Nucléaire : Areva, pollueur majeur, finance l'athlétisme français !

Publié le par dan29000

 

 

 

nucleaire-tue.jpg

Samedi 5 mars
Lieu : Paris (75)

Dernière modification : 7 mars 2011

Samedi 5 mars 2011 : L’immense banderole "Le nucléaire tue l’avenir" a été déployée sur les pentes du palais omnisports de Bercy, afin de dénoncer le sponsoring par AREVA des championnats d’Europe d’Athlétisme en salle qui se déroulent à Paris Bercy les 4, 5 et 6 mars.

> Lire notre communiqué de presse

Une opération de tractage et d’information du public a été réalisée en parallèle de l’action.

05/03/2011
Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce le financement de l'athlétisme français par AREVA, grand champion de la pollution radioactive.



Le Réseau "Sortir du nucléaire" organise le samedi 5 mars une action de protestation contre le sponsoring par AREVA de l'athlétisme français. Une immense banderole "Le nucléaire tue l'avenir" est déployée sur les pentes du Palais omnisports de Paris Bercy. Cette action est la première d'une longue série, si la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) ne met pas fin à ce partenariat scandaleux.

Alors qu’AREVA matraque intensivement la France depuis un mois avec son tout nouveau spot publicitaire, l’industriel continue son offensive médiatique. L'entreprise parraine en effet les Championnats d’Europe d’Athlétisme en salle organisés à Paris Bercy du 4 au 6 mars 2011, pour la troisième année consécutive et aux frais du contribuables (*). Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce le financement de l'athlétisme français par AREVA, et le partenariat qui lie la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) et l'industriel, grand champion de la pollution radioactive.

Un message tronqué et mensonger

AREVA justifie ce financement en se targuant de valeurs communes entre l’athlétisme et l’industrie nucléaire : « progrès continu, excellence, (…), enthousiasme, énergie ». Une éthique que le leader du nucléaire s’approprie un peu vite. AREVA déclare en outre s’attacher à ne financer que des sports non émetteurs de gaz à effet de serre, tels la voile ou l’athlétisme. AREVA en grand champion de la lutte contre le changement climatique ? On n’ose y croire.

En agissant de la sorte, l’industriel profite honteusement de l’image positive du sport : il faut rappeler qu’AREVA est responsable de contaminations irréversibles de l’homme et de son environnement, contaminations soigneusement passées sous silence. Plus soucieux de sa rentabilité que de santé publique, AREVA cherche à exporter à tout prix (**) son EPR, alors même que les experts soulignent les différents défauts de sûreté et de sécurité. Et contrairement à ce qu’AREVA se plaît à clamer, l’industrie nucléaire génère une grande quantité de CO2 et est bien loin de son image « propre ». L’entreprise exploite des mines d'uranium au Niger, au mépris des populations locales et dans des conditions sanitaires insupportables. Il est donc bien difficile de trouver des valeurs similaires entre les activités d’AREVA et l’athlétisme.

Un sponsoring aux frais des Français

L’Etat français étant actionnaire à 93% de l’entreprise, les contribuables français financent donc directement cette campagne massive de désinformation : 20 millions d’euros rien que pour le budget du spot publicitaire!

Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce cette gigantesque opération de désinformation aux frais du contribuable qui entache fortement l’image de l’athlétisme, et presse les dirigeants de la FFA à rompre tout lien avec AREVA.

Une action de protestation est en cours à Paris Bercy: « nous sensibilisons au fait qu’AREVA sponsorise l'athlétisme car en cas d'accident nucléaire, il ne nous reste plus qu'à prendre nos jambes à notre cou ! », conclue le porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire », Daniel Roussée.

* brève d’Areva : http://www.areva.com/FR/actualites-8695/areva-partenaire-national-des-championnats-d-europe-en-salle-a-paris-bercy.html
** EDF a confirmé en juillet un retard de deux ans dans la construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville. L’entrée en service commercial de ce réacteur n'aura pas lieu avant 2014. Ce retard s’accompagne d’un surcoût d’au moins 2 milliards d’euros. L’EPR français coûtera donc au bas mot 5 milliards, au lieu des 3,3 milliards annoncés initialement. Par ailleurs, l’EPR en construction en Finlande accuse plus de 44 mois de retard pour un surcoût de 3 milliards, soit un doublement du coût prévu au départ. Au total, ce sont donc déjà 5 milliards d’euros de surcoût qui seront à la charge des contribuables français.

Contacts presse :
Daniel Roussée, 0661978328, Porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire »
Opale Crivello, 0612405951, Contact presse sur Paris
François Mativet, 0603922013, Contact presse national

Photos disponibles prochainement:
http://groupes.sortirdunucleaire.org/agenda/ile-de-france/article/action-le-nucleaire-tue-l-avenir


Lien permanent vers ce communiqué: http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=762


Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 14/03/2011 16:41



Bonjour Dan,


Le nucléaire me fait peur et je vois bien que peu de gens ne comprennent les tenants et les aboutissants alors oui, il faut sortir de cet engrenage là ... même si c'est moins cher car il
y va de la santé de tous les citoyens de France et ce n'est pas rien non plus ...


Et puis, c'est bon Areva en a déjà plein les poches, ça suffit quand même ...


Bon lundi à toi. A bienôt. Bises.


Mitsuko



dan29000 14/03/2011 16:55



le nucléaire n'est pas moins cher du tout, car les centrales vieillissent très mal et on ne sait pas quoi en faire après, par ailleurs le pb  des déchets presque éternels coutent lui aussi
très cher à transporter, à traiter et à conserver...Bon lundi