Offensive n°29 : Savoirs pour s'émanciper

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

offensive-e830d.jpg« Savoirs pour s’émanciper » Offensive n°29


« Savoirs pour s’émanciper » N°29 | mars 2011 | 52 p. | 4 euros

 


 

La numérisation des documents serait la panacée pour transmettre les savoirs de l’humanité. La politique de l’« éducation et formation tout au long de la vie » donnerait les moyens de s’épanouir en apprenant à tous les âges. Ces mythes sont à démonter. La mutation des institutions traditionnelles de diffusion du savoir (bibliothèques, écoles, formation professionnelle...) ne va pas dans le sens d’une émancipation sociale. La dématérialisation des supports nous contraint à apprendre derrière un écran, et le plus souvent seul-e. Elle nous pousse à accumuler sans hiérarchie des connaissances qu’il faudra remplacer rapidement par d’autres, plus « utiles ». Dans ce contexte de consommation, il nous semble important d’affirmer un autre rapport au savoir. L’apprentissage personnel et collectif qui nous intéresse est celui qui sert un processus d’émancipation, c’est-à-dire qui permette d’accroître notre maîtrise sur nos vies dans une perspective d’égalité et de solidarité. Avec ce dossier, nous avons choisi d’interroger une éducation qui se joue en dehors des structures d’enseignement, entre adultes, égaux de préférence : une éducation mutuelle et populaire. Hier et aujourd’hui, des militant-e-s politiques, des ouvrier-ère-s syndicalistes, des militant-e-s de l’éducation populaire, des travailleur-se-s sociaux, des artistes, des étudiant-e-s ont mis en place des espaces pour apprendre ensemble : groupes de théâtre-forum, groupes de conscience féministes, ateliers de rue, groupes de travail universitaires (GTU), bibliothèques, etc. Ces expériences reposent sur des principes communs : l’importance d’apprendre à partir de soi-même, de sa propre réalité ; la valorisation de savoirs hétérogènes (théorie, pratique, technique,...) ; la volonté d’émancipation. Un autre point important est la relation sociale. Que l’on en passe par la lecture de livres (de papier), l’analyse de nos expériences ou les activités manuelles, l’échange avec les autres est cruciale, pour se confronter et débattre. La façon dont on acquiert un savoir compte donc autant que le savoir lui-même. Le dossier « Savoirs pour s’émanciper » vient poursuivre une réflexion autour d’une culture de l’émancipation amorcée en particulier dans un précédent numéro d’Offensive  : « Culture de classe ou (in)culture de masse » paru en février 2006.

 

 

DOSSIER Savoirs pour s’émanciper
Savoir, pour quoi faire ? p. 16
Formater tout au long de la vie p. 17
Histoire d’une domestication p. 18-19
Faire œuvre d’émancipation p. 20-23
Le savoir autogéré p. 24-25
Ecrans partout culture nulle part p. 26
La passion de l’étude p. 27
Devenir acteur de la lutte p. 28-29
Les bourses du travail p. 30-31
S’émanciper dans l’espace social p. 32-33
Cultiver la rue p. 34
Prendre la parole p. 35
Apprendre ensemble p. 36-37


Et aussi :
En bref ici p. 4-5
BDS -la campagne qui dérange ! p. 6-7
L’espoir meurt en dernier p. 8-9
Les « cultures urbaines » et la paix sociale p. 10-11
Histoire - Repenser le progrès p. 12-13
En lutte -Une mégamachine délirante p. 14
Horizons - Les Philippines p. 38-40
En bref ailleurs p. 41
Entretien Les « Bat’women » p. 42-45
Alternatives - Altern’éduc p. 46-47
Livres p. 48-49
Musique-arts vivants p. 50
Arts vivants-ciné p. 51

 

Disponible en kiosque et librairie
Trimestriel d’Offensive Libertaire et Social
N°29, mars 2010, 52 pages, 4 euros

Contact : Offensive c/o Mille Bâbords
61 rue Consolat 13001 Marseille
ols[at]no-log.org
http://offensive.samizdat.net

 

Source / Rennes info


Publié dans lectures

Commenter cet article