Paris : avant-première du film "Les mains en l'air" de Roman Goupil, au profit des sans-papiers

Publié le par dan29000

les-mains-en-l-air--320x200-.jpgInvitation à une avant-première du film de Romain Goupil
 
Une projection en avant-première du prochain film de Romain Goupil, les Mains en l'air, sera organisée le mardi 25 mai à Paris au profit des travailleurs sans papiers en grève. La séance, à laquelle s'associe Mediapart, aura lieu à 19h30 au cinéma Le Max Linder, 24 bd Poissonnière, dans IXe arrondissement. L'entrée sera libre et le Collectif des cinéastes pour les sans-papiers qui organise cette soirée mettra une boîte à l'entrée de la salle pour y recueillir les dons qui seront intégralement reversés aux 6.000 grévistes.

Les Mains en l'air –dont la sortie en salle est programmée le 9 juin–, est l'histoire d'une bande d'enfants de notre temps.

Il y a là Blaise, Alice, Claudio, Milana, Ali et Youssef, fréquentant la même école à Paris et certains la même classe de CM2. Un jour Youssef, sans papiers, est expulsé. Tous comprennent alors que Milana, d'origine tchétchène, est en danger. Les parents d'élèves s'organisent et une mère –interprétée par Valeria Bruni-Tedeschi– installera toute la petite bande au vert, durant les vacances scolaires. Au retour, les enfants organisent un complot pour sauver Milana. 


Milana, interprétée par Linda Doudaeva, est arrivée presque par hasard dans ce film ainsi que le raconte Romain Goupil. Au départ, il y eu de «multiples séances de casting». Puis pour que le groupe des enfants «fonctionne comme une vraie bande, nous nous sommes organisés pour que les enfants que nous avions choisis passent du temps ensemble. Et, comme toujours dans les histoires de casting, à la dernière minute arrive de Lyon cette petite fille tchétchène et sa mère (Malika Doudaeva, qui joue aussi dans le film), et c'est une évidence qu'elle est «Milana». Il a fallu tout transformer, imposer cette nouvelle «Milana» que les autres enfants ne connaissaient pas, et qui devait être le personnage central du film. Cela s'est mis en place peu à peu, nous avons fait beaucoup de lectures en commun, un peu vécu ensemble. On a joué, on s'est chamaillé...»
Car l'histoire de Linda Doudaeva est au départ similaire à celle de Milana.


Cliquer sur l'image pour lancer la vidéo© DR
Le Collectif des cinéastes pour les sans papiers –qui regroupe quelque 350 professionnels dont Chantal Akerman, Robin Campillo, Laurent Cantet, Costa Gavras, Claire Denis, Sylvain George, Nicolas Klotz, Jean-Henri Roger, Abderrahmane Sissako...– a déjà organisé des actions en solidarité avec les 6.000 travailleurs sans papiers* en grève pour «obtenir du gouvernement des critères objectifs de régularisation par le travail qui éviteraient l'arbitraire qui règne aujourd'hui dans les préfectures».


Juste avant les régionales, le collectif a réalisé notamment le film On bosse ici! On vit ici! On reste ici! diffusé en salle et dont Mediapart avait rendu compte.



Sans que cela n'infléchisse la position des pouvoirs public.

Aujourd'hui, «après 6 mois sans salaires, les grèvistes sont à bout de forces et d'argent», précise le Collectif qui compte donc sur cette soirée pour réunir des dons.


Inscrivez-vous à la projection en envoyant un mail à soutiensanspapiers@gmail.com
Pour lire l'intégrale de l'entretien avec Roumain Goupil, cliquez ici
Pour télécharger l'invitation à la projection, cliquez là.
Vous pouvez aussi envoyer vos dons par chèque à l'ordre de la SRF en précisant «soutien aux grévistes sans papiers» à la SRF - 14, rue Alexandre Parodi - 75010 Paris


* soutenus par onze organisations (CGT, CFDT, FSU, UNSA, Solidaires, Ligue des Droits de l'Homme, Cimade, RESF, Autremonde, Femmes Egalité, Droits Devant !!)



Source / mediapart 

Publié dans écrans

Commenter cet article