Miles Davis, l'homme qui changea le jazz / Exposition à Paris

Publié le par dan29000

Miles Dewey Davis est né dans l'Illinois en mai 1926, sur les bords du Mississipi, dans un milieu aisé et mélomane. Dès ses premières années, il fit l'expérience douloureuse du racisme. Ce fut vers dix qu'un ami de son père lui offrit une trompette. Professionnel à seize ans, il commença à développer un goût particulier pour la théorie musicale, eut une première fille et fut diplômé du Lincoln High. Dès ce moment Miles fut très demandé.
Le premier tournant musical de sa vie eut alors lieu en 1944 quand il rejoignit le groupe de Dizzy Gillespie et Charlie Parker à New York. Il rentre  à la prestigieuse Julliard School, apprend le piano, s'initie à Prokofiev et accompagne Billie Holiday avec Coleman Hawkins.
En 1949, il enregistre un des albums les plus importants de toute l'histoire du jazz : The birth of the cool qui ne sortira que dix ans plus tard.
La vie de Miles fut une longue série d'aventures humaines et musicales uniques qui sont impossibles à raconter ici. Alcool, drogues, dépression, bagarres, tournées mondiales, amours tumultueuses, racisme, engagement, déchéance physique, retour éblouissant, et discographie à rallonge, l'homme s'est souvent estompé derrière la légende dorée ou sulfureuse. Il inventa un son particulier, le son Miles Davis, reconnaissable entre tous.
On pourra lire avec profit son autobiographie, écrite avec Quincy Troupe et parue en français aux Presses de la renaissance en 1989. L'ange noir qui jouait en tournant le dos à son public afin de mieux se concentrer sur la direction de ses musiciens était déjà un mythe de son vivant. Une forme de son génie fut de transformer ses diverses formations en laboratoires révélant les talents des nouvelles générations. Du "Cool" jusqu'au rap vers la fin, en passant par les musiques de films et la fameuse "fusion" entre rock et jazz, Miles avait cette capacité de découvrir de nouveaux instrumentistes. Certains le nommait le "Passeur".
Dans une immense discographie officielle et non officielle, il est indispensable d'écouter et réécouter quelques albums en forme de chef d'oeuvre :
1969 : Bitches of brew
1960 : Sketches of spain
1959 : Birth of the cool et Kind of blue
1957 : Round about midnight et Ascenseur pour l'échafaud (BO du film de LOUIS MALLE)
_________________________________________________________________________

EXPOSITION / WE WANT MILES / Musée de la musique, Cité de la musique, Paris 75019
horaires : Mardi au samedi : 12h-18h, dimanche : 10h-18h, nocturne vendredi : 22h
Scénographie de l'expo signée de Projectiles, avec un découpage en deux espaces.
Projection du concert de l'île de WIGHT en 1970 et d'un de ses derniers concerts à Paris à La Villette en 1991.
_________________________________________________________________________

"POURQUOI JOUER TANT DE NOTES, ALORS QU'IL SUFFIT DE JOUER LES PLUS BELLES"

" LA VERITABLE MUSIQUE EST LE SILENCE, LES NOTES NE FONT QU'ENCADRER LE SILENCE" 






Publié dans musiques

Commenter cet article