Palestine : grève de la faim, parfum d'espoir, par Abdellah Boudami

Publié le par dan29000

 

 

 

 

palestine2.jpgGrève de la faim, parfum d’espoir : témoignage sur les conditions carcérales des geôles israéliennes
Abdellah Boudami

 

 



Dans toutes les prisons israéliennes, des milliers de prisonniers palestiniens ont entrepris le 25 septembre une grève de la faim symbolique, le temps d’une journée. Dans un communiqué, les prisonniers déclarent que « l’assaut brutal contre les prisonniers d’Ofer [une des prisons d’occupation militaire israélienne en Cisjordanie], l’usage excessif de la force et de moyens féroces de répression, y compris des chiens, des bâtons et des gaz lacrymogènes, sans motif particulier, sont révélateurs d’un plan ciblant les droits des prisonniers ». Nous avons interrogé Ahmed Frasini, qui a connu les prisons israéliennes et dont le témoignage nous éclaire sur les conditions carcérales affectant depuis des décennies des milliers de Palestiniens…
La question des prisonniers palestiniens est cruciale, d’une part en raison de graves violations des droits humains élémentaires, allègrement bafoués par l’occupation israélienne, et d’autre part dans la mesure où presque toutes les familles palestiniennes comptent parmi elles au moins un membre ayant été ou étant détenu dans les geôles israéliennes. Dans un climat médiatique mettant en avant un « processus de paix » dont on connaît bien l’hypocrisie, c’est malheureusement une question qui n’est pas abordée et peu connue.



Quelle est donc la réalité de ces milliers de Palestiniens, jeunes ou âgés, femmes ou hommes, détenus par des policiers et des militaires d’une puissance coloniale ? Dans le livre de Michel Collon, Israël, parlons-en ! , nous avions pu interroger Ahmed Frasini, un Palestinien ayant connu la terrible réalité de ces prisons. Nous l’avons rencontré à nouveau. A travers son témoignage, c’est la réalité de milliers de Palestiniens que l’on découvre…



Tout commence souvent par une arrestation, brutale et violente. « Dans mon cas, ils sont venus en nombre, vers deux heures du matin », nous confie A. Frasini. « Ils sont entrés dans le village en causant un vacarme inouï. Faisant irruption chez moi, ils ont crié à mes parents qu’ils venaient me chercher. Mes parents et ma famille se sont interposés, je n’étais qu’un enfant ! Le soldat qui dirigeait l’opération a rétorqué que même si j’étais né en 1975 (nous étions alors en 1988) il décidait que j’avais 21 ans, et il affirma que c’était lui qui commandait. Ma mère a été frappée, ma tante, enceinte, blessée au ventre par un couteau, et même mon grand-père, qui avait soixante-cinq ans à l’époque, n’a pas été épargné par la brutalité des soldats ! ». En effet, jouissant d’un statut de quasi impunité, les soldats israéliens conjuguent arbitraire et brutalité lors de leurs opérations. En témoignent clairement certaines photos prises lors d’arrestations. En outre, les humiliations sont monnaie courante…

A 12 ans, Ahmed Frasini a donc été arrêté par les soldats, et est emmené devant les agents chargés des interrogatoires. « Dans leur jeep, il n’y avait presque pas de place, se souvient-il. Nous avons donc été jetés dans la voiture, sous les sièges, les yeux bandés et les mains menottées, et les soldats posaient les pieds sur nous ».



Aujourd’hui encore, on compte plusieurs centaines de mineurs détenus dans des prisons israéliennes. On connaît même des cas d’enfants nés dans les prisons pour femmes. « Ces arrestation brutales sont un moyen de pression permanent sur nous, Palestiniens. Elles permettent de ne pas alléger le poids de l’occupation, de terrifier enfants et parents, et d’opérer toutes sortes de chantages ». Lors de l’interrogatoire, les coups pleuvent, sans arrêts. Les menaces les plus horribles sont assénées en permanence. « Nous allons détruire ta maison, nous allons arrêter tes parents, me disaient-ils. Ils voulaient que je réponde à des questions insensées, sur une éventuelle participation à des assassinats d’Israéliens, sur des attentats à la bombe ! Lorsqu’ils ont branché des fils électriques à mes oreilles, un rire nerveux m’a parcouru. Le responsable de l’interrogatoire a alors redoublé de violence, il était très en colère, et les décharges électriques me brûlèrent cruellement ». Après, ce sont les « salles de collaboration » : des cellules que les Palestiniens partagent avec de faux prisonniers qui tentent de gagner la confiance et de soutirer des confidences. Une loi israélienne permet d’utiliser des éléments de cette conversation comme preuves pour des actes d’accusation. « Mais leurs techniques infernales ne s’arrêtent pas là, poursuit Ahmed. Ils vont ensuite faire miroiter toutes sortes d’avantages fabuleux si vous accepter de collaborer. Quand ils ne parviennent à rien, ils vous mettent dans la même cellule que des prisonniers israéliens de droit commun, et ce sont ces derniers qui deviennent les nouveaux bourreaux… »






Le calvaire peut durer longtemps. La loi israélienne prévoit de faire passer le détenu devant le juge au maximum huit jours après l’arrestation, mais un juge militaire peut prolonger la détention pour trois mois supplémentaires, sur simple « suspicion ». Quant aux arrestations lors d’opérations militaires en Cisjordanie, l’arbitraire le plus scandaleux caractérise les juridictions militaires, la Knesset n’ayant pas à se prononcer sur ces cas-là.

Il est donc évident qu’Israël ne respecte pas les règles prévues par la Quatrième Convention de Genève. Autre exemple : beaucoup de prisonniers de Cisjordanie sont emmenés dans des prisons de l’Etat israélien, ce qui les empêche de recevoir la visite de leur famille. Mais Israël rétorque que, la Haute Cour israélienne de Justice ayant approuvé ce type de détention, les lois sot respectées... Le droit de visite est un droit continuellement bafoué par l’Etat hébreu. « Nous étions toujours traînés d’un centre de détention à l’autre, sans que nos proches puissent savoir où nous sommes exactement, témoigne A. Frasini. Un jour que je me trouvais à l’arrière d’un commissariat, pour une énième arrestation, ma mère est venue car elle me cherchait désespérément. Je l’ai aperçue, mais un policier m’a rapidement bâillonné de façon à ce que je ne puisse l’appeler… Ma mère est partie sans même savoir que j’étais là ». A. Frasini ajoute ensuite : « Les geôliers poussaient le vice jusqu’à inviter à notre insu des membres de notre famille en les encadrant de policiers israéliens, et nous faisaient croire qu’ils ont été arrêtés en les faisant passer devant nos fenêtres… Nous étions terrifiés, et nos proches repartaient bredouilles ».

Le nombre de prisonniers palestiniens fluctue dans le temps, au gré des opérations israéliennes, entre huit mille et douze mille généralement, et on compte parfois quatre cent ou cinq cent enfants derrière les barreaux. Plusieurs centaines d’arrestations sont dites « administratives », ce qui empêche les prisonniers d’avoir droit à un procès et ce qui permet de garder les informations censées justifier ces arrestations hors de portée des avocats… Difficile dès lors de protester contre l’injustice de la détention. De plus, une loi prévoit que le témoignage concordant de deux soldats israéliens suffi à établir des actes d’accusation.

Ahmed Frasini continue son récit : « A toutes ces injustices s’ajoutent les horribles conditions d’hygiène et sanitaires. Certaines cellules étaient parcourues par des eaux pestilentielles et des rats, et nous avions moins de lits qu’il n’y avait de prisonniers. Pour éviter de devoir se coucher à même les excréments, nous devions nous relayer sur des couches minuscules, souvent à deux. Je suis un jour tombé de la couche du haut : aujourd’hui encore, j’en ressens des douleurs au dos. En matière de soins, très souvent, la seule chose qu’on reçoit, c’est une aspirine. J’ai été témoin de la souffrance d’un prisonnier, dont la plaie ouverte s’était infectée, purulente, sans que des soins ne lui soient apportés. Ce sont des scènes qui vous marquent ». Ces mauvais traitements peuvent mener jusqu’à la mort, dans des circonstances parfois troubles.
A cela s’ajoutent les tortures psychologiques, les détentions prolongées dans l’obscurité, la mise en isolement de certains prisonniers, les traitements humiliants et dégradants.






« Je comprends évidemment cette grève de la faim. Un jour, avec mes compagnons de cellule, nous nous étions résolus à en entamer une pour le prisonnier dont la plaie s’était infectée. Il faut savoir que, dans ce cas, certaines équipes d’intervention israéliennes sont chargées de rétablir l’ordre. Nous avons été jetés dans des cellules inondées d’eau glacée sur plusieurs centimètres de hauteur, plusieurs heures durant, en plein mois de janvier ».

Aujourd’hui, les prisonniers palestiniens protestent face aux reculs de leurs droits, droits qu’ils ont chèrement acquis, arrachés même, au fil des luttes de ces dernières années. Le droit de voir ses proches, que ces derniers ne soient pas humiliés lorsqu’il viennent rendre visite (récemment, deux femmes venues voir un prisonnier ont été forcées d’accepter une fouille à nu !), de lire, de suivre les actualités, de passer le baccalauréat… Tous ces droits arrachés par les luttes citoyennes palestiniennes, et qui ne sont rien d’autres que des revendications pour le respect des chartes et traités internationaux, tendent à être remis en cause par Israël, rendant la vie des prisonniers encore plus difficile qu’elle ne l’est déjà. « Quand je consulte certaines listes de prisonniers palestiniens, je reconnais les noms de certains amis qui ont été arrêtés à la même période que moi, et qui y sont encore. » souligne A. Frasini. « Il faut absolument faire connaître cette situation et relayer les revendications des prisonniers ! ».

Ces revendications sont simples : l’appel à la communauté internationale pour l’adoption de résolutions visant à protéger les droits des prisonniers palestiniens en Israël.

A l’heure où médias et politiques se focalisent continuellement face aux dizaines d’ « arrestations ou détentions de prisonniers politiques à Cuba » et affichent des mines indignées, y aura-t-il une prise en compte de la réalité et du calvaire permanent que subissent plusieurs milliers de prisonniers politiques, et parmi eux des enfants, dans les geôles israéliennes ? Mettra-t-on un terme à une injustice jusqu’à ce jour tolérée par les dirigeants occidentaux ? Rien n’étant moins sûr, les prisonniers palestiniens reposent leur espoir sur l’action des mouvements citoyens pour relayer les revendications et appeler à la mobilisation.



Source : Investig'action

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article