Nucléaire : Situation catastrophique pour les salariés de la sous-traitance

Publié le par dan29000

Quand on parle "Nucléaire" on pense tout de suite aux dangers pour la population et pour l'environnement. C'est normal. Pourtant, les premiers dangers concernent les travailleurs du nucléaire. Et parmi ceux-là, les plus exposés, dans les deux sens du terme, les travailleurs de la sous-traitance, c'est pourquoi une association a été créée :
"Santé sous-traitance nucléaire chimie" 
Nous aurons dorénavant un suivi de ce problème spécifique sur ce site. De plus en plus de salariés sont contaminés. La situation est tellement difficile que plus de 80 % d'entre eux voudraient changer de métier, même avec une perte de salaire. 
Pour commencer voici une interview du président de l'assos qui date de mars 2009 pour le site "WK/CE Information et solution pour le CE. Cette association a été créée par des salariés de la sous-traitance du nucléaire et de la chimie. Elle concerne tous les salariés, syndiqués ou non-syndiqués. 

               ___________________________________________________________

Philippe Billard, président de l’association « Santé sous-traitance nucléaire chimie », dénonce un suivi médical inapproprié aux conditions d'exposition des salariés du secteur.

Pourquoi avez-vous créé cette association ?

Les entreprises ont pris l’habitude d’externaliser leurs activités les plus dangereuses et s’exonèrent ainsi de toute responsabilité en cas de maladie professionnelle déclarée par un des salariés de la sous-traitance. Ces derniers sont donc les plus exposés au risque et aussi les moins protégés. Les contrats durent entre trois et six ans, pour empêcher toute traçabilité : on change de médecin du travail à chaque contrat, il n’y a pas de suivi dans la durée.
Or, les dernières expertises montrent que les rayonnements ionisants sont 16 fois plus dangereux que l’amiante et que 40 % des salariés exposés seront malades.

Quelle est l’action de cette association ?

Nous réclamons un réel suivi médical, des mesures de soins et de prévention des risques. Nous aidons les salariés atteints de maladie professionnelle à obtenir reconnaissance et indemnisation. Nous voulons que les contaminations par rayonnements ionisants soient reconnues en accidents du travail et que les seuils d’exposition autorisés soient abaissés.


Pourquoi ne pas agir dans le cadre de vos mandats de DP et de membre du CHSCT ?

En tant que membre CHSCT d’un sous-traitant, je suis responsable de toutes les centrales du Val de Loire, ce qui est beaucoup trop vaste, et le turn-over important empêche une action syndicale dans la durée.
De plus, on ne peut intervenir que très à la marge, sur les équipements individuels, car ce n’est pas notre employeur direct qui fixe les conditions de travail mais l’entreprise mandataire. Et puis, les sous-traitants ont des préoccupations spécifiques, la fédération de l’énergie veut préserver les emplois et n’apprécie pas trop que l’on dénonce les dangers du nucléaire. Il faudrait créer une fédération de la sous-traitance par corps de métiers.

Propos recueillis par Mariette Kammerer

                   _____________________________________________________________

En complément voici une autre intervention de Philippe Billard dans le cadre d'un forum de la FONDATION COPERNIC  en début d'année : Regardez ses propos sont édifiants : 6'56


POUR TOUS CONTACTS, mail : philippe.billard@yahoo.fr + tel : 06 14 79 44 66

On peut aussi consulter ce site :

 

 

 

 

 





Publié dans actualités

Commenter cet article

LAURENT 14/03/2010 12:39



Je suis un salarié sous-traitant d'EDF et ce depuis 1980. Je suis devenu ce qu'on
appelle un "nomade du nucléaire" un "déplacé" un "sans famille" un bohémien du neutron" mais je suis surtout un nomade "syndicaliste" et représentant de ce personnel muselé et corvéable à
souhait. Partout j'ai dénoncé, partout j'ai été viré. C'est moi et une minorité de salariés syndiqués qui vous devons plus que la lumière sur les pratiques de la maison bleu EDF et de ces
maquignons de grands groupes prestataires. Je suis fatigué d'en prendre plein la gueule. Cette semaine je vais encore être muté loin de mon sud-est et de ceux que j'aime car j'ai juste dénoncé
sur la Centrale nucléaire de Nogent, quelques conditions de travail lamentables de salariés sous-traitant. Je vais encore payé. Mais j'en peux plus, j'essaye de tenir, jusqu'à ce que je fasse une
connerie. Je prendrais un "non lieu "pour une zone de non droit que sont ces centrales nucléaires.



dan29000 14/03/2010 23:54



Merci de votre témoignage, notre site continuera à dénoncer ces pratiques et les immenses dangers du nucléaire, n'hésiter pas  à vous contacter, via la zone contact en haut à droite de la
page d'accueil, en cas de besoin...Courage et résistance...


dan



dubout 29/01/2010 17:37


Bonjour, "je suis décontamineur dans le nucléaire" vous raconte ce qui se passe à l'intérieur, témoignage d'un travailleur pour les autres travailleurs, héros de notre électricité journalière. Plus
que des révélations, ce livre est un secret à lui seul.