Paris : festival des résistances et des alternatives

Publié le par dan29000

c-resistances-copie-1.jpgFestival des résistances et des alternatives à Paris du 7 au 18 mai


Irrécupérablement votres,

Pour sa dixième édition, le festival des résistances et alternatives de Paris a décidé de mettre en avant à la fois la capacité du système à tout récupérer, mais également notre faculté à ne pas nous laisser enfermer dans des chapelles faciles à mettre en fiche. Comment ne pas être là où on nous attend ? Pratiquons la "fuite" pour mieux rebondir ailleurs plus nombreux et plus forts. Soyons malins comme des singes, moqueuses et moqueurs.


Le 14 mai, le Festival s’interessera au capitalisme vert, à sa façon de détourner de son sens l’écologie... Sur trois jours (7, 9, 11 mai) on verra comment les villes s’embourgeoisent sans complexe, n’hesitant pas à se servir de nos expériences alternatives pour créer de la plus value culturelle mais aussi comment nous y faisons face. Quelles sont nos capacités à tenir sur la durée ? Le 14 mai, nous discuterons collectivement de l’anarchisme, un courant qui a su faire face au temps. Quels outils de reflexion collective sommes-nous capable d’inventer ? Nous essayerons le 8 mai de dresser nous-mêmes le bilan politique des nos luttes depuis 1995 et de notre capacité à unifier nos initiatives... Au ministère de la régularisation des sans papiers à Baudelique le 15, ces derniers parleront agriculture et migrations. Apres avoir refusé, le 12 mai l’enfermement, le 10 mai, le travail vitrifé et le 16 le controle social, nous fêterons le frap en célébrant l’orgasme le jour de l’ascension le 13 !

PROGRAMME COMPLET

Vendredi 7 mai - Ouverture du FRAP


Au Jardin d’Alice, 40 rue de la Chapelle métro Marx Dormoy ou Porte de la Chapelle


19h Apéro concert avec La Gêne Occasionnée. / Visite d’une auto-construction. / 20h30 Présentation du projet d’habitat collectif Zelda. / 22h30 Projection en plein air de Main basse sur la ville de Francesco Rosi (1963).


Voir texte "Main basse sur la ville ou des rives urbaines ?"


Samedi 8 mai - Offensives et luttes sociales


À la CIP, 14 quai de Charente - métro Corentin Cariou


12h apéro en musique / 14h film sur la grève des cheminots en 1995 et/ou l’ouverture du squat de la rue du Dragon / Débat-agora avec Patrick Rummler (Solidaires Paris), Guillaume Dravranche (Alternative Libertaire), No Border, la Coordination des intermittents et précaires, AC ! (sous réserve), Annie Pourre (DAL/ NO VOX).


Voir texte "Offensives et luttes sociales"


Dimanche 9 mai - Gentrification et Grand Paris


Ecobox, 37 rue Pajol - métro Marx Dormoy ou La Chapelle


10h30 Rendez-vous devant la Rotonde de la Villette, sur la place Stalingrad - métro Jaurès ou Stalingrad Balade sociologique : à la découverte du XVIIIe et du XIXe arrondissement et des politiques de transformation-embourgeoisement des quartiers populaires avec Anne Clerval (géographe) et Jean-Pierre Garnier (sociologue urbain). Arrivée à Ecobox, 37 rue Pajol - métro Marx Dormoy ou La Chapelle


14h Projection de L’Harmonie Brisée, documentaire sur la destruction d’une tour à Beauvais. /
14h30 Débat : « La gentrification, embourgeoisement des quartiers populaires : projet politique ou processus social ? » Avec Virginie Milliot (ethnologue), Anne Clerval (géographe), Jean-Pierre Garnier (sociologue) /
18h Historique du Grand Paris : construction des ceintures autour de Paris, retour sur le XIXe siècle, l’édification des Boulevards de Hausmann aux Halles. Avec Éric Hazan (éditeur de la Fabrique, auteur de "L’Invention de Paris"). /
19h-20h « Enjeux du Grand Paris : qu’est-ce qui nous attend ? » Avec Nicolas Tixier (Architecte consultant), Eric Lengereau (Architecte) et Serge Depaquit (Adels, quelle place pour la démocratie et les habitants ?)/
21h Repas


Voir texte "Main basse sur la ville ou des rives urbaines ?"


Lundi 10 mai - Le sens du travail


Au 107 rue du Chemin Vert / métro Voltaire ou Père Lachaise


À partir de 19h30 : projection du documentaire suivi d’un débat autour du dossier « Le sens du travail » de la revue Offensive, avec Cédric Biagini et Patrick Marcolini


Mardi 11 mai - Les projets immobiliers du Haut-Montreuil


Aux 2 Milunes, 64, rue de la Demi-lune
métro Mairie de Montreuil, et bus ligne 129, arrêt "La Boissière"


14h30-16h30 Petit café-jardin, infokiosque.
16h30-17h30 Promenade dans le quartier.
17h30 Débats et discussions sur les projets immobiliers sur le Haut Montreuil. / Puis débats sur les modalités de résistance avec le Comité Anti-Démolition, la revue Z, et des participants-es des assemblées populaires de Marseille


Voir texte "Main basse sur la ville ou des rives urbaines ?"


Mercredi 12 mai - Enfermements visibles et invisibles, et alternatives / 10, rue de l’Odéon (sous réserve) - métro Odéon


À partir de 16h : discussions-débats et projections autour de la psychiatrie, de la prison et de l’enfermement en tant qu’état psychologique ressenti au quotidien


Jeudi 13 mai - SexTAZ : Zone Temporaire d’Autonomie du Sexe


À la Marquise, 11, rue Birague - métro Saint-Paul ou Bastille


14h Du sexe virtuel ou exhibé au sexe réel, discussion avec Jacques Lesage de La Haye. /
16h15 Concert : les Cellofans (violoncelle). /
17h La domestication du sexe, ou l’incorporation de l’idéologie dominante, débat avec le Mouvement International pour une Ecologie Libidinale (M.I.E.L.). /
19h Pièce de théâtre Maelström excrémentiel. /
20h30 Repas (légèrement) aphrodisiaque. /
21h30-23h30 Soirée-Concert : Bakterian Kavalkade, anarcho-punk-crust. /
En marge des débats : Exposition d’artistes. / "Fabrique ton orgasme", exposition éphémère et participative alimentée par le public : chacun-e amène avec lui ou elle le joujou, l’image, l’accessoire, le fétiche qui le fait kiffer le plus.


Vendredi 14 mai - Du spectacle écologiste en milieu capitaliste ou comment repeindre la baraque en vert sans rien changer à l’intérieur


aux Sens de l’humus, Murs à Pêches, au fond de l’impasse Gobétue - Montreuil


"Capitalisme vert", "développement durable", "croissance verte", "coalition verte pour la croissance"... Toute cette terminologie chatoyante finit par brouiller les esprits. Que veut signifier une écologie qui continue à prôner plus ou moins implicitement la compétition, la consommation, le pillage des ressources et les inégalités : toute une conception du monde qui nous conduit à la catastrophe. Comment retrouver nos petits dans cette nouvelle métamorphose du capitalisme, le FRAP organise une journée de salubrité publique...


11h30 RDV à Montreuil, place de la République ( M° Robespierre) : puisque le vendredi c’est ravioli, on peut tous aller à Franprix aussi. /
14h rdv au Sens de l’humus, impasse Gobétue. Repas "auberge espagnole"./ Exposition d’affiches de publicité du capitalisme vert et quelques antidotes antipublicitaires./
15h Atelier de déconstruction du langage de la publicité qui lave plus vert./
17h Envoyez la purée, partage de semence au jardin, cueillette de plantes sauvages./
17h30 Musique : Les Campeuses sauvages, musique trad./
18h Débat : "Du spectacle écologiste en milieu capitaliste ou comment repeindre la baraque en vert sans rien changer à l’intérieur." OCL et la revue Z /
20h repas concocté avec les légumes des AMAPs de Montreuil et la cueillette de plantes sauvages aux métaux lourds.


Samedi 15 mai - Aux sources des migrations ? Afrique : main basse sur la terre !


Au Ministère de la Régularisation de Tous les Sans-Papiers, 14, rue Baudelique - métro Simplon


12h30 Concert de l’Orchestre Panafricain. /
13h30 Présentation de la journée par le FRAP et le Ministère de la Régularisation de Tous les Sans-Papiers. /
14h Projection de Noir Coton, documentaire de Julien Despres et Jérôme Polidor, sur le Burkina Faso : du coton à la souveraineté alimentaire. / Puis projection d’un documentaire sur la grève des travailleurs de HuiCoMa, au Mali. /
15h30 Débat « Agriculture, alimentation en Afrique et migrations » avec des collectifs de Sans-Papiers, en contact avec la Bourse du Travail de Bamako et des marcheurs vers Nice. /
À la pause : concert d’Apkass (slam). /
19h Atelier de semences avec Sens de l’humus, contes pour enfants et préparation du repas. /
20h30 Repas et concert de l’Orchestre Panafricain.


Sur l’immigration et la liberté de circulation, le collectif No Border organise une manifestation à 14h à Jaurés. En soirée, un petit village avec infokiosques, cuisine, boisson se tiendra sur la place de la rotonde.


Dimanche 16 mai - Contre le fichage, le flicage, la délation : jouons collectif !


À la CNT, 33 rue des Vignoles - métro Avron ou Buzenval


13h Ouverture. /
13h30 Projection d’Alphaville de Jean-Luc Godard (1h39) /
15h10 Débat : « Les technologies au service du fichage, du flicage et de la délation », avec Jérôme Torrel, journaliste et membre des Big Brother Awards (BBA), et des militants de collectifs contre la délation. /
16h40 Théâtre : La compagnie Terre d’Argile jouera la pièce Grève générale d’après Jack London. /
17h50 Débat autour des pratiques collectives qui existent pour faire face à ces questions sécuritaires sur nos lieux de travail, dans les transports, dans la rue (Base-élève, antidélation, mouvements de désobéissance...) /
18h50 Théâtre : La compagnie Errange jouera la pièce Pourquoi j’ai cambriolé relatant le procès d’Alexandre Marius Jacob. /
19h50 Repas. /
20h30 Concert avec les groupe Insolite et Brume Retina.


Lundi 17 mai - Construire l’anarchie


Au Moulin à café, 9 place de la Garenne - métro Pernety


Débat sur le mouvement libertaire avec Offensive libertaire et sociale, l’Atelier de création libertaire, la Fédération anarchiste et Alternative libertaire. /
Concert de Riton-la-Manivelle. /
Projection : Les Moissons de la révolte de Richard Hamon (France, 2006, 52 min.)


Mardi 18 mai - La domination domine les dominants


À la Maison des Métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud - métro Couronnes


17h « Prendre l’affiche par la main : une brève histoire des signes politiques » : formation-débat sur l’affiche politique à travers le thème de la main, avec Sébastien Marchal, graphiste et militant. /
19h30 Projection des Trois petits films contre le grand capital réunis par Pierre Carles : Le Temps des bouffons de Pierre Falardeau (1985, 15 min.), Le Désarroi esthétique de Pierre Carles (1996, 14 min.), L’Initiation de Boris Carré et François-Xavier Drouet (2008, 52 min.). /
21h15 Débat avec Boris Carré, coréalisateur de L’Initiation, et un sociologue. /
22h Buffet participatif : on partage les nourritures et liquides apportés par chacun. /
Avec le comité Attac Paris 11.


Source : FRAP 

Publié dans actualités

Commenter cet article

pierrot, vagabond des mots et des routes 07/05/2013 00:52

wowwwww extraordinaire
votre festival du danactu-resistance
qui illustre bien ma question de doctorat:)))

Si une personne
prend soin
de la beauté du monde
se peut-il que
la beauté du monde
prenne soin
de cette personne?)))

———

Le 15 mai 2013
à Saint-Martin d’Hères et le 16 mai à La tronche,

le 25 mai à Paris (le petit Ney, 10 avenue porte-montmartre)

un conteur international du Québec
Simon Gauthier peindra poétiquement
sur scène et cela tout en nuance
un merveilleux conte post-moderne
sur la beauté du monde, intitulé:

LE VAGABOND CÉLESTE

——–

permettez-moi
de vous le présenter:))))

——

courriel de Simon Gauthier
du 3 avril 2013
le lendemain de son spectacle
LE VAGABOND CELESTE
à la maison de la culture
cote des neiges, montreal

———

Salut Pierrot,

Tu dormais mon cher,
sur ta paillasse
hier au soir
tu dormais sur la plancher
de ton ami chansonnier

tu dors dans les draps de ton doctorat

pendant que je conte
l’histoire de cet homme vagabond
de cet écho de ta vie
de cet inspirant récit
d’un homme voyageur
vêtu de lumière

Pendant que le vagabond céleste marche
parmi les étoiles
tu peux dormir mon ami
tu peux dormir

dans l’esprit des gens
réunis,
tinte tinte les clefs
tinte
tinte
le rêve
Le vagabond céleste
habille de chaleur

le corps désir de ceux qui rêvent et de ceux qui pleurent
ceux qui rêvent et de ceux qui pleurent

Bonne journée Pierrot

Simon

———————-

réponse de Pierrot

—————–

Cher Simon

Oui, hier soir, je dormais avec, dans mes bras, la biographie de Cervantes
de Jean Canavaggio. Ce Cervantes qui a écrit Don Quichotte à 53 ans alors qu’il était en prison et qu’il lui manquait un bras.Qui aujourd’hui ferait confiance à un homme de 53 ans en prison à qui il manque un bras?:))))) Seul un impossible rêve permet un tel surgissement d’impossible réalité.

On m’a rapporté l’immense délicatesse artistique avec laquelle tu redonnes
espoir à ceux et celles qui écoutent le conteur-poète de la Côte nord.Autant Mon ami Woodard que mon compère de bibliothèque Raymond le philosophe ont été invités par ta passion de passeur de rêves à naviguer vers leur rêve personnel. Tu as fait de ma démarche un conte post-moderne qui risque d’enflammer les humains comme des lampadaires. Tu es vraiment devenu un allumeur de coeurs-réverbères. Woodard a été plus qu’épaté. Lui qui me connait à l’usure depuis 40 ans, il a noté ta force à coudre des tableaux de mots par de la lumière de rêve dans laquelle il a reconnu ta signature d’une très grande maturité créatrice.

Une vie d’artiste, c’est une longue marche
et je te vois enjamber des continents
un flambeau à la main.

Mes 64 ans bien au calme
dans leurs bottines
qui se préparent à repartir le 15 juin
saouls de liberté, te souhaitent

Bonne route internationale camarade, car,
comme Félix Leclerc, un jour, le succès t’attendra
ici au Québec à un de tes retours d’Europe.

Pierrot

———————-

http://www.simongauthier.com

http://www.enracontantpierrot.blogspot.com
http://www.reveursequitables.com

http://www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
paroles et musique

sur YOUTUBE,
Simon Gauthier, conteur, video vagabond celeste

——————

DANS LA BEAUTE DU MONDE

dans la beauté du monde
dans la beauté du monde
je marcherai

deux âmes sioux m’inondent
deux âmes sioux m’inondent

dans votre beauté du monde
France et Jean-René
je marcherai

suis devenu

un arbre qui marche
parce qu’il relève ses racines

un doux vieillard
qui le soir délasse ses bottines

une belle jeune fille
qui r’trousse sa jupe
parce qu’elle dessine

le bout d’ses pieds
dans la rivière

dejà fini
l’été d’hier

reste le canot de Jean-René
les fruits de France et sa bonté

sur leur galerie
de Notre-Dame de Montaubant

je me prépare pour l’hiver
tel un enfant

car mes deux ames sioux
ont fait de moi
un arbre-fou

comme le canot de Jean-René
sur la rivière Batiscan

comme les fruits de sa belle France
de Notre-Dame de Montauban

je traverserai
l’éternité
en marchant
la neige et le vent

Pierrot
vagabond céleste

————–

courriel du
1ER MARS 2013

————

Allo Pierrot, je suis en France.
Je rentre demain au Québec.

Il fait froid et humide partout, même dans les lieux publics.
Il fait gris et un brin de soleil redonnerait du tonus à tout le monde!

Je voulais te dire que j’ai raconté (ou plutôt) le vagabond céleste est
passé et a été entendu
à Quévin (près de LOrient en Bretagne)
Il a été entendu à la prison de Béthune (Nord de la France) et pas un
prisonnier ne s’est levé durant le spectacle (comme il est de coutume) les
gardiens mon dit que c’est la première fois qu’ils voyaient ca!)

et le Vagabond à passé à Lille avec son et éclairage, 3 rappels!
Les gens sont restés longtemps
et plusieurs larmes d’espoir brillaient dans le noir.

Plusieurs messages me sont parvenus pour te dire merci!
Merci!
Merci!
++++

Autrement la tournée me rentre dans le corps. Un bon brin de fatigue et de
grippe à la gorge.
De bonnes tisanes et des amis pour guérir
+

+++
J’espère que tu vas bien et que ton travail de vulgarisateur âme, société,
gens et pays oeuvre d’art
va bien!

On se voit sous-peu
en mars, si la vie le veut!
pour aller plus loin!

Bonne journée
Simon :+)

———-

JOURNAL LE REFLET DE TADOUSSAC
VOLUME 7, NUMERO 34
MERCREDI 29 AOUT 2012

CRITIQUE

DÉDÉTORIAL
LE VAGABOND CELESTE DE SIMON GAUTHIER
Bien fatigué, j’y suis allé avec la peur de m’endormir.
Finalement je voulais que ce récit ne puisse finir afin de ne
pouvoir partir pour continuer mes rêves.
Quelle prestation! C’est l’histoire inspirée d’un personnage qui
est passé par Tadoussac et que plusieurs ont eu la chance de
côtoyer. Dans un premier temps il a séjourné trois semaines
à l’Eau Berge puis il est revenu pour repartir sur la route de
ses rêves. C’était un petit «grand homme» à chapeau, barbe
blanche et guitare en bandoulière qui composait des chansons
sur les gens rêveurs essayant de réaliser leurs rêves. Plusieurs
personnages de Tadoussac ont noirci son cahier.
Son Histoire remonte à plusieurs années alors qu’il était bien
installé dans le nord de Mtl plus précisément à Val David. Là-bas,
il avait tout pour être heureux, maison, femme, famille
et argent……
Un matin il s’est levé pour annoncer autour de lui qu’il laissait
tout et partait sans le sous, vivre ses rêves. On a cru à un
coup de déprime, on a tenté de le retenir mais devant ses
arguments on a fini par le comprendre et lui souhaiter bonne
chance dans son rêve. Pendant 5 ans il a fait les quatre coins
du Québec sans rien demander à personne. Les hasards de
la vie le guidaient au quotidien. Il attendait qu’on lui offre
une «raye» pour avancer, sinon il marchait inlassablement.
Jamais il a demandé à manger ou coucher, c’était… quand on
l’invitait!
Simon Gauthier l’a rencontré par le biais de Richard Fontaine
qui lui aussi à sa façon, vagabondait ici et là avec ses pinceaux
comme compagnons de route.
Depuis, selon Simon ce «Vagabond Céleste» a balancé sa
guitare à la rue pour s’installer dans une petite chambre
dénudée près de l’Oratoire St Joseph, et il parcours les
bibliothèques. A date il a à son actif une maîtrise et plusieurs projets
de doctorat en poche sur le rêve.
Son nom est Pierrot (mais lequel?) Un monument existe
encore en son honneur, rue St-Paul dans le bas le la ville de
Mtl.
Fondateur des Deux Pierrots dans le vieux, cette
boite mythique des plus fréquentée encore, est le seul endroit
qui ait survécu aux Boites à Chansons qui nous ont donné
nos grands: Claude Léveillé, Vigneault, René Claude, Claude
Gauthier, Raymond Lévesque, etc
Si Pierrot en quittant, gloire, succès et argent pour vivre ses
rêves est un message d’espoir, un baume sur le mal de vivre
qui nous guette, Simon Gauthier par son spectacle nous a fait
découvrir quelqu’un de chez nous porteur de bonheur.
Simon offre à quiconque veut découvrir plus intimement
ce personnage, de venir dans vos maisons, vos salons, vos
verrières vous présenter cet être lumineux.
Est-ce le présage que notre conteur national se prépare à
parcourir les routes du monde avec dans son pack sac Pierrot
le Vagabond Céleste disposé à vous faire du bien à l’âme et
vous brasser les idées?

————–

L’OPINION D’UNE SIMPLE SPECTATRICE
Bien sûr, l’avoir croisé à Natashquan au moment même
où il rencontrait celui qui serait le personnage principal
de son conte a ajouté beaucoup de magie au voyage
onirique dans lequel m’a emporté Simon Gauthier ce
mercredi¸15 août 2012 à Tadoussac.
Pourtant, cela n’est pas nécessaire car le Vagabond
Céleste transporte n’importe quel spectateur sans que
celui-ci ne sourcille un instant, car nous apparaissent au
travers de la voix du raconteur et de celle du musicien qui
l’accompagne, Benoit Rolland, de «sacrés personnages»,
au sens de personnes extraordinaires, dont on aime tirer
exemple, car elles nous aident à vivre mieux.
Lors de cette envolée entre réalité et rêve, entre un
village et l’univers, entre ce que l’on est et ce que l’on
voudrait être, on sourit, on rit parfois, on pleure même…
Mais surtout, on touche du bout des doigts l’essence
même de la vie: l’amour universel.
Hier soir, mon esprit a grandi de cette bouleversante
rencontre avec la vie d’un homme merveilleusement
mise en mots par Simon Gauthier, et je souhaite qu’il en soit
de même pour vous

http://WWW.SIMONGAUTHIER.COM

————–

QUI EST SIMON GAUTHIER
CONTEUR INTERNATIONAL
DU QUEBEC?

Simon Gauthier est arrivé au conte comme on tombe amoureux, avec fougue et passion. Depuis plus de douze années, il captive tous les publics par son imaginaire débridé, son énergie incandescente et sa sensibilité de poète.

Natif de Sept-Îles, diplômé de l’UQAM en animation et recherche culturelle, Simon Gauthier est conteur professionnel depuis 1998. C’est après avoir vu le conteur Michel Faubert en spectacle, en 1997, que Simon a eu la piqûre pour ce métier. On peut dire que cette soirée de contes a été un point tournant dans sa vie professionnelle ; en effet, le lendemain de cette veillée mémorable, Simon s’est littéralement plongé dans la littérature de contes et a ainsi dévoré toute la section « conte » de la bibliothèque de l’UQAM, que ce soit les contes traditionnels du Québec ou ceux d’autres traditions. Cette nouvelle passion poussa Simon à se lancer impétueusement dans une aventure qui sera sa première tournée de conteur et qui le fera voyager sur toute la rive nord et la Côte Nord du Saint-Laurent, de Québec à Natashquan. Année marquante pour Simon Gauthier tout autant que pour les habitants de Natashquan, puisque c’était l’année même de l’ouverture du dernier tronçon de la route 138, de Havre-Saint-Pierre à Natashquan !!! En cet été 1997, Simon donnera donc quarante-deux spectacles, dont six à Tadoussac, au Café du Fjord, endroit mythique où s’étaient déjà produits Richard Séguin, Richard Desjardins, Claude Dubois et autres Fred Fortin de la chanson québécoise.

Dès l’été suivant, en1998, Simon entreprendra une série de quelques dizaines de représentations de spectacles de contes qui auront lieu à la salle du CIMM (Centre d’interprétation des mammifères marins) à Tadoussac. Jusqu’à l’été 2003, Simon passera ainsi ses étés à Tadoussac et fera quelques dizaines de prestations, de fin juin à début septembre, soit durant la haute saison touristique.

En 2000, Simon a fondé un festival de contes à Tadoussac, Conteurs en rafale, festival dont il assura l’organisation et la direction artistique jusqu’en 2004.

Depuis 2004, bon an mal an, Simon effectue de trois à cinq tournées en France, d’une durée moyenne de deux à trois semaines chacune, présentant ses spectacles aussi bien dans des festivals qu’en salles ou en milieu scolaire. Il a aussi conté en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, au Burkina Faso, en Tunisie et au Maroc. Bien sûr, il se produit régulièrement au Québec et a aussi conté en Ontario et en Nouvelle-Écosse.

Simon Gauthier est un conteur établi et reconnu, tant par ses pairs que par le public, autant au Québec qu’en France. Un conteur phare nommé Auteur Nord-Côtier de l’année (Salon du livre de la Côte-Nord 2002) et récipiendaire du titre d’ambassadeur de la Côte-Nord (Les Grands Prix du tourisme québécois 2001).

merci:))))
longue vie à votre festival du conte:)))