Palestine : Leila Khaled du FPLP en interview

Publié le par dan29000

LeilaKhaled4.jpgInterview de la Campagne de Solidarité de Nouvelle-Zélande avec la Camarade Leila Khaled

La Campagne de Solidarité du FPLP du Parti des Travailleurs de Nouvelle Zélande a organisé une interview avec la Camarade Leila Khaled, membre du Bureau Politique du FPLP en avril 2010. Les vidéos de l'interview, via le programme de communication vidéo Skype, sont disponibles sur le site Web de la Campagne. L'interview, présentée ci-dessous, aborde le droit de retour, le rôle de l'OLP, le danger des négociations et la nature des régimes réactionnaires d'arabe.

 



Communiqué de presse de la Campagne :

La Campagne de Solidarité du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) est heureuse d'annoncer la publication de la première partie d'une interview avec Leila Khaled. Le coordonnateur de la Campagne de Solidarité du FPLP Mike Walker a réalisé l'interview via Skype avec Leila chez elle à Amman, en Jordanie, le 6 avril cette année.

Leila Khaled est souvent appelé terroriste par ses ennemis, les États-Unis et l'état d'Israël. Mais, dans les Territoires Occupés, la bande de Gaza et les innombrables camps de réfugiés disséminés dans le monde arabe, elle est un héros révolutionnaire, un combattant de la liberté et l'incarnation de la lutte militante palestinienne contre le Sionisme et l'Impérialisme au Moyen-Orient et pour la liberté et l'autodétermination.

Leila Khaled et le FPLP ont frappé l'attention internationale lorsque Leila est devenue la première femme à détourner un avion commercial le 29 août 1969. Leila a fait détourner par le pilote l'avion sur Haïfa, où elle est née, mais qu'elle n'a jamais été autorisée à visiter, permettant finalement à l'avion d'atterrir à Damas, Syrie. Les passagers ont été débarqués et l'avion a explosé en face de la presse internationale. Golda Meir avait déclaré en juin que "Les Palestiniens, ça n'existe pas ", mais Leila Khaled et le FPLP avaient placé fermement la lutte palestinienne sur la scène mondiale, où elle ne pourrait ne plus être ignorée désormais.

Aujourd'hui, Leila est un membre central du FPLP et de son Politburo, s'occupant principalement du droit au retour des réfugiés palestiniens. Walker a déclaré que «Leila est une vraie femme révolutionnaire qui a consacré sa vie à la lutte des Palestiniens pour leur droit à l'autodétermination et à rentrer chez eux». «Leila est une source d'inspiration pour nous tous», a-t-il poursuivi.

Leila Khaled a terminé l'entrevue en affirmant qu'elle avait "un message pour les Néo-Zélandais". Elle a ensuite averti que nous devrions tous "prendre garde au Sionisme. Le Nazisme a causé la perte de vingt deux millions d'humains et la destruction de l'Europe. Que pensez-vous que fera le Sionisme, avons-nous besoin d'une troisième guerre ? Nous devons arrêter l'expansion de la politique et l'idéologie sioniste.»

Texte complet de l'entretien :

Pouvez-vous me parler de votre rôle aujourd'hui au sein du Front Populaire pour la Libération de la Palestine et de la politique palestinienne en général ?

Maintenant, je suis un membre du Politburo du FPLP et je suis responsable des dossiers du comité des réfugiés et du Droit au Retour, ce qui signifie que nous avons un programme et un plan pour généraliser et mobiliser les citoyens sur le Droit au Retour. Parce qu'aujourd'hui, et depuis des années, les Israéliens tentent de mettre fin à l'idée du Droit au Retour. C'est négliger et ignorer le Droit de Retour des Palestiniens dans leurs foyers. C'est pourquoi il s'agit d'un dossier important dont je m'occupe et dont je suis responsable au sein du FPLP.

Dans un document de l'OLP récemment divulgué, on voit qu'en décembre 2009 Mahmoud Abbas était prêt à concéder le droit au retour en autorisant uniquement 150 000 Palestiniens à revenir sur une période de 10 ans, en laissant le reste pourrir dans les camps de réfugiés ou en tant qu'invités indésirables dans les états arabes voisins. Quelles sont vos idées à ce sujet ?

Personne ne peut interdire le droit du peuple, même s'il est Mahmoud Abbas ou tout autre personnage officiel palestinien. Ils ne peuvent pas [remplacer] le droit de retour par leur propre vision. Il y a une grande opposition contre cela. Le peuple, que ce soit dans la diaspora ou en Cisjordanie et à Gaza, est contre ces déclarations et contre une telle attitude, parce que le droit de retour est un droit personnel, c'est un droit populaire, c'est un droit légal pour les êtres humains comme les Palestiniens qui ont été chassés de leur patrie par la force. Et souvenez-vous que la Résolution 194 de l'Organisation des Nations Unies appelle Israël à respecter la loi internationale qui dit dans cette résolution qu'Israël sera accepté en tant que membre de l'Organisation des Nations Unies à condition que les Palestiniens reviennent dans leur patrie et dans leurs villages et leurs propriétés d'où ils ont été chassés par la force en 1948. Ainsi aucun personnage officiel ne peut pas, ou n'a aucunement le droit de changer le droit de retour en une idée que quelques uns des Palestiniens pourraient revenir en Palestine.

Et il y a deux jours, nous avons eu Salam Fayyad, qu'on dit être le Premier Ministre, car nous n'avons pas une souveraineté sur nos terres pour avoir des Premiers Ministres ou un gouvernement ou quoique ce soit. De sorte qu'il y a une grande discussion maintenant parmi les formations, parmi les citoyens et leurs représentants au sein de l'OLP ou partout dans le monde, qu'ils n'ont pas le droit de dire que le droit de retour pour les Palestiniens n'est plus désormais une question réaliste et aussi longtemps que la lutte continue, et que ce conflit se poursuit, cela signifie que la clé de la solution est le droit au retour. Ainsi Il n'est pas juste de modifier cette question et ce droit selon leur vision.

Dans votre livre "Mon peuple va vivre" vous avez dit que les actes de violence visaient à "expulser la cire des oreilles de libéraux occidentaux sourds". Le détournement d'avion et autres tactiques violentes ont certainement concentré l'attention du monde sur la cause palestinienne mais seriez vous d'accord que la cire bouche toujours fermement les oreilles des libéraux occidentaux lorsqu'il s'agit des droits palestiniens ?

Je pense que maintenant il n'y a pas de cire. Ils l'entendent, mais ils n'agissent pas encore conformément à ce qu'ils entendent. Le problème n'est pas ce qu'ils entendent. Le problème, c'est d' être convaincu que les Palestiniens ont le droit d'avoir leur propre État indépendant avec Jérusalem sa capitale et que les Palestiniens sont soumis à l'occupation. Les Palestiniens sont toujours des réfugiés dans leur pays et dans la diaspora alors il faut de plus en plus lutter pour convaincre non seulement, non pas les gouvernements parce que nous savons que les gouvernements sont inclinés du côté d'Israël. Nous sommes dépendants du mouvement populaire dans différents pays, en particulier à l'Ouest, et nous avons constaté l'escalade des appels pour Boycott Désinvestissement et Sanctions contre Israël.

De quoi l'Occident a-t'il plus besoin que de l'holocauste des Palestiniens à Gaza ? Que faut-il de plus à l'Occident qu'une résolution de la Haute Cour de Justice de la Haye jugeant que le mur de l'apartheid qu'Israël construit en Palestine est illégal et que les colonies sont illégales ? Que leur faut' il de plus, alors qu'ils ont vu qu'Israël a utilisé toutes sortes d'armes de destruction massive dans la bande de Gaza dernièrement, pour être convaincu que les Palestiniens ont besoin de leur liberté, ils ont besoin de leur souveraineté sur leurs terres, ils ont besoin du soutien pour leur lutte car notre lutte est une lutte légale, et c'est un devoir pour nos concitoyens et pour nous que de lutter contre l'occupation qui est la plus inhumaine action contre les peuples ? C'est pourquoi je vous dis qu'il n'y a pas de cire dans les oreilles de l'Occident, mais c'est qu'ils ne sont pas convaincus qu'ils doivent changer leurs idées. De toute façon nous dépendons du peuple, des campagnes de solidarité de différents peuples, y compris les parlementaires et les organisations populaires ou de masses, qui appellent toujours à soutenir les Palestiniens.

En 1974 le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) a quitté l'Organisation de Libération de la Palestine pour former le Front du Rejet avec d'autres gauche groupes en réponse au programme en dix points du Fatah qui est apparu comme la première étape de la reconnaissance de l'état d'Israël. Cela est arrivé à nouveau lorsque l'OLP est entré dans les négociations qui ont abouti aux accords d'Oslo, le FPLP cette fois rejoignant/formant l'Alliance des Forces Palestiniennes avec les groupes laïques de gauche et des groupes islamiques tels que le Hamas et le Jihad islamique. Le FPLP n'est plus un membre de l'Alliance des Forces Palestiniennes ; pouvez vous donner une idée de cette décision de devenir une fois de plus actif dans l'OLP lorsqu'elle continue à contredire un des principes de base du FPLP de ne pas négocier avec l'ennemi ?

Le FPLP fait partie de l'OLP, et l'OLP est le seul représentant des Palestiniens et le représentant légitime des Palestiniens. Maintenant c'est l'institution où nous pouvons, en tant qu' opposition, lutter pour le changement de l'attitude du Fatah et de la direction de l'OLP, maintenant, ceci d'un côté. De l'autre côté, nous avons de nombreuses connexions avec le Hamas et le Jihad [islamique] car ceux-ci font partie des composants de notre société et des organisations de notre société et nous ne disons pas que nous n'ont rien à voir avec eux ou que nous n'avons pas de relations avec eux. Nous entretenons des relations avec toutes les formations, parce que nous sommes à un stade, le stade de libération et avec les règles qui gouvernent, ou qui nous donnent le droit d'avoir des relations avec toutes les formations, y compris les formations islamiques. Parce que la principale contradiction est avec l'occupation israélienne et non avec les composants de notre société. C'est pourquoi nous sommes toujours dans l'OLP parce que nous sommes les fondateurs de l'OLP, bien que nous ne soyons pas la principale direction de l'OLP.

Mais nous sommes toujours opposés aux accords d'Oslo ; nous sommes opposés à la division qui a eu lieu à propos de l'utilisation des armes entre le Hamas et le Fatah, nous avons condamné l'utilisation des armes parce que depuis le début de la révolution après 1967 nous sommes parvenus à être d'accord que les contradictions entre les formations ne peuvent être résolues, sauf par le dialogue et par les discussions et non par les armes. Les armes sont utilisées uniquement contre l'ennemi. C'est pourquoi nous sommes dans un endroit où nous sommes à la même distance entre les deux formations, entre le Fatah et le Hamas, mais en même temps, nous avons beaucoup de choses communes sur lesquelles nous sommes d'accord. Par exemple, les colonies, le mur, les questions des prisonniers, les questions traitant de la politique israélienne, même si nous sommes contre les négociations. Et dernièrement nous sommes, avec d'autres, contre les négociations indirectes tenues à la suggestion américaine de tenir des négociations indirectes sans arrêt des colonies et nous avons réussi à faire que, même Abbas n'a pas pu accepter les pourparlers indirects... il a accepté au début, mais il s'est arrêté en raison de l'opposition. Nous dirigeons cette opposition en tant que FPLP.

Pourquoi, lorsque le Fatah et Mahmoud Abbas ont constamment trahi la cause palestinienne à la demande des Israéliens et des impérialistes, ont-ils toujours apparemment un soutien populaire ?

Je pense que Mahmoud Abbas a encore un soutien, mais pas dans la mesure de trahir la cause palestinienne. Nous entendons toujours une critique, une forte critique maintenant venant de différentes formations et de personnalités différentes, également de syndicats critiquant l'attitude de Abbas, ce qui signifie qu'il est en train de perdre sa popularité depuis qu' il a été élu président de l'AP. C'est pourquoi je pense que s'il poursuit sa politique en direction des négociations je pense qu'il va perdre beaucoup.

Et le Fatah ?

Bien entendu, il est le chef du Fatah et le Fatah perdra tout d'abord à partir de ses effectifs des bases du Fatah, car les bases du Fatah, jusqu'à présent s sont avec la résistance, et non contre elle. Mais en raison de la situation en Cisjordanie entre les Israéliens et l'appareil de sécurité de Abbas, les gens sont arrivés à un point où ils ne peuvent pas faire ce qu'ils veulent faire parce qu'ils seraient arrêtés soit par l'appareil palestinien soit par les Israéliens. Ce qui signifie qu'ils sont en train de pousser les gens eux-mêmes à exprimer leur attitude. Mais quand cela arrive à des colonies ou à des constructions, en détruisant les maisons à Jérusalem, nous avons été témoins que les gens sortiront pour déclarer leur attitude à Hébron, à Jérusalem, à Naplouse, dans différentes villes de la Cisjordanie en condamnant les étapes israéliennes vers le changement de Jérusalem, ce qui signifie que le peuple ressente beaucoup de colère contre cette politique et cela a fait qu' Abbas soit revenu de son acceptation des négociations indirectes avec Israël.

Comment le FPLP voit-il le rôle de la classe ouvrière israélienne, et le FPLP maintient-il des liens avec les anti-sionistes israéliens et les groupes socialistes juifs?

Nous avons des liens avec certaines personnalités et nous considérons également la classe ouvrière comme une classe ouvrière libre. La classe ouvrière en Israël participe à l'occupation - jusqu'à présent. Cette classe ouvrière est trompée par l'idéologie sioniste, et c'est pourquoi nous regardons du côté des Israéliens comme La Paix Maintenant ou Arrêt du Mur , ceux qui soutiennent notre peuple contre le mur, qui expriment leur solidarité chaque semaine dans les manifestations dans différents villages comme Bil'in et Nilin, mais ce n'est pas un large mouvement qui est le courant principal dans la société. Parce que nous avons vu il y a deux ans, ou moins que ça, lorsque les élections ont eu lieu en Israël une majorité de la classe ouvrière en Israël a voté pour l'extrême droite, ce qui signifie que jusqu'à maintenant la classe ouvrière en Israël a des illusions sur l'aile droite en Israël au gouvernement. Cela signifie que nous avons besoin de plus de temps pour atteindre une vision commune de la classe ouvrière également en Israël, que l'occupation est inhumaine, qu'elle est illégale et elle est contre la société elle-même, parce que je dois dire que les travailleurs palestiniens en Israël, leurs employeurs ne payent parfois pas les travailleurs palestiniens à leur prix. La Histadrout qui représente la classe ouvrière ne défend pas les travailleurs palestiniens ce qui signifie que, jusqu'à présent, cette classe ouvrière participe à l'occupation.

Quel est analyse du FPLP sur le mouvement anti-impérialiste croissant en Amérique du Sud, dirigé par Hugo Chavez au Venezuela et Evo Morales en Bolivie, qui tous deux ont récemment coupé toutes les relations diplomatiques avec Israël et expulsé les diplomates israéliens ?

Dès le moment où Chavez a été élu et puis ensuite Morales et leurs politiques et morales nous avons vu plus d'espoir et de plus de force pour affronter l'impérialisme américain et depuis ce temps, nous avons de bonnes relations avec les partis là-bas et avec les gouvernements du Venezuela et de la Bolivie. Cela nous donne aussi la force de dire à nos masses non seulement en Palestine, mais aussi en Irak, en Égypte, dans les pays arabes que l'impérialisme américain n'est pas notre destin et donc que nous pouvons y faire face. Et maintenant les gens peuvent voir que l'on espère arrêter l'occupation en Palestine et également en Irak. Car il y a maintenant deux pays arabes qui sont occupés par les Israéliens et les Américains. Donc ces gens pauvres au Venezuela et en Bolivie ont changé l'idée et l'attitude de l'administration américaine selon laquelle l'Amérique du Sud est le jardin derrière la Maison Blanche, ils l'ont modifiée en ce qu'il s'agit de pays libres, de gens libres, qui luttent pour leurs droits de l'homme, pour leur progrès. Cela nous donne plus de patience, plus de courage pour continuer notre combat.

Je dois dire que dans les manifestations de l'an dernier pendant la guerre contre Gaza, le peuple, les nôtres, ont porté des portraits de Chavez, car ils le considéraient comme un héros, non seulement pour le Venezuela, mais également pour tous les peuples qui recherchent leur liberté. Ce qui montre que notre peuple a compris directement que de telles personnalités dans l'histoire, même s'ils sont loin géographiquement, cela signifie pour nous que ces personnes ont apporté la liberté dans leur pays et ils aideront ceux qui vivent sous l' occupation en Palestine et aussi en Irak.

Pouvez vous donner un aperçu du rôle actuel des différents régimes arabes, et y a-t-il des mouvements populaires de masse dans le monde arabe qui pourraient aider à contester le statu quo ?

Lorsque nous parlons des régimes arabes en général, et à quelques très rares exceptions près, comme la Syrie, les autres régimes comme l'Egypte par exemple ou l'Arabie Saoudite ou ceux qui soutenaient la question palestinienne, nous avons vus maintenant au dernier sommet en Libye, ils n'ont même pas refusé quoi que ce soit de la politique américaine en Palestine occupée ou en Irak ; les régimes arabes en général, ils se sont conformés , ils se conforment à la politique américaine dans notre région car ils ne prennent pas leurs décisions eux-mêmes. On leur ordonne toujours de rendre leur politique conforme aux intérêts américains/israéliens dans notre région.

Et depuis les années où Shimon Peres a appelé à un nouveau Moyen-Orient où le monde arabe et les cerveaux juifs puissent ensemble générer un Moyen-Orient florissant, c'est dans son livre The New Middle East, ce qui signifie que les Arabes doivent accepter Israël comme faisant partie de leur avenir. Désormais, les Américains ajouté le grand Moyen-Orient, pour construire un nouveau Moyen-Orient plus grand ce qui voulait dire l'occupation de l'Irak, l'occupation américaine de l'Irak, cela signifie créer une région selon les intérêts américains dans cette région. Je pense donc que le mouvement populaire des partis, les partis arabes tentent de faire une sorte d'unité entre eux, une telle unité pour avoir une seule voix contre leurs régimes, mais en l'absence de démocratie dans ces pays, je pense que cela signifie que nous avons besoin de beaucoup de travail et beaucoup de lutte pour modifier les régimes. Les régimes arabes doivent être des régimes démocratiques dans notre région, en particulier ceux autour de la Palestine elle-même.

Maintenant le dernier sommet dont il a été déclaré qu'il s'agit d'un sommet pour Jérusalem. Deux jours durant les régimes arabes viennent de dire qu'ils doivent payer, qu'ils souhaitent payer la moitié d' un milliard de dollars pour Jérusalem à condition que (inaudible) cela signifie qu'ils ne vont pas payer. Mais est-ce là un problème d'argent uniquement dans Jérusalem ou une attitude politique uniquement pour travailler à un niveau international pour utiliser le pétrole comme l'une des armes que nous basons ces politiques ? Ils ne font pas cela et donc nous ne voyons pas dans les régimes arabes un facteur de soutien de leur peuple, parce que ces pays, quand ils parlent de démocratie ils parlent théoriquement et non littéralement, comme d'un moyen effectif de construire des sociétés. Il y a beaucoup de violations des droits de l'homme. Vous pouvez voir que de nombreux activistes sont mis en prison en raison de leurs attitudes dans différents pays arabes. Il y a deux pays qui ont des relations diplomatiques et économiques et des relations militaires et qui coordonnent leur sécurité avec Israël, comme l'Egypte et la Jordanie. L'Égypte est en train de construire, selon l'ordre américain, le mur d'acier entre Gaza et l'Égypte, et elle ne va pas aider à nos options. Nous ne comptons pas sur ces régimes, mais nous comptons sur leurs masses pour changer ces régimes.

Je dis qu'il y a une exception avec la Syrie. Elle est toujours contre l'occupation et la domination américaine et israélienne dans la région. C'est pourquoi nous avons de bonnes relations avec la Syrie, qui s'est avérée être un pays et un gouvernement, une direction, qui soutiennent toujours la lutte palestinienne et la résistance comme un droit du peuple au Liban, en Palestine et en Irak.
Source :  FPL - Publié dans : Peuples en Lutte 

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article