Opus Dei : encore d'autres accusations de fraude pour la secte

Publié le par dan29000

Catherine Tissier n'est plus seule à dénoncer les abus de l'Opus Dei

 

 

  (traduction automatique de cet arficle publié en Espagnol; d' où les fautes de syntaxe..)

Six femmes ont signalé la fraude alléguée par l'Opus Dei à la Sécurité Sociale

  • Les écrits ont paru dans le dernier semestre
  • Reportez-vous au travail abusif sans un contrat
  • La Prélature affirme que le respect de la morale

«J'ai travaillé 14 ans sans être déchargé de la sécurité sociale, (...) j'ai continué à travailler lorsqu'ils sont malades psychologiquement (...), n'a jamais reçu une liste de paie."

Ils sont les allégations les plus répétées dans les procès en cours des derniers mois ont déposés auprès de l'Inspection du travail de l'Opus Dei six exnumerarias contre cette institution, et il révèle cette Chronique dimanche.

Ce sont des femmes qui sont entrés dans le travail au cours de sa jeunesse et qui étaient destinés à des tâches domestiques, que ce soit en direction de l'école, administratif ou domestique. Après son départ, ont trouvé leurs antécédents de travail de ces années-là sont vides.

Les six femmes soutient que «la fraude à la sécurité sociale se poursuit." Leurs revendications, en précisant les violations présumées des années soixante-dix à l'heure actuelle, ont été enregistrés entre Juin et Décembre l'année dernière à l'inspection du travail de Madrid, Vitoria, Santander, Pontevedra et Séville. Professionnels pour la crainte de représailles, ils préfèrent rester anonymes.

La dernière de ces demandes a été présenté lors du dernier Noël. L'entreprise qui a rejoint la MGM et à 14 ans dans le travail, où il est resté pendant deux décennies qui exercent des fonctions en tant que cuisinier et les travaux ménagers:

«. En aucun endroit où je travaillais a obtenu l'argent, mais il a remis directement à la prélature"

AP, qui a signalé son application dans Novembre, énumère les violations alléguées du travail dans les différentes destinations. En tout, 14 ans de travail "noir" en échange, comme les autres, l'hébergement et les repas. "Psychologiquement, malade, et a également dénoncé les personnes malades de décider de travailler ou non que les administrateurs de l'Opus Dei et non médecins (...)".

Le tiers des demandeurs, la CRP, rapporte que lors de ses 18 ans de gestion des résidences de travail n'a jamais eu un contrat formel. Dans la lettre envoyée à l'Autorité centrale des points de l'Inspection du travail pour des irrégularités présumées qui auraient une incidence, même ceux qui ont eux-mêmes été donnée a ajouté: «Il est très commun pour un employé est embauché par un nombre beaucoup plus restreint d'heures de travail et à des niveaux inférieurs à leurs qualifications."

Le quart des candidats a quitté l'institution en 2010, après quatre décennies au cours desquelles, dit-il, travaillé sans contrat de travail administratif et à la maison. Après psychologiquement malade, aujourd'hui est «incapable de l'activité de travail." Un autre des plaignants, MIM, qui a dirigé les institutions et les associations, a enregistré sa déclaration en Juin. En réponse, l'Inspection du travail a été invité à s'adresser aux tribunaux. Le dernier rapport est pour une femme qui a passé trois décennies à travailler pour l'institution, mais dont la vie professionnelle sont seulement 14 mois de cotisations.

Tous les candidats conviennent qu'ils ne pourraient jamais voter ou de leurs destinations, ou de leurs devoirs professionnels, ou des conditions qui entraînaient. Une voix autorisée de la Prélature de l'Opus Dei a veillé à ce qu'ils sont dans un "état d'impuissance totale» parce que les travaillistes n'a pas signalé de plaintes contre eux. Il a expliqué au Chronicle, "l'Opus Dei a toujours agi, actes et agir en conformité avec la législation en vigueur."

 

Faudra t il que des Italiens; des Polonais, des Belges, des Suisses, eux aussi dans leur pays de résidence dénoncent les manquements primordiaux du droit du travail pour que ces actions soient enfin reconnues, condamnées et chatiées en FRANCE et dans le MONDE ENTIER, et enfin que l'EGLISE CATHOLIQUE et ROMAINE organise une veillée pour toutes les personnes qu'elle a exploitées par l'entreemise de l'OPUS DEI ?

Philippe BUSTIN

 

 

Source / Comité soutien Catherine, voir le site ICI

Publié dans actualités

Commenter cet article