Paris, ministère de la justice : rassemblement pour la dissolution de la LDJ

Publié le par dan29000

 

Rassemblement pour exiger la dissolution de la LDJ



par Collectif





Pascal Boniface souligne dans le NouvelObs les graves implications du silence médiatique face aux agressions de la LDJ. Ainsi, l’Agence France Presse (AFP) a couvert celle de Houria Bouteldja la semaine dernière, mais les medias ont fait le mort. Et du coup la ministre de la justice, encouragée par cette omerta, a refusé de recevoir les victimes de ces agressions. C’est pourquoi nous lançons un appel solennel à dénoncer ce silence, le jeudi 8 novembre, devant le Ministère de la Justice à Paris.

 

 

Article de Pascal Boniface, directeur de l’IRIS, publié par le NouvelObs :

"Houria Bouteldja agressée par la LDJ* : quand la violence est suivie d’un grand silence

"Jeudi 25 octobre, une jeune femme a été la cible d’une agression en raison de ses idées pro-Palestine. Mais plutôt que des manifestations de solidarité, s’est ensuivi un silence médiatique et politique qui effraie Pascal Boniface. Car, selon le directeur de l’Iris, cela ne fera qu’exacerber les tensions communautaires.

"Indignation sélective", "deux poids, deux mesures", "morale à géométrie variable". Ces expressions sont de plus en plus employées dans les différents débats politiques qui concernent les questions stratégiques ou de société. Elles sont tellement banalisées qu’on peut se demander s’il ne s’agit pas de facilités de langage, de poncifs bien loin de la réalité.

Malheureusement, ce n’est pas le cas. Les médias et les responsables politiques n’ont pas la même réaction pour des faits comparables : un exemple tiré de l’actualité de la semaine le met en lumière de façon exemplaire.

La violence physique contre des idées

Les faits : une personne se fait agresser physiquement dans une rue de Paris par un individu qui déverse sur elle un pot de peinture avant de s’enfuir. Fait aggravant, il s’agit d’une femme. L’agression est motivée par les idées qu’elle défend.

Cette agression d’une femme en plein Paris n’a donné lieu qu’à de très maigrelettes réactions médiatiques. À ma connaissance, aucune autorité publique, aucun responsable politique national ne lui a manifesté sa solidarité.

Cette personne, c’est Houria Bouteldja, leader du Parti des indigènes de la République. L’agresseur plus que probable est membre de la Ligue de défense juive, qui a posté une vidéo sur son site. Cette dernière s’est déjà signalée par des agressions contre Olivia Zemor et Jacob Cohen (ces deux dernières personnes étant par ailleurs d’origine juive, on peut se demander si cela est compté comme une agression antisémite).

Il ne s’agit pas ici de savoir si on est d’accord ou non avec les idées d’Houria Bouteldja, il s’agit de savoir s’il est inadmissible ou non d’user de la violence physique contre des idées.

Réactions sélectives

Imaginons un instant qu’une responsable de l’Union des étudiants juifs de France se soit fait agresser de la même manière par des militants musulmans radicaux. Imaginons qu’un musulman populaire chez les non-musulmans, comme l’imam Chalghoumi, se soit fait agresser également par des musulmans radicaux ? Y aurait-il eu le même silence médiatique et politique ?

On peut être à peu près certain qu’il y aurait eu dans ce cas un déferlement de réactions politiques et un tohu-bohu médiatique énorme. Caroline Fourest a été récemment chahutée à la Fête de l’Humanité. Elle était le lendemain invitée au Grand Journal de Canal Plus. La plupart des médias ont relayé l’incident en le condamnant (à titre personnel, je pense qu’il faut apporter la contradiction à ceux avec lesquels on est en désaccord et non pas les empêcher de parler).

Houria Bouteldja n’a pas eu ce genre d’invitation pour des faits beaucoup plus graves. Cela veut donc dire que les médias et trop de responsables politiques réagissent en fonction non de faits objectifs (agression physique) mais en fonction de critères subjectifs (ses idées plaisent-elles ou non ?).

Cela veut donc dire qu’à leurs yeux tous les citoyens ne sont pas égaux. Cela est grave en soi, car c’est contraire aux principes républicains fondamentaux, mais surtout cela contribue à attiser les tensions et les replis communautaires. Les mêmes qui disent vouloir les combattre les nourrissent par leurs réactions sélectives."

http://leplus.nouvelobs.com/contrib...

Mme Christiane Taubira, Ministre de la Justice, qui a complaisamment reçu le représentant du CRIF venu se plaindre de la campagne de boycott contre Israël, refuse de recevoir les victimes de la LDJ, qui voudraient savoir pourquoi la justice épargne systématiquement ces terroristes (y compris quand ils agressent des policiers), alors que le gouvernement français se targue d’une lutte énergique contre le terrorisme ?

Nous avons besoin de vous, de votre présence, et de vos courriers pour interpeller une femme dont nous avions salué l’arrivée au gouvernement, en espérant qu’elle mettrait en oeuvre les principes qu’elle avait jusqu’alors affichés.


NOUS VOUS DEMANDONS DE PARTICIPER TRÈS NOMBREUX AU RASSEMBLEMENT QUI SE TIENDRA

LE JEUDI 8 NOVEMBRE, DE 17h30 À 19h

 

À L’ANGLE DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE : CROISEMENT DE LA RUE DE LA PAIX ET DE LA RUE DANIELLE CASANOVA (MÉTRO OPÉRA

)

A l’appel de plusieurs associations, et en présence notamment de Houria Bouteldja, Jacob Cohen et Olivia Zémor, agressés de la même manière par la LDJ récemment.

(Merci bien noter qu’il n’y a pas de rassemblement ce jeudi 1er novembre pour cause de jour férié)

Et si vous n’habitez pas en région parisienne, merci de faire circuler cet appel et d’adresser un courrier à Mme Taubira, pour lui dire qu’il est scandaleux qu’elle autorise ces nervis racistes à sévir de la sorte. Tous les fondements juridiques sont réunis pour dissoudre cette ligue et l’empêcher de continuer à nuire.

Mme Christiane TAUBIRA

Ministère de la Justice

13 place Vendôme. 75042 Paris cedex 01

Par mail : http://www.annuaires.justice.gouv.f...

Par Tél : +33 (0)1 44 77 75 56

* "Ligue de défense Juive" : intitulé trompeur puisque ces "juifs" attaquent y compris le samedi, et que leur spécialité n’est pas la défense de qui que ce soit, mais l’agression des personnes qui défendent la cause palestinienne, ou bien qu’ils estiment trop "bronzées".

Droits Devants, GUPS, Génération Palestine, Enfants de Palestine, Les Amis d’Al-Rowwad, Nanterre Palestine, CAPJPO-EuroPalestine, PIR et Jacob Cohen

 

 

 

SOURCE / PIR Parti des Indigènes de la république

Publié dans actualités

Commenter cet article