Paris : Festival itinErrance, rencontres documentaires

Publié le par dan29000

Le Festival itinErrance
Rencontres documentaires du 10 au 13 juin.
Pour sa 5ème édition, le festival explorera les thèmes MARGES ET UTOPIES,

Comme invité d’honneur le cinéaste Bruno Muel,
une carte blanche au cinéma libanais,
une trentaine de films documentaires (longs ou courts, rares ou inédits),
un concert et un ciné-concert,
deux expositions de photographie, des installations sonores,
et, comme toujours, de nombreuses rencontres après les projections, au
restaurant ou dans le jardin des Voûtes, puis le dimanche dans la charmante cour
ombragée de l'Espace En Cours.

Du jeudi 10 juin au samedi 12 juin aux Voûtes

19, rue des Frigos - 75013 PARIS - M° Bibliothèque François Mitterrand



Le dimanche 13 juin à l'Espace En Cours

56, rue de la Réunion - 75020 PARIS - M° Alexandre Dumas ou Maraîchers

PROGRAMME & PRESENTATION DES SEANCES à télécharger en bas de la page.

PROGRAMME

Jeudi 10 juin aux voûtes

18h00 Ouverture des expositions et installations

19h00 LUTTES et UTOPIES 1#
L’invention des groupes Medvedkine (projections suivie d’une discussion)
A bientôt j’espère (Chris Marker) / La charnière / Classe de Lutte (groupe
Medvedkine de Besançon)


21h00 LUTTES et UTOPIES 2#
Le travail de Bruno Muel
Sochaux, 11 juin 1968 / Vendredi Saint à Policarpa / Camilo Torres / Sangha / A
Luta Continua


22h00 Rencontre avec Bruno Muel

23h00 Cocktail d’ouverture

Vendredi 11 juin aux voûtes

16h00 CONFERENCE : édition photo, les alternatives internet. Avec la
participation de Purpose.fr, photographie.com et zmâla.

18h00 VERNISSAGE de “Utopia, retracer l’histoire”.
Expo photo de Patricia Lecomte et Micha Patault

19h00 CARTE BLANCHE 1# : Festival...Né à Beyrouth

3 vidéos de Ziad Antar / The Sea Is A Stereo - Paris Without A Sea de Mounira Al
Solh / Nous de Danielle Arbid / (Posthume) de Ghassan Salhab + film surprise


20h30 CARTE BLANCHE 2# : Festival...Né à Beyrouth
Ciné-concert : Downtown Beirut d’Akram Zaatari et Rachad El-Jisr avec Christine
Sehnaoui.
Le Liban dans la tourmente de Jocelyne Saab

22h00 Concert exceptionnel de CHECKPOINT 303

>> Musique électronique engagée (Tunisie/Palestine/France)

Checkpoint 303 (ou Hajiz 303 en arabe) cueille les sons qui rythment la vie au
Proche-Orient pour les mettre en musique et reconstruire un paysage sonore en
quête de paix. La musique électronique et engagée de Checkpoint 303 est aussi
bien un témoignage contre l’injustice qui sévit dans les territoires
palestiniens occupés qu’un hymne à l’espoir et à la joie de vivre.



Le groupe initialement fondé en 2004 par les deux amis MoCha (Tunisie) et Yosh
(Palestine) s’est rapidement transformé en un collectif international d’artistes
qui s’étend géographiquement de la Palestine à la Tunisie en passant par la
France, le Kuweit et le Yémen. Les musiciens, DJs et VJs de Checkpoint 303
collaborent en mélangeant samples et boucles rythmiques avec des enregistrements
de terrain, riffs de oud, piano, guitare et des projections vidéo. Considéré
comme l’un des pionniers de la nouvelle scène électro dans le monde arabe,
Checkpoint 303 a connu sa première consécration à l’échelle internationale
lorsque il a été repéré par le groupe britannique de trip-hop Massive Attack qui
l’a invité à assurer la première partie d’une série de concerts au Royaume-Uni
en début 2007. Plusieurs concerts en Europe, en Palestine, au Canada, aux USA et
en Australie et des invitations des quatre coins du monde s’en suivent.
Désormais, le message profondément humain et la musique radicalement innovante
de Checkpoint 303 ne passent plus inaperçus.


http://checkpoint303.free.fr/index_main.html


Samedi 12 juin aux voûtes

14h00 VIVRE EN MARGE, VIVRE EN UTOPIE 1#
Below Sea Level de Gianfranco Rosi (Grand Prix du cinéma du Réel 2009)

16h00 LUTTES et UTOPIES 3# : le conflit LIP
A Pas Lentes du collectif Cineluttes + rencontre avec Richard Copans
Fils de Lip de Thomas Faverjon + rencontre (sous réserve)

19h00 CARTE BLANCHE 3#
Guy Hocquenghem : sélection de films proposés par Lionel Soukaz (en sa présence)

21h00 LUTTES et UTOPIES 4#
L’impossible - Pages Arrachées - (Version Archie Shepp) de Sylvain George +
rencontre

23h00 Soirée en musique

Tous les jours aux Voûtes :


EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIE : UTOPIA, RETRACER L’HISTOIRE
Deux photographes, Patricia Lecomte et Micha Patault questionnent l’utopie :
travaillant autour de la trace, ils se questionnent sur la façon dont le
photographe peut donner à voir de ce qui n’est plus. Ce qui a été, ce qui est,
ce qui est devenu, ou ce que nous croyons être « une utopie ». La marche comme
acte de résistance après la catastrophe de Bhopals, les slogans silencieux au
sein d’une fête de l’humanité nocturne et déserte... Loin d’une situation
d’urgence qui appartient désormais au passé, ils pensent un temps mort.
Absolument rien ne se déroule devant leurs yeux, ils re-tracent et composent à
l’aide du médium photographie un témoignage du « non événement » qui donne à
penser le réel, l’utilisation des images et la forme documentaire. Pendant ces
trois jours d’exposition, la présence des photographes permettra une médiation
directe avec le public : visite accompagnée, rencontres et dédicace de leurs
éditions.


INSTALLATIONS SONORES ET MULTIMEDIA
Marges et Utopies
Plusieurs séances d’écoute sonore.
Minutes lumières du XXIème siècle
Installation vidéo et multimedia : Fruit des ateliers réalisés par Les yeux dans
le monde au Lycée l’Essouriau aux Ulis et au Lycée Paul le Rolland à Drancy.
Une classe de 1ère technologique du lycée de l’Essouriau aux Ulis a réalisé une
série de court-métrage sur le thème du trajet quotidien. A l’aide de leurs
téléphones portables, les élèves ont revisité les minutes lumières, pour
réinventer leurs trajets quotidiens, improvisant des témoignages urbains ou
composant des fictions énigmatiques.
Les élèves de la classe de seconde d’adaptation pour non francophone ont réalisé
une série de photographies et d’enregistrements sonores. Entre prise de vue et
prise de sons, les élèves venus des quatre coins du monde nous livrent un
témoignage sur leur arrivée en France…



Dimanche 13 juin à l'Espace En Cours (Paris 20)

15h00 LUTTES et UTOPIES 5# : la caméra comme arme
Cet endroit c’est l’Iran (anonyme)
Burma VJ d’Anders Ostergaard (en partenariat avec Info Birmanie) + débat

17h00 VIVRE EN MARGE, VIVRE EN UTOPIE 2#
Estamira de Marcos Prado

19h00 VIVRE EN MARGE, VIVRE EN UTOPIE 3#
Le chant des oiseaux de Diego et Luca Governatori + rencontre

20h00 Soirée de clôture en musique



EDITO

Filmer le réel, rendre compte des états mouvants, du bouleversement de
l’histoire et des hommes. Enfreindre les déterminations sociales, politiques ou
culturelles pour disposer d’espaces nouveaux, ouverts à des voix singulières.
Créer des brèches, des chemins de traverse, contourner par les marges pour mieux
contaminer le centre. Parfois expérimental, surgissant dans l’urgence ou
travaillant la mémoire, tout un pan du cinéma documentaire maintient cette
vocation du 7ème art à réagencer le regard, pour laisser place aux élans, à la
révolte, à la subversion.

La programmation de ce 5ème festival ItinErrance puise dans ce fond de films en
résistance, explorant la question des utopies en marge, des marges en utopie.

Les films des groupes Medvedkine, à pas lentes du collectif Cinélutte ou
l’hommage à Guy Hocquenghem de Lionel Soukaz transmettent le souffle d’un passé
fait de luttes collectives. Aujourd’hui, tandis que Sylvain George appelle dans
L’impossible, pages arrachées à « brûler une à une les villes endormies », Fils
de Lip de Thomas Faverjon questionne notre vision romantique de certaines luttes
passées. Below Sea Level (Gianfranco Rosi, grand prix du réel 2009), Le chant
des oiseaux (Diego et Luca Governatori), Estamira (Marcos Prado) dressent de
sublimes portraits d’hommes, de femmes, de groupes, recréant leur monde à
l’écart d’une culture dominante.

Au delà de nos frontières, des anonymes entrent en résistance contre un système
cherchant à anéantir toute marge d’autonomie (Cet endroit c’est l’Iran ou Burma
VJ – à partir d’images de citoyens birmans tournées pendant le soulèvement
populaire de 2007). Avec la carte blanche libanaise proposée à Nadim Tabet et au
Festival Né à Beyrouth, ces films peu ou pas vus en France transportent l’écho
d’un pays en perpétuel bouleversement où émerge une création nouvelle présentée
ici aussi en regard avec des oeuvres du passé, marquées par la guerre.

Que faire ? nous interrogeait déjà Godard dans son manifeste de 1970. Faire des
films politiques, ou faire des films politiquement ? à l’image de l’oeuvre de
Bruno Muel, parrain de ce festival, l’utopie est aussi dans le « faire » :
donner une caméra aux ouvriers avec les groupes Medvedkine, porter son regard et
son savoir faire aux luttes à travers le monde (A luta continua, Sangha,
Vendredi Saint à Policarpa, Camilo Torres).

C’est aussi dans ce “faire” que les films présentés au festival puisent leur
énergie : avec un engagement vital par le temps et l’acharnement à récolter ces
images, à les façonner, à les questionner, souvent en marge des circuits de
production, ils sont nécessaires parce qu’ils témoignent d’un élan toujours
actuel : croire que les images peuvent travailler le monde, le monde travailler
les images. C’est pour mieux saisir cet engagement derrière les films que nous
les projetons dans un cadre propice aux échanges, à la discussion. Parce que le
cinéma est avant tout rencontre. élan et subversion.


Le collectif Les yeux dans le monde.


TARIFS
Séance 4 euros / Journée 9 euros / Concert Checkpoint 303 : 7 euros
Pass festival-adhésion soutien : 20 euros


PLAN D'ACCES AUX VOUTES sur www.lesvoutes.org

*

Publié dans écrans

Commenter cet article

zouna 14/06/2010 11:29



Le concert de Checkpoint 303 était grandiose!