Notre-Dame-des-Landes : Vinci, dégage ! ou l'aberration voulue du PS

Publié le par dan29000

 

L'aéroport de Notre-Dame des Landes, aberration voulue par le PS, devient enjeu national

Projet du siècle passé, rejeté pendant 40 ans par des riverains et citoyen-ne-s de tout horizon, l'aéroport de Notre-Dame des Landes est devenu, en l'espace d'un week-end, un conflit politique national que nul ne pourra plus ignorer. Un de ces conflits emblématiques qui polarise l'espace politique.

 

Fresque humaine "Vinci dégage" !
Fresque humaine "Vinci dégage" !© André Bocquel

 

Ces 8, 9 et 10 juillet, nous étions des milliers de jeunes et moins jeunes, riverain-e-s ou venu-e-s de plus loin, activistes ou simple-s citoyen-ne-s, sur quelques-uns des champs de bocage convoités par Vinci pour construire un aéroport qui n'a aucun sens. « Vinci dégage », exprimait l'immense fresque humaine de ce dimanche matin. Sans appel. « Nous ne lâcherons rien », repris en cœur suite à un concert de HK et les Saltimbanks, témoigne de la détermination et la force collective avec lesquelles chacun-e d'entre nous ressort de ce rassemblement diablement bien organisé et bien mené.

 

 

 

Sous cette pression citoyenne et militante, des élu-e-s et candidat-e-s ont pris des engagements. Ils sont enregistrés et nul doute qu'ils seront rappelés en temps utile. Comme celui pris par Europe-Ecologie les Verts de ne signer aucun contrat de gouvernement avec le PS sans engagement ferme et définitif d'abandonner ce projet d'aéroport. A se demander pourquoi une telle exigence ne pourrait pas s'appliquer dès demain au sein des collectivités territoriales qui soutiennent le projet et qui sont à majorité PS-EELV. Comme la mairie de Nantes dont le maire n'est autre que Jean-Marc Ayrault, patron des députés PS, ou la région Pays de la Loire présidée par le socialiste Jacques Auxiette.

 

 

 

Ayant obtenu une concession de 55 ans et des financements publics importants pour la construction et l'entretien de ce futur aéroport, Vinci fait du greenwashing. Les promesse de « développement durable » ou de « haute qualité environnementale » ne masquent pas les aberrations écologiques, sociales et économiques d'un tel projet. Plus de 2000 ha de terrains agricoles sacrifiés au moment où il faudrait rapprocher les zones de production maraichère des grands centres urbains. Parier sur la croissance du transport aérien alors que la France et l'Europe devraient diminuer leurs émissions de GES de 40 % d'ici 2020 et 95 % d'ici 2050 pourrait être risible si des centaines de millions de personnes de par le monde ne supportaient pas déjà les conséquences des dérèglements climatiques. Au détriment de leur vie.

 

 

 

Pariant sur le développement des vols Low Cost aux pratiques sociales désastreuses, les collectivités locales socialistes et le gouvernement promeuvent main dans la main un projet nécessitant des centaines de millions d'euros d'argent public pour aménager le site et le desservir. Alors que l'aéroport actuel, nullement saturé, est déjà bien desservi. Le tout au moment où des coupes sombres sont effectuées dans les financements des services publics essentiels au bien-être de nous toutes et tous. Politiques d'austérité pour la majorité, financements sans limite pour les déplacements de quelques-un-e-s de l'autre.

 

 

 

Les décisions conduisant à des projets si néfastes et inutiles incarnent une véritable séquestration de la démocratie au seul profit des intérêts de quelques multinationales et au détriment des véritables besoins de la majorité d'entre nous. S'appuyant sur un imaginaire du siècle passé, l'édification d'infrastructures gigantesques (ir)réfléchies dans des bureaux calfeutrés et hermétiques à tout débat avec les populations concernées fait office de politique d'aménagement du territoire. Cela ne peut plus durer.

 

 

 

Face au pillage des ressources naturelles de la planète pour satisfaire nos modes de vie insoutenables, nous opposons un partage égalitaire dans l'espace, avec les populations les plus démunies, et dans le temps, avec les générations futures, des matières premières, notamment non-renouvelables, auxquelles nous pouvons accéder. Le tout en préservant les écosystèmes. Enfin, respecter les droits et souverainetés des populations et peuples disposant de ces ressources doit-être au cœur d'un projet de transformation sociale et écologique.

 

 

 

Comme cela a été dit tout au long du week-end de mobilisations contre l'aéroport de Notre-Dame des Landes, obtenir l'abandon de ce projet c'est ouvrir la voie à d'autres victoires et s'engager vers d'autres modes de production, de consommation, de transport. En l'espace d'un week-end, la lutte contre ce projet d'aéroport est devenu un emblème pour toutes celles et ceux qui veulent construire une société démocratique, participative, juste socialement et soutenable sur le plan écologique. Notre-Dame des Landes est devenu un enjeu national que nul ne pourra plus ignorer.

 

 

 

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, et engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org).

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

Une des banderoles contre l'aéroport de Notre-Dame des Landes
Une des banderoles contre l'aéroport de Notre-Dame des Landes© Alter-Echos (www.alter-echos.org)

Publié dans environnement

Commenter cet article

phil 16/07/2011 11:23



Une double aberration, d'abord un ayraultport totalement inutile pour tous ceux qui connaissent un peu la région, ensuite une preuve flagrante des projets bidons et couteux du PS ce qui hélas
n'est pas une nouveauté...


Vinci et PS dans le meme panier, à dégager !!!!



dan29000 16/07/2011 12:04



14 000 manifestants le week end dernier, c 'est une belle victoire contre le projet que manifestement la population locale ne veut pas, encore une belle occasion de perdue pour la gauche de
pouvoir qui sévit un peu partout