Paris : l'UMP, entre bêtise et haine raciale, toujours la chasse aux Roms

Publié le par dan29000

Le vrai visage de la « chasse aux Roms »


En bordure de Paris, un camp de Roms est menacé d’expulsion sans relogement, tandis que les élus UMP se mobilisent pour empêcher la construction d’une aire d’accueil, 700 mètres plus loin. Reportage.


 

 

Aux premières heures du jour, la fumée s’échappe déjà des cheminées de tôle trouées qui s’élèvent au-dessus d’un alignement de cabanes de fortune. Depuis le mercredi 20 mars, la dizaine de familles roumaines installées sur une bretelle désaffectée de l’autoroute A4, à la lisière du bois de Vincennes, s’attendent à être expulsées à tout moment. Dans un rudiment de français, engourdis et anxieux, trois parents racontent.

Il y a un an et demi, ils ont quitté la région de Buzau, en Roumanie, où ils tentaient de vivre comme ouvriers agricoles. Installés depuis dans des maisons montées de bric et de broc, ils vivent de récupération, en fouillant les poubelles à la recherche d’objets à vendre ou de nourriture. Deux groupes électrogènes et des poêles à bois leur offrent un confort rudimentaire.

À l'entrée du campement, jeudi 21 mars.
À l’entrée du campement, jeudi 21 mars.

E.Manac’h

Mercredi, les forces de l’ordre sont venues les sommer de quitter les lieux en leur signifiant qu’une intervention policière était imminente. « Ils nous ont donné jusqu’à mardi pour dégager, raconte un père de famille au saut du lit. Mercredi, ils cassent tout.  »

« Les Roms sont jetés à la rue comme des chiens »

Depuis le 18 juillet, 23 d’entre eux sont sous le coup d’une ordonnance d’expulsion du tribunal de grande instance de Paris. Ils ont posé leurs valises sur une bretelle désaffectée de l’autoroute A4 que la direction des routes d’Île-de-France veut récupérer.

« Depuis un ou deux mois, les policiers viennent tout le temps, raconte Cosmin, 17 ans, qui a appris le français à l’école en Roumanie. Mais nous n’avons nulle part où aller. »

Rentrer en Roumanie ? « Impossible, rétorque l’adolescent, nous ne trouvons pas de travail là-bas, même avec des diplômesIci, nous pouvons au moins chercher dans les poubelles. Ce n’est pas toujours possible en Roumanie. » Faute d’alternative, le groupe semble donc résigner à devoir « attendre l’expulsion ».

« Il n’y a jamais de solution de relogement, les Roms sont jetés à la rue comme des chiens », s’emporte Évelyne Perrin, retraitée et militante hyperactive qui accompagne ces familles avec un petit collectif d’habitants de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). Depuis plusieurs mois, elle remue ciel et terre – de l’ambassade de Roumanie au Défenseur des droits, en passant par les mairies locales et les parlementaires – pour tenter de faire scolariser les 12 enfants du campement. « J’ai tout fait, mais rien n’a été possible », soupire la militante.

Les élus UMP veulent « sauver » un parking du bois de Vincennes

Au même moment, à deux pas de là, devant la gare RER de Joinville-le-Pont, une poignée de militants UMP distribuent des tracts. À 700 mètres du campement, un parking doit être transformé en aire d’accueil pour « gens du voyage ».

La loi l’exige et le Conseil de Paris a validé, le 12 février, deux projets dans les bois de Vincennes et de Boulogne. Depuis, le sénateur UMP du Val-de-Marne, Christian Cambon, et 8 villes UMP ont lancé une pétition contre ce projet, qui doit voir le jour au premier trimestre 2014.

Envisagée depuis 2010 par la mairie de Paris, la construction de ces deux aires d’accueil s’est heurtée au refus systématique des élus locaux. En avril 2011, saisie par Claude Goasguen, maire UMP du XVIe arrondissement de Paris, la Commission départementale des sites déclarait la zone du bois de Boulogne « inondable ». Et le projet à Vincennes était ajourné en novembre 2011 sur le seul avis de la Commission supérieure des sites : une aire d’accueil sur un parking du bois trahirait le paysage.

En bordure du bois de Vincennes, l'air d'accueil contesté par l'UMP et le campement menacé d'expulsion.
En bordure du bois de Vincennes, l’air d’accueil contesté par l’UMP et le campement menacé d’expulsion.

Aujourd’hui, « l’installation de campements ne va pas dans le sens de l’écologie », martèle Valérie Montandon, conseillère UMP du XIIe arrondissement de Paris. Signataire de la pétition alléguant une « atteinte à l’intégrité du bois de Vincennes », son collègue Claude Goasguen menace de porter la décision en justice : « Si le préfet de Paris donne toutefois son accord, la décision sera de toute façon annulée par le tribunal administratif. »


Les 60 premières places sur Paris

Depuis le 5 juillet 2000, la loi Besson impose aux communes de plus de 5 000 habitants d’implanter des aires permanentes d’accueil pour les populations nomades. En juillet 2011, le président de la Commission nationale consultative des gens du voyage, Pierre Hérisson, avertissait déjà François Fillon du manquement des communes à la loi : au 31 décembre 2010, seulement 52 % des places en aires d’accueil prescrites étaient en service. Le 31 juillet 2012, il réitère l’alarme auprès du nouveau gouvernement à majorité PS : « De nouvelles structures d’accueil doivent être créées. »

Paris lance aujourd’hui la mise en œuvre de ses 60 premières places d’accueil, alors qu’un accord avec le préfet de Région fixait, en 2004, à 200 places les besoins parisiens. Un chiffre abaissé depuis à 90 places.

Étrange inertie, alors que le ministère de l’Intérieur – qui a fait expulser 12 000 Roms en 2012 – promet de « démanteler le maximum de camps insalubres » et que François Hollande soutient qu’il « souhaite que lorsqu’un campement insalubre est démantelé, des solutions alternatives soient proposées »


 

Les opposants au projet d’aire d’accueil dans le bois de Vincennes appellent à manifester, samedi 23 mars à 9 h 30, sur le parking concerné. Les militants qui soutiennent les Roms ont d’ores et déjà annoncé la tenue d’une contre-manifestation.

Tract distribué jeudi matin devant la gare de Joinville-le-Pont
Tract distribué jeudi matin devant la gare de Joinville-le-Pont
SOURCE / POLITIS

Publié dans actualités

Commenter cet article