Occitanie / Pau : une réunion pour la défense de la langue

Publié le par dan29000

revista1 libertat [50%]Libertat appelle a la mobilisation de la jeunesse béarnaise pour régler la question de la lenga et pour prendre posicion face à l’IBG (institut béarnais-gascon). Nous cherchons au moins 60 jeunes de n’importe où: de Pau, Vic-Bilh, d’Aspe, D’Ossau, de Vath Vielha, de Baretous, du Soubestre…pour préparer une action historique, une action symbolique mais forte et bien médiatisée.

Il y a assez de la honte et des honteux ! Nous ne pouvons laisser l’IBG continuer de faire pression sur nos élus et comme cela empêcher les avancées de la politique linguistique promises quelques années avant. Une position claire des nouvelles générations eut aider au développement social et culturel que nous voulons.

Les jeunes béarnais doivent aujourd’hui crier haut et fort les évidences encore niées par ces minorités réactionnaires: lo biarnés est un dialecte du gascon, qui est lui même un dialecte de l’occitan. Tout linguiste sérieux ne peut nier aujourd’hui l’appartenance de la langue béarnaise à l’ensemble occitan.

Pour ce qui touche à la graphie, problématique souvent avancée par les élus pour justifier les non avancées, il ne s’agit pas d’interdire au monde d’écrire comme ils le veulent. Il est vrais qu’il est difficile de demander aux personnes âgées d’apprendre à lire et à écrire en graphie classique, même si quelques un l’ont fait. Il s’agit de mettre cette graphie partout: dans les écoles (ce qui est déjà fait), au niveau administratif, sur les panneaux signalétique, dans les médias…pour que vale la norme, notre norme

Si nous avons choisit la graphie classique c’est parce que:
c’est la graphie de toute l’occitanie et le Béarn est en pays d’òc
c’est la graphie employée dans toutes les écoles du Béarn (Calandretas et écoles publiques, fac).
c’est la graphie bâtie sur celle qu’employaient les Troubadour il y a mille ans.
C’est la graphie la plus cohérente à employer parce qu’elle a le statut de langue romane: qui permet de lire les autres variantes de l’occitan mais aussi d’avoir un outils important pour apprendre ou simplement comprendre un autre langue romane (catalan, castillan, italien).
Si nous écrivions la langue française comme ceux de l’IBG écrivent la langue occitane actuelle, il y aurait un grand scandale, c’est sur!

Le conflit IBG-Occitaniste devient de plus en plus lourd pour les gens qui ne savent pas qui a raison par manque d’informations.

Il serait temps d’avancer concrètement sur une politique linguistique pour l’occitan et régler définitivement ces débats qui son ceux du passé.

Nous autres, jeunes, nous avons une responsabilité face à notre langue, ne laissons pas décider les vieux bloqués, soyez nombreux!

Une réunion est prévu le 16 septembre 2010 à la fac de Pau, patio de lettres, à 18h30.

ANEM ÒC PER LA LENGA NOSTA!!!

 

 

Source : Libertat 

Publié dans actualités

Commenter cet article