Paris (11e) : Théâtre "J'habite une blessure sacrée", Jean Ziegler, Mireille Perrier

Publié le par dan29000

samedi 13 octobre 2012 à 19h  

Théâtre, rencontre

« J'habite une blessure sacrée »

Création théâtrale de Mireille Perrier, adaptée d'un essai de Jean Ziegler "La Haine de l'Occident"

6 rencontres sont organisées à l'issue de certaines représentations :

  • Jeudi 18 octobre : Rencontre avec Jean Ziegler, vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme des Nations-Unies : Jean Ziegler parlera de la marge de manoeuvre de l'ONU.
  • Vendredi 19 octobre : Rencontre avec Françoise Vergès, politologue, présidente du Comité pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage : Les conséquences de l'esclavage et de la colonisation dans la situation africaine aujourd'hui.
  • Samedi 20 octobre : Rencontre avec Jean-Paul Guevara, ambassadeur de Bolivie en france : Mais qui est vraiment Evo Morales?
  • Jeudi 25 octobre : Rencontre avec Philippe Rekacewicz, cartographe que Monde diplomatique dont certaines cartes seront exposées dans le hall de la Maison des métallos : Le monde raconté par les cartes.
  • Vendredi 26 octobre : Rencontre avec Jean-Christophe Servant, journaliste du Monde diplomatique : Les marchés ont-ils un visage?
  • Samedi 27 octobre : Rencontre avec Tania Moguilevskaïa, docteure en Etudes Théâtrales, Paris III-Sorbonne Nouvelle, spécialiste du théâtre documentaire russe et international : Dans quelle tradition s'inscrit le théâtre politique aujourd'hui et quelle est sa nécessité?

Les spectateurs auront également la possibilité de discuter avec Mireille Perrier à l'issue de certaines représentations.

Tarif

  • Tarif plein 14 euros
  • Tarif réduit *10 euros
  • Tarif « Ami(e)s » 8 euros (détenteur de la Carte métallos)
  • Tarif jeunes 5 euros (-15 ans)
  • Tarif groupe 8 euros (à partir de 6 personnes)

* Le tarif réduit s'adresse, sur présentation d'un justificatif aux : Jeune de moins de 26 ans, étudiants, personne de plus de 60 ans, demandeur d'emploi, bénéficiaire du RMI, intermittent du spectacle, titulaire de la carte Emeraude, titulaire de la carte Améthyste, titulaire de la carte Famille nombreuse, Titulaire de la carte Paris-Famille,détenteur de la carte mutilé de guerre et accompagnateur, détenteur carte Handicapé et accompagnateur, artistes inscrits à la Maison des artistes.*


J'habite une blessure sacrée

Après Anna Politkovskaïa, non rééducable, monologue unanimement salué par le public et la presse en 2011, Mireille Perrier revient à la Maison des métallos pour y créer une pièce pour quatre acteurs d'après La Haine de l'Occident de Jean Ziegler.

Ancien commissaire à l'alimentation au sein de l'Organisation des Nations unies, le sociologue Jean Ziegler met dans son action auprès des populations du Sud, comme dans ses livres adressés aux publics occidentaux, sa connaissance du terrain et des institutions internationales au service du combat pour la dignité des hommes et des femmes sacrifiée par l'ordre financier et militaire mondial.

Ici, sur scène, on est en 1994. Les acteurs prêtent leurs corps à Nelson Mandela qui, soulevant avec ses compagnons le peuple des townships, veut affranchir la terre d'Afrique du Sud du partage racial.

Là, en 2007, nous sommes au bord du fleuve Niger qui nourrit les terres d'où sont sorties les grandes civilisations occultées d'Afrique de l'Ouest. Mais les fleurs, les arbres, les oiseaux et les poissons agonisent désormais sous les huiles noires et épaisses dégorgées par les géants de l'industrie pétrolière occidentale.

Les pêcheurs n'ont plus à offrir au monde que le spectacle du désespoir sous les cagoules de la guerre clandestine.

Enfin, en 2006, en Bolivie, nous assistons à la victoire d'un petit peuple agricole natif d'Amérique du Sud qui se rend maître de sa terre et de son destin par-delà cinq siècles de conquêtes et de dominations.

Ils résistent avec force et dignité aux nouvelles volontés financières et militaires et à leurs intimidations.

J'habite une blessure sacrée, titre tiré d'un poème d'Aimé Césaire, raconte la difficulté pour les peuples du monde à dépasser ce désordre injuste et irrationnel, toujours plus entraînés vers le chaos par la frénésie avide de puissants possesseurs. Le cynisme, l'indifférence, l'immoralité habillent désormais toutes les mises en scène de l'histoire inquiétante que nous traversons.

Lien : http://www.demosphere.eu/node/32018
Source : http://www.labeille-et-lorchidee.fr

Publié dans arts

Commenter cet article