Notre Dame des Landes : précisions, sécurité, interpellation

Publié le par dan29000

423080 327682677339476 73210480 nZAD. Dernières précisions au sujet de la manifestation de réoccupation

http://zad.nadir.org/spip.php?article601

A lire aussi : En cas d’interpellation

http://zad.nadir.org/spip.php?article599


 

Numéro de l’équipe légale : 06.75.30.95.45

 

Numéro de l’équipe Médic : 06.43.28.15.97


Numéro de ton avocat :

Accueil

 


Un camp d’accueil sera ouvert dès jeudi soir près des Rosiers (commune de Vigneux-de-Bretagne, cf. carte http://zad.nadir.org/spip.php?article553. Il y aura des cantines collectives pour manger, des chapiteaux chauffées et de la place pour poser sa tente.

Vendredi 16 à 19h, un point info sur tout ce qu’il faut savoir sur la manif aura lieu sur le camp.

A partir de samedi, un autre camp se mettra en place à proximité du terrain réoccupé.

A prévoir avant la manif

Durant la manifestation, radio klaxon émettra en live, donnera toutes les informations utiles et relaira les prises de paroles sur 107.7 FM. Prenez votre radio portative !

On vous invite à prendre des outils pour participer au défrichage (gants, faucilles, etc.) et à la construction (marteaux, scies, visseuse, vis ou clous).

Parkings

Garer tous le manifestants autour d’un bourg comme Notre-Dame demande un minimum d’organisation. Si vous venez en voiture, merci de lire ces consignes.

Prévoyez d’arriver en avance. La manifestation partira du bourg à 11h pile. Certains parkings sont à plus d’une demi-heure de marche du bourg. Pour être plus près, venez plus tôt !

Il y aura 5 entrées pour accéder à la manifestation :

- l’Arche du Fouan (au croisement de la D42 et de la D16) : unique entrée pour les cars ;
- Héric ;
- La Paquelais ;
- Le Temple de Bretagne ;
- Fay de Bretagne.

Laissez vous guider. Merci de laisser libre l’entrée et la sortie des riverains.

Garez vous en une seule file pour permettre les départs échelonnés. La circulation se fera toujours en sens unique.

Si vous amenez du matériel de construction, le laisser dans les remorques des tracteurs garés au niveau de chaque entrée. Les éventuels camions chargés de structures qui doivent aller dans le cortège doivent d’adresser aux personnes présentes au niveau des tracteurs.

Déroulement de la manifestation

L’objectif premier de la journée du 17 novembre est bel et bien d’aller reconstruire un lieu de lutte et d’organisation sur la ZAD, et non pas de s’affronter avec la police. A ce titre, tout un chacun, quel que soit son âge et sa mobilité est invité à venir participer à cette manifestation populaire. Nous sommes confiant quant au fait d’arriver à notre objectif. Au vu de la mobilisation massive autour de cette manifestation et de notre détermination, nous estimons qu’ils commettraient une erreur regrettable en essayant de nous en empêcher. Le préfet lui-même a récemment indiqué que les forces de l’ordre ne pouvaient contrôler entièrement la zone !

Néanmoins, en cas de barrages filtrant, contrôles, blocages de véhicules, bus ou personnes en amont, nous invitons les personnes concernées à ne pas se laisser décourager inutilement. Il est possible dans ce cas de se regrouper pour passer ensemble. Il est possible aussi de prévenir la communication externe de la manif (06 31 80 49 54), qui relaiera l’information pour que du soutien soit apporté. Si des personnes pour une raison ou pour une autre n’arrivaient pas à rejoindre la manifestation, un rv alternatif est donné à par‪tir de 14h devant la Préfecture de Nantes...

Par ailleurs, l’assemblée générale d’organisation souhaite une manifestation populaire. Il s’agit de privilégier pancartes et slogans en lien avec la lutte et de limiter les drapeaux d’organisation, auxquelles on demande de ne pas faire de bloc. Un drapeau commun représentant la lutte anti-aéroport sera disponible.

Un point presse aura lieu samedi 17 à 10h à Notre-Dame-des-Landes. Un autre point presse sera mis en place près du lieu de réoccupation.

Programme du week-end

Vous êtes tou-te-s invitées à rester le week-end et plus si possible.

Samedi soir il y aura une scène ouverte sur le lieu d’arrivée de la manif. Dans le week-end, il y aura des discussions, des débats et des ateliers, avec notamment des actions de plantation d’arbres dimanche. Le programme est en cours de préparation et sera précisé sur place. Les constructions se poursuivront aussi.

Une assemblée aura lieu dimanche à 10h30 sur le lieu de la réoccupation pour parler des perspectives de ce lieu et des suites du mouvement.

Pour participer à la préparation

Pour participer au montage de ce camp d’accueil, rendez-vous jeudi à 10h.

C’est toujours bienvenu de venir participer aux tractages mercredi et vendredi à 11h30 (rendez-vous à B17, 17 rue Paul Bellamy à Nantes) et aux collages mercredi et jeudi à 20 à (même lieu).

 

Pour en savoir plus...

Toutes les informations sont en ligne sur le site web http://zad.nadir.org/, rubrique "Manifestation de réoccupation du 17 novembre". D’éventuelles nouvelles infos seront publiées sur ce site web.

 

SOURCE / RENNES INFOS

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Si tu es interpelé-e alerte les personne autour de toi pour qu’illes préviennent l’équipe légale.

Si tu es témoin d’une interpellation, appelle le numéro qui figure sur ce tract. Et donne : une description physique et vestimentaire de la personne arrêtée, ainsi que l’heure, les circonstances et le lieu de l’arrestation. Ne donne aucun nom au téléphone, ne donne aucune infos sur les infractions commises (expl/ « mon ami était en train de tagguer »). Si ça ne répond pas laisse un message, avec les infos pour que l’on te rappelle plus tard. Ce numéro sert exclusivement à centraliser les infos sur les arrestations et à organiser le soutien (venir chercher les gens au poste, préparer la défense pour les procès...). Tu peux aussi appeler poursignaler ta sortie de GAV, ou la sortie d’un-e de tes proches. Prière de ne pas saturer le téléphone en appelleant pour un autre motif.

Une fois au poste : Soit tu resteras 4 heures ou moins. Alors c’est une simple vérification d’identité. Soit ta garde à vude (GAV) te sera signalée la première heurede ton arrestation. Elle peut durer 24 heures, puis être renouvelée une fois pour 24 heures de plus (sauf certains cas terrorisme, bande organisée, ou elle peut durer jusqu’à 96 heures). Dès que ta GAV t’es signalée tu as le droit de voir un médecin (même si tu n’as de médocs à prendre, même si tu n’as pas reçu de coups pendant l’arrestation). Tu peux aussi demander à appeller un proche mais c’est la police qui le fera. Un avocat avec lequel tu auras un entretien peut, à ta demande, être présent pendant les auditions de ta GAV. Si tu n’en connais pas, tu en auras un commis d’office. Si vous êtes plusieurs au poste, laisse les avocats proches pour celleux qui risquent le plus pénalement. L’avocat n’est pas forcémment ton complice, tu n’es en rien obligé-e de tout lui raconter, ni de lui faire entièrement confiance. C’est toi qui choisit ta stratégie de défense et qui définit ton attitude vis à vis de la police.

Stratégies de résistance et de non coopération : Pour ralentir le travail de la police, certain-e-s ne déclarent rien et refusent de décliner leur état civil. D’autres ne déclarent que le strict minimum (nom, prénom, lieu et date denaissance). Garder le silence est un droit. Lors de l’interrogatoire, tu peux répondre « je n’ai rien à déclarer », différent de « je ne sais rien ». Plus elles sont portées collectivement, plus ces attitudes de défense sont efficaces et faciles à tenir. Quelques soit la stratégie, ne donne surtout aucune info sur les autres interpellé-e-s, ni sur l’action. On ne balance jamas quelqu’un d’autre ou quoi que puissent en direles flics, en dire plus n’écourtera pas ta GAV et peut compliquer ta défense le jour du procès. Tu peux refuser de signer les documents présentés par les flics(compte rendu d’interrogatoire, Pv de sortie de GAV ...). Signer c’est reconnaître que tout s’est bien passé et s’empêcher de revenir sur les trucs dis ou subis pendant la GAV. Tu peux refuser les photos d’identité, les prises d’empreintes digitales et le fichage ADN. Si ces refus constituent des délits en soi, refuser le fichage est une position politique.

En cas de comparution immédiate : A l’issue dela GAV, tu es emmené-e au tribunal où tu peux refuser d’être jugé une fois la barre. Ce qui augmente le risque de contrôle judiciaire, voire de détention préventive. Cependant, les peines sont généralement plus lourdes en comparution immédiate. Refuser d’être jugé-e te permetde gagner du temps pour préparer ta défense. Si tu peux justifier d’un emploi et d’un logement, tu as moins de chance d’être placéen détention préventive.

Numéro de l’équipe légale : 06-75-30-95-45

En action

Tu es libre d’avoir ou pas tes papiers d’identité sur toi. Possèder une carte d’identité n’est pas obligatoire. Certain-e-s refusent de donner leur identité. Cela augmente le risque d’une vérification d’identité (4 heures max au poste),mais utilisé comme stratégie collective, cela complique le travail de la police (fichage, etc.) et peut permettre de rester anonyme.

Pense à avoir sur toi : le contact d’un avocat et, si tu suis un traitement, penses à prendre des médicaments et/ou une ordonnance (document nominatif).

Attention aux conséquences si tu as sur toi : drogues illégales, armes (couteau suisse, cutter), armes par destination (bouteille en verre, caillou), carnet d’adresse et répertoire téléphonique (qui peuvent être saisis pour alimenter le travail des flics).

Contre les gaz : du sérum pour se rincer les yeux, du citron, du vinaigre ou du MAALOX pour mettre sur ton foulard, des lunettes pour te protéger, tu respireras mieux.

En cas de charge : pas de panique, reste en groupe, ne laisse aucune personne isolée pour tenter d’éviter les arrestations (extraire un personne d’un groupe soudé est plus difficile pour la police). Pense à garder un oeil sur le groupe, car celles et ceux qui ne peuvent pas suivre risquent d’être arrêté-e-s. Faire bloc donne de la force, essaie de rester avec des gens que tu connais, ainsi si quelqu’un se fait arrêter les autres pourront prévenir l’équipe légale pour qu’elle commence à préparer le soutien.

En cas de blessure : faites un cordon pour protèger le ou la blessé-e tout en surveillant les flics. Crie « Médic », en précisant indiquant la localisation de la personne blessée. Il y a des équipes prévues. Si tu entends crier « Médic » relaye l’appel et la localisation.

n° de l’équipe médic : 06.43.28.15.97

En cas de contrôle routier

A moins d’une commission rogatoire ou d’un arrêté du Procureur :

– Seul-e le conducteur ou la conductrice est obligé-e de se soumettre au contrôle d’identité, les passagers ne sont pas tenus de décliner leur identité, ni de fournir leurs papiers aux flics. – Les gendarmes et les policiers ne peuvent pas fouiller le véhicule, ils ne disposent pas des droits de douanes. Lorsqu’ils vous demande « ouvrez votre coffre s’il vous plait » vous pouvez répondre non.

Si les flics veulent quand même contrôler les passagers et fouiller le véhicule, vous pouvez exiger d’eux qu’ils vous fassent lire les documents qui les y autorisent (pensez à vérifier la date). Ces opérations ne peuvent être effectuées que par un officier de Police judiciaire. Demandez au flic qui effectue le contrôle de vous fournir sa carte (il est obligé) pour vous prouver qu’il a bien le droit d’effectuer de tels contrôles. Si votre véhicule est votre lieu d’habitation (camion amménagé par exemple), il faut aux flics une commission rogatoire qui les autorise à perquisitionner le véhicule pour pouvoir le fouiller. Lors d’un départ en convoi, il est possible de refuser collectivement le contrôle, cela a déjà marché. Il est important dans ce cas que quelques passagers descendent des voitures pour rejoindre le véhicule de tête en train de subir le contrôle. Quoi qu’il en soit, plus les contrôles sont longs et laborieux pour les flics, plus les flics ont de chance de se décourager et d’abandonner les contrôles.

 

 

SOURCE / ZAD

Publié dans actualités

Commenter cet article