Paris, Montparnasse, mardi : manifestation contre l'ANI, projet de loi de sécurisation de l'emploi

Publié le par dan29000

medefmardi 9 avril 2013 à 14h   

 

Lieu :Paris 6e

Montparnasse
Place du 18 Juin 1940
Métro Montparnasse

 


 

Manifestation contre l'accord « ANI »

Trajet / parcours : départ à 14h de Montparnasse vers l'Assemblée Nationale


Montparnasse > rue de Rennes > Raspail > bd St Germain > Assemblée Nat.

Ordre de cortèges syndicaux: CGT, FSU, Solidaires, FO


Communique des organisations syndicales CGT, FO, FSU et Solidaires

Après la forte mobilisation du 5 mars qui a réuni 200 000 manifestants dans 175 cortèges et rassemblement, les organisations syndicales régionales d'Île de France (CGT, FO, FSU et SOLIDAIRES) appellent l'ensemble des salariés du privé comme du secteur public, des retraités et des privés d'emploi, à une nouvelle journée de grèves et de manifestation le mardi 9 avril 2013 pour empêcher la transposition dans la loi du contenu de l'ANI du 11 janvier.

Au lieu de sortir notre pays de la crise, cet accord minoritaire va contribuer à dégrader encore plus la situation de l'emploi et mettre chaque salarié en situation de fragilité et de soumission face à son employeur. Pour les organisations syndicales franciliennes signataires, ce projet gouvernemental est inacceptable. Ce soit disant donnant/donnant est un leurre, car ce projet est la copie conforme des exigences du MEDEF. Cet accord entend également instaurer en France un nouveau modèle économique et social dont la toile de fond serait l'instauration d'un compromis permanent entre le patronat et les salariés. Ce serait un véritable recul historique.

A contrario, les organisations syndicales d'Île-de-France veulent construire un rapport de force favorable aux salariés afin d'obtenir une véritable sécurisation de l'emploi et du travail.

En conséquence, elles appellent dans l'unité les salariés, chômeurs et retraités franciliens à participer à la manifestation régionale à Paris le 9 avril qui partira à 14h de Montparnasse (place du 18 juin 1940) vers l'Assemblée nationale.

document au format PDF:

 Lien : http://www.demosphere.eu/node/35848
Source : message reçu sur servicespublics75 le 29 mars 17h

Source : liste AG-IdF, reçu le 31 mars 11h
Source : http://www.cgt94.fr/spip.php?article877
Source : http://www.cgt94.fr/spip.php?article876


1 2 3 4 5

Pour le progrès social : ensemble dans l'action le 9 avril

Communiqué CGT

L'annonce de chiffres record du chômage et l'hémorragie des emplois industriels vont continuer de plonger des millions de salariés dans la précarité et l'incertitude, mettant en première ligne les jeunes, les femmes et les séniors.

Alors que la période de crise appelle des mesures de protection des droits des salariés et une réorientation de la stratégie des entreprises en faveur de l'emploi et des salaires, les dispositions contenues dans l'ANI du 11 janvier 2013 vont aggraver la situation déjà créée, en offrant encore plus de flexibilité aux employeurs.

Pour la CGT, le changement de cap en matière de politique d'emploi et de garanties sociales pour les salariés est d'une absolue nécessité.

C'est pourquoi, après la forte mobilisation du 5 mars qui a réuni 200 000 manifestants dans 175 cortèges et rassemblements, la CGT appelle l'ensemble des salariés du privé comme du secteur public, des retraités et des privés d'emploi, à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le mardi 9 avril 2013 pour empêcher la transposition dans la loi du contenu de l'ANI du 11 janvier. La parole de la CGT, portée dans l'opinion publique et auprès des parlementaires, perturbe déjà la stratégie du MEDEF.

La CGT invite ses organisations à tout mettre en œuvre pour continuer d'informer, et débattre le plus largement possible d'ici le 9 avril avec tous les salariés du contenu de l'accord et des propositions alternatives de la CGT en faveur d'une sécurité sociale professionnelle. La CGT et ses militants vont poursuivre les rencontres avec les parlementaires dans les tous prochains jours afin de leur démontrer la nocivité de l'accord pour les salariés et son inefficacité en matière économique.

La CGT invite toutes ses organisations à créer les conditions du rassemblement le plus large.

  Source : http://www.cgtparis.fr/spip.php?article987


1 2 3 4 5

Mobilisation interprofessionnelle le 9 avril

Projet de loi sur la "Sécurisation de l'emploi"

Le patronat ne doit pas faire la loi !

Union syndicale Solidaires

L'Union syndicale Solidaires réaffirme son opposition résolue aux principales dispositions contenues dans l'accord interprofessionnel sur l'emploi du 11 janvier 2013 et reprises dans le projet de loi du gouvernement.

Les manifestations du 5 mars ont montré qu'un mouvement unitaire contre l'accord national interprofessionnel signé par le patronat, la CFDT, la CGC, la CFTC, soutenu par l'UNSA, et parrainé par le gouvernement, se développe.

Ces cadeaux supplémentaires au patronat sont insupportables, ce texte ne doit pas être traduit dans la loi.

La possibilité de baisse des salaires, la suppression de certains « plans sociaux » sans remettre en cause les licenciements, les recours juridiques plus difficiles pour les salarié-es volé-es par leur patron, la précarité toujours plus institutionnalisée avec l'invention d'un CDI intérimaire, ...C'est le cahier revendicatif du MEDEF que le gouvernement propose de reprendre dans le Code du travail !

L'Union syndicale Solidaires appelle les salarié-es, chômeurs/chômeuses et retraité-es à participer massivement à la journée d'action nationale interprofessionnelle du 9 avril contre ce projet de loi. Il s'agit d'amplifier et d'élargir la mobilisation après la réussite de la première étape du 5 mars pour montrer notre détermination au gouvernement.

Les équipes syndicales Solidaires mettront tout en oeuvre pour la réussite des grèves et manifestations qui seront décidées unitairement.

Pour l'Union syndicale Solidaires, le patronat le doit pas faire la loi !

  Source : http://www.solidaires.org/article44134.html


1 2 3 4 5

Force Ouvrière dans l'action le 9 avril

Communiqué de Force Ouvrière

Alors que le projet de loi dit de «sécurisation de l'emploi» sera examiné au Parlement en avril, Force Ouvrière réaffirme son opposition aux éléments de flexibilité qui constituent les variables d'ajustement d'une politique économique restrictive.

En la matière, l'ANI du 11 janvier 2013 comme le projet de loi actuel constituent une régression des droits sociaux.

C'est pourquoi, tout en poursuivant, sur ses positions et revendications, à faire des démarches auprès des parlementaires, Force Ouvrière appelle ses structures et militants à participer aux rassemblements et actions qui auront lieu: le mardi 9 avril 2013.

  Source : http://communismeouvrier.wordpress.com/2013/0...


1 2 3 4 5

Emploi - Droit du travail

Ne laissons pas légaliser l'insécurité sociale !

CGT

591 630 chômeurs étaient recensés en Île-de-France en janvier dernier, soit une hausse de 2,1% sur le mois précédent et près de 10 % en un an ! C'est dans cette situation où les plans sociaux, d'une rare violence pour les travailleurs, s'accumulent que le gouvernement va présenter aux parlementaires l'Accord National Interprofessionnel (A.N.I.). Ce texte a été écrit par le Médef puis ratifié par 3 syndicats moins représentatifs que les deux qui ont refusé de le signer (La CGT et Force Ouvrière). Il est maintenant porté presque sans modication par le gouvernement. Ce projet de loi est une véritable bombe qui jette aux orties des décennies de conquêtes sociales !

L'ANI est dangereux pour les salariés : car il banalise les licencie ments, les rends moins coûteux pour les employeurs et moins contestables par les salariés. Il ne sécurise pas l'emploi des travailleurs, il sécurise le patronat dans ses possibilités de licencier !

L'ANI est un chantage permanent : car il organise la mobilité interne forcée d'un site à un autre. Demain un accord d'entreprise pourra autoriser votre employeur à vous muter sur un autre poste à l'autre bout de la France, si vous refusez, vous serez licencié pour motif personnel ! Autre exemple, en cas de difficulté dans votre entreprise un accord de « maintien de l'emploi » pourra vous obliger à une modification de votre temps de travail et une baisse de votre salaire pendant deux ans. Si vous refusez de voir votre salaire baisser pour qu'à l'autre bout de la chaine les actionnaires continuent d'empocher leurs dividendes, vous pourrez être licencié pour motif économique individuel et le motif du licenciement sera inattaquable !

(...)

document au format PDF:

Source : http://www.cgtparis.fr/spip.php?article998

L'ANI est dangereux pour les
salariés

Publié dans actualités

Commenter cet article