit à ce qui se passe à Notre Dame des Landes depuis une semaine, il y a un fait vraiment inquiétant : le silence du « mouvement social français ».

Depuis mardi matin, plus de 500 gardes mobiles ont envahi la campagne tranquille du Nord de Nantes, ils ont chassé les gens de leur habitat, détruit des maisons et enlevées les pierres une par une pour s’assurer qu’elles ne seraient pas rebâties. Depuis six jours, environ 200 personnes dorment chaque nuit sur des barricades, respirent des gazs lacrymo, organisent le ravitaillement des copains en première ligne, tout cela dans une non-violence exemplaire (sinon, il n’y aurait pas cet assourdissant silence médiatique !). Depuis quelques jours, des gros ballots de vêtements, de bottes, de chaussettes, de piles, de pommes, de pâtes, de légumes, de café, de jus de fruits, de barres de céréales, affluent dans le hangar qui sert de QG à la résistance, témoignant que si peu de gens osent s’aventurer dans le « territoire en guerre » qu’est devenu ce beau bocage, il existe une véritable indignation dans la population.

Et enfin bon, des raisons de s’indigner il y en a tout de même : il n’a rien d’autres à faire ce gouvernement que de mobiliser des centaines de flics pendant des semaines pour chasser des gens de leur maison alors qu’il semble qu’il y ait une crise du logement dans ce pays, rien de plus urgent comme dépense que de construire un aéroport pour en remplacer un autre loin d’être saturé alors qu’on nous dit que la priorité c’est de réduire les déficits, rien de plus important que de développer le trafic aérien alors qu’il paraît qu’il y a un truc qui s’appelle le changement climatique ???

Alors pourquoi ce silence ?
- Soit, ce qui est une possibilité réelle, le mouvement social est bien mal en point, tué par la « crise », asphixié par l’arrivée de la gauche au gouvernement,

- Soit ce combat n’est pas celui du mouvement social, car ceux qui luttent pied à pied à Notre Dame des Landes ne sont pas très présentables, un peu trop boueux, avec en prime des têtes un peu trop jeunes et que donc certainement ils sont violents, donc peu fréquentables,

- Soit encore vous ne savez pas quoi faire.

Si c’est cette dernière option qui prime, quelques idées :

La résistance à Notre Dame des Landes est incroyable. Il est incroyable que quelques centaines de personnes sans moyen financier, sans soutien logistique aucun à part celui de quelques habitants et paysans des alentours, logeant dans des abris de fortune, sans eau, sans électricité, aux vêtements détrempés, aient résisté une semaine derrière des barricades de bric et de broc face à une véritable armée. Ils sont encore là et ne vont pas lâcher, même si il leur faudra probablement se replier à un moment ou à un autre.

Il ne manque pas de courage ni de détermination à Notre Dame des Landes. Il manque de la légitimité.

Et cela, vous, vous qui savez écrire, qui avez les arguments en tête, qui êtes reconnus socialement comme des gens « sérieux », qui avez de l’audience auprès des militants de vos organisations, qui connaissez des journalistes, qui êtes en contact avec des politiques, vous qui êtes respectés, vous pouvez le donner à la lutte de Notre Dame des Landes : de la légitimité.

Ce sont des choses que vous savez faire : écrire aux pages débat des journaux, organiser des conférences de presse, passer des coups de fil à droite à gauche, signer des tribunes collectives, intervenir lors de conférences, convaincre des gens connus d’aller à Notre Dame des Landes, ne serait-ce qu’une demi-heure, pour qu’ils puissent dire leur indignation devant les médias, puisque ces médias n’ont rien à faire de l’indignation des gens ordinaires.

Vous savez faire cela et c’est vraiment le moment de le faire maintenant.

Cette lutte est exemplaire et c’est aujourd’hui à chacun-e d’entre vous de permettre au mouvement social dans son ensemble de faire preuve d’une solidarité exemplaire.

Deux jeunes paysans de la Confédération paysanne


Bretagne et Pays de Loire, 22 octobre

Notre Dame des Landes ; le gouvernement doit stopper ce projet : il a provoqué, par les expulsions, la destruction d’espèces naturelles protégées

Dans le cadre des expulsions menées manu-militari depuis le 16 octobre 2012 sur le site du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, les forces de l’ordre ont détruit de nombreuses espèces protégées. Les associations de protection de la nature dénoncent la gestion environnementale d’ores et déjà catastrophique de ce projet absurde et destructeur contre lequel elles restent mobilisées.

Expulsions, un recours à la force mal venu

Les associations de protection de la nature estiment que le recours à la force pour expulser les dizaines de personnes occupant des logements de façon irrégulière est mal venu. A quinze jours de la trêve hivernale, dans un contexte déjà difficile et où les acteurs recherchent plutôt le dialogue et la construction d’un climat de respect mutuel, c’est un bien mauvais signe qui est envoyé. Les associations de protection de la nature déplorent que l’État ait décidé d’agir de la sorte.

Des espèces naturelles protégées détruites

D’importantes destructions d’espèces naturelles protégées se sont déroulées lors des opérations d’expulsion (piétinements par les forces de l’ordre et leurs véhicules, en plus pendant le déplacement de ces espèces). Il s’agit en l’occurrence d’amphibiens et en particulier de salamandres tachetées qui sont protégées par l’arrêté du 19 novembre 2007. Cette destruction souligne l’importance du site en termes de biodiversité : il s’agit d’un véritable réservoir de biodiversité, ce que nous ne cessons de répéter depuis de longues années. Nous rappelons que les dossiers, soumis aux enquêtes publiques « loi sur l’eau » et faisant l’objet d’une demande de dérogation pour destruction d’espèces, appréhendent mal cet enjeu en prévoyant des mesures compensatoires totalement déconnectées de la réalité écologique du territoire.

Les associations dénoncent

Bretagne-Vivante, FNE Pays de la Loire, la LPO Loire-Atlantique et SOS Loire-Vivante – ERN France dénoncent ces destructions d’espèces protégées et rappellent au gouvernement la règlementation en vigueur s’agissant du respect de la biodiversité. Il n’est pas acceptable que les comportements des pouvoirs publics aient des conséquences négatives sur les milieux dont l’importance a été soulignée lors de la conférence environnementale. Les opérations policières ne sont pas exclues du champ des règles de protection de la nature.

Arrêtons tout de suite ce projet anti-environnemental

Les associations doutent de plus en plus de la capacité du porteur de projet et des pouvoirs publics à prendre en compte la protection des espèces protégées dans le cadre du projet d’aéroport, dont elles contestent l’opportunité. Elles demandent de nouveau l’arrêt de toutes les opérations en cours et la recherche d’une alternative à ce projet anti-environnemental, coûteux et inutile.

Bretagne-Vivante, FNE Pays de la Loire, LPO 44, SOS Loire-Vivante


lundi 22 octobre, Paris

Notre Dame des Landes : Attac condamne un gouvernement qui expulse et détruit !

La lutte contre la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes a pris cette semaine une tournure particulière avec l’invasion de la ZAD (Zone d’aménagement différé rebaptisée Zone à Défendre) par près de 1000 gendarmes mobiles.

Envoyés pour expulser les occupantEs militantEs à 15 jours de la trêve hivernale, ils laissent ainsi la place aux machines de chantier de Vinci pour la construction, prévue début 2013, d’un barreau routier préalable à la bétonnisation de la zone.

Cet aéroport, exemple emblématique du grand projet inutile et imposé, constitue un énorme gâchis tant humain et social que financier et environnemental : il va chasser des habitants là depuis toujours et d’autres, venus construire des alternatives soutenables, opposés à des modèles industriel et de transport qui nous mènent dans le mur.

Par ailleurs, à un moment où le gouvernement a choisi de mettre en œuvre une politique d’austérité pour atteindre en 2013 une déficit limité à 3% du PIB, comment peut-il justifier de gaspiller des centaines de millions d’euros, voire plus, pour construire un aéroport dont il n’arrive même pas à démontrer l’utilité sociale et dont le financement va être assuré par un partenariat public privé garantissant un retour sur investissement exorbitant à Vinci ?

Sur le plan écologique ce projet aura un coût considérable ; il va détruire non seulement 1600 hectares de terres agricoles et de bocage prévus pour la construction de l’aéroport, mais aussi des dizaines de milliers d’autres pour les énormes zones commerciales et industrielles qui ne vont pas manquer de s’implanter sur les 20 kilomètres qui séparent Notre-Dame-Des-Landes de Nantes. Ceci réduira la production maraîchère de proximité, la production agricole et la biodiversité.

Le CA d’Attac France, réuni samedi 20 octobre, apporte donc son soutien à tous ceux qui, conscients des conflits entre des intérêts privés et l’intérêt général, luttent contre la construction à NDDL de l’aéroport du Grand Ouest (AGO) et qui sont notamment victimes d’une inacceptable répression et de la violence policière.

Attac France


le 21 octobre, Le Havre

Hollande, Ayrault, Notre-Dame-Des-Landes sera votre Larzac

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, destiné à remplacer en 2017 l’actuel aéroport de Nantes Atlantique, a été validé par l’État et les collectivités locales socialistes. Celui-ci est devenu le symbole des Grands Projets Inutiles Imposés (GPII).

8 mai 2012 : un accord avait lieu entre une délégation du parti socialiste de Loire-Atlantique et des paysans alors en grève de la faim, qui s’opposaient aux expropriations et expulsions des terres de Notre-Dame-des-Landes. Un moratoire stoppait alors toute expulsion et suspendait les travaux. L’engagement était pris qu’ils pourraient rester dans leurs fermes jusqu’à la fin des derniers recours concernant les procédures engagées.

16 octobre 2012 : les occupant-e-s de la ZAD (Zone A Défendre), et des soutiens extérieurs, résistent aux expulsions et tentent de réoccuper les lieux vidés de leurs habitant-e-s. Les forces militaires en présence sont d’une ampleur sans précédent et lancent chaque jour des opérations de grande envergure afin de les en empêcher. Le silence des médias restent assourdissant.

L’abus de la violence légitimé par le gouvernement est inquiétant. Les protestataires sont inondés de gaz lacrymogène, les interpellations se font à tour de bras, comme si agir manu militari était l’unique alternative de notre société dite démocratique.

Au-delà du soutien physique, moral, politique que nous apportons à cette résistance légitime, pour la préservation d’un vaste territoire de bocage unique et de terres agricoles, se perpétue la question de la légitimité de ces trop nombreux grands projets inutiles imposés et nuisibles (LGV, autoroutes, EPR, Laser Mégajoule…).

Dominique Fresneau, président de l’Acipa, principale association d’opposants le rappelle si bien : « Nous comptons en France déjà 145 aéroports (contre 47 en Allemagne, 37 en Angleterre) » Sommes-nous à ce point obstinés à dilapider l’argent public dans la poursuite de tous ces projets pharaoniques sur la pure spéculation de besoins futurs ?

En fait, il est fort vraisemblable que l’aérien commercial tel que nous le connaissons ait disparu bien avant que cet aéroport soit terminé. L’enjeu aujourd’hui n’est plus de gaspiller toujours plus de pétrole mais bien de nourrir la planète !

Présentés comme le progrès en marche, alors même que de nombreux experts contestent leur viabilité économique et leur utilité réelle, ces projets ne reflètent que l’organisation d’une société souhaitée par une petite minorité. En prônant une pleine jouissance des ressources planétaires, par le pillage, la destruction des écosystèmes, de la terre nourricière, le capitalisme nous bouscule vers des logiques imposées de « maldéveloppement ». Non, « plus » n’est pas forcément mieux, encore moins lorsqu’il est sans rapport avec les besoins réels de la population. Les intérêts économiques en jeu derrière tous ces grands projets mégalomaniaques, posent de véritables questions : pour quoi ? et pour qui ?

Nombreux sont ceux qui sous-estiment leur dangerosité, dénonçant simplement les nombreux artifices d’une législation de plus en plus contraignante, destinée à offrir de vaines garanties écologiques et incitant au greenwashing.

Il existe plusieurs manières d’aménager nos territoires ou de penser nos organisations collectives. Par l’expérimentation concrète, de nombreux collectifs deviennent force de proposition. De véritables contre-exemples prennent vie tout en répondant à la satisfaction des besoins sociaux. Plaçons-nous du côté du bon usage, de la frugalité, de la gratuité (des transports publics, de l’eau…), osons des actes de désobéissance qui interrogent nos concitoyens, allons jusqu’au bout de la critique par l’invention de nouvelles pratiques (jardins partagés, AMAP, slow food, accueil-paysan…) à opposer à chaque nouveau GPII qui se présente près de chez nous ! Montrons combien l’argent gaspillé pourrait permettre d’élargir le champ des possibles quant « au mieux vivre », pour chacun d’entre nous.

D’autres solutions sont possibles, soyons créatifs et construisons une alternative à ces projets mégalomanes et initions une transition vers de nouveaux modèles de sociétés soutenables et souhaitables.

Dès maintenant, nous appelons l’ensemble des mouvements qui s’opposent au projet destructeur de Notre Dame des Landes, ainsi que les objecteurs de croissance qui le peuvent, à créer partout des collectifs de soutien à la lutte des paysans et habitants de NDDL.

Collectif havrais d’Objecteurs de Croissance (ChOC)


 

Source :
- Parti de gauche, Blog de Corinne Morel-Darleux
- Courriel à Reporterre du Collectif IDF de lutte contre l’aéroport Notre-Dame des Landes
- Courriel à Reporterre du Collectif des irradiés
- Courriel à Reporterre de Deux jeunes paysans
- Collectif havrais d’objecteurs de croissance
- Bretagne-Vivante, FNE Pays de la Loire, LPO 44, SOS Loire Vivante
- Attac France

 

 

SOURCE / REPORTERRE.NET


   

Publié dans environnement

Commenter cet article