Paris, palais de justice : soutien à Adlène Hicheur, en détention provisoire depuis 2 ans

Publié le par dan29000

 jeudi 29 mars 2012 à 13h30

   

Palais de Justice de Paris
Île de la Cité
4 boulevard du Palais
Métro Cité ou Châtelet

Appel à soutien lors du procès d'Adlène Hicheur

accusé de terrorisme, en détention provisoire depuis 2 ans

Les 29 et 30 mars à 13h30 au tribunal de paris, aura lieu le procès d'Adlene Hicheur, chercheur accusé de terrorisme pour avoir discuté sur des forums dits islamistes, en détention provisoire depuis 2 ans et demi.

Le comité de soutien, le collectif viennois, la famille et les avocats tiendront une conférence de presse le jeudi 15 mars à 11h à Ligue des droits de l'Homme, 138 rue Marcadet, 75018 Paris pour dénoncer le traitement fait à M. Hicheur et une détention scandaleusement longue ne se basant sur aucun élément matériel concret.

http://soutien.hicheur.pagesperso-orange.fr/
http://collectif.hicheur.free.fr/

 


Guantanamo à la française:

Le 8 octobre 2009, notre collègue Adlène Hicheur était arrêté au domicile de ses parents à Vienne, dans l'Isère, puis après plusieurs jours de garde à vue était mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste[i]. Il est depuis incarcéré à Fresnes en détention provisoire. Il est à noter qu'Adlène est le seul mis en examen dans cette affaire. Aujourd'hui, il est en détention "provisoire" depuis plus de deux ans, simplement pour avoir surfé et échangé des messages sur des sites internet dits "islamistes". Les lecteurs anglophones liront avec intérêt l'éditorial consacré par la revue scientifique Nature au cas Hicheur, et les questions qu'il pose, tandis que les autres se réfèreront à médiapart où à OWNI (voir notre revue de presse), seuls journaux de langue francaise à avoir pour l'instant manifesté un véritable intérêt pour ce cas.

Adlène a constamment clamé son innocence et se débat depuis son arrestation dans un univers digne de Kafka. Des allégations mensongères sur son compte ont été maintes fois publiées dans la presse et même dans certains ouvrages, émanant pour certaines des plus hauts responsables de la police et de l'état. Depuis bientot deux ans toutes les demandes de mise en liberté provisoire présentées par ses ont été refusées, sans qu'aucun élément matériel tangible ne soit venu étayer les graves accusations dont il fait l'objet. En tant que collègues d'Adlène, nous avons été choqués par son arrestation et trouvons anormal son maintien en détention. Compte tenu de cette situation qui perdure , nous avons donc crée ce comité de soutien ayant pour but de prêter assistance et soutien à Adlène dans sa défense contre des accusations qu'il a toujours niées.

Les fonctionnaires du ministère de la justice ont plusieurs fois été alertés par notre comité sur cette détention abusive mais, contre toute évidence, persistent à répondre que les droits de M.Hicheur sont respectés. Les nombreux élus que nous avons contacté n'ont pas donné suite, invoquant la séparation des pouvoirs ou préférant ignorer les conséquences de lois qu'ils ont votées et qui permettent d'emprisonner pour deux ans des gens sur la base de simples soupçons. Aux dernières informations, le magistrat instructeur aurait l'intention de procéder à la cloture de l'instruction mi octobre, mais il est à craindre que la détention de M. Hicheur ne se prolonge jusqu'à la tenue d'un éventuel procès, soit encore pour plusieurs mois.

Le comité de soutien dénonce la disproportion totale entre la réaction policière et judiciaire et les faits réellement reprochés à Adlène, la longueur inadmissible de l'instruction (compte tenu du peu d'éléments) et surtout le scandale d'une détention provisoire longue de deux ans et parfaitement injustifiable, La détention provisoire devant rester une exceptionet être justifiée par des élément préciset non par de vagues généralités. Le comité demande la libération, au besoin assortie d'un contrôle judiciaire, de M. Adlène Hicheur jusqu'à ce que l'instruction présente ses conclusions. Si des faits concrets et avérés devaient le mettre en cause, M. Adlène Hicheur comme tout citoyen doit avoir droit à un procès contradictoire dans des délais raisonnables. En l'absence de charges convaincantes M. Adlène Hicheur doit être complètement innocenté et dédommagé du préjudice grave causé par une incarcération injustifiée.

Source : http://www.demosphere.eu/node/29003
Source : http://soutien.hicheur.pagesperso-orange.fr/

Publié dans actualités

Commenter cet article