Paris, prison de la santé : police partout, justice nulle part !

Publié le par dan29000

CP-Partout-copie-1.jpg

Loi contre les bandes : cent dix manifestants arrêtés… pour rien
Par Zineb Dryef | Rue89


Le texte a été appliqué pour la première fois lors d'un rassemblement devant la prison de la Santé le 28 mars. L'objectif ? Surveiller. 

C'est une affaire qui a fait peu de bruit, comme le remarquait lundi le site Arrêt sur images. Dimanche 28 mars, 110 personnes ont été interpellées lors d'une manifestation anti-carcérale aux abords de la prison de la Santé, à Paris.

C'est la première fois qu'est appliquée la loi sur les violences en bande, promulguée le 2 mars 2010. Les manifestants n'ont pas été arrêtés pour avoir commis des violences mais pour avoir été soupçonnés d'en préparer. L'article 222-14-2 du code pénal stipule désormais :

« Le fait pour une personne de participer sciemment à un groupement, même formé de façon temporaire, en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, de violences volontaires contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. »

Un risque insuffisant pour annuler, suffisant pour interpeller

Selon le parquet de Paris, la police a arrêté ces 110 personnes pour « participation en attroupement en vue de commettre des violences volontaires en groupe. » Que leur reproche-t-on en juste ? A la préfecture de police de Paris, les réponses sont vagues :

- « Ils ont lancé des projectiles sur la police ?
- Non.
- Ils portaient des cagoules ?
- Non plus. La police est intervenue pour éviter à un groupe la commission de violences volontaires, de destruction et de dégradation de biens. »

La manifestation, pourtant déclarée, aurait pu être annulée si la préfecture l'estimait particulièrement dangereuse. 

Pourquoi attendre sa tenue pour arrêter ses participants ? La préfecture se défend en expliquant qu'au moment de sa déclaration, la manifestation ne paraissait pas si sensible :

« On a jugé que le risque n'était pas suffisant pour annuler. »

Organisée tous les ans par des militants opposés à la prison, la manifestation anticarcérale était menée ce dimanche par un camion-concert du rappeur La K-Bine. Plusieurs témoignages permettent de reconstituer le fil des événements. 
Un défilé plutôt sage

La manifestation a démarré autour de 15 heures. Une petite foule d'une centaine de personnes défilent plutôt sagement, comme le suggère cette vidéo tournée par le réalisateur Christophe Del Debbio.

Tournées entre 16h30 et 17h15, ces images ne diffèrent pas de celles de centaines de manifestations. Défilé plus ou moins bruyant, concert, prises de parole contre la politique carcérale. (Voir la vidéo)


 


Selon le récit d'un manifestant publié sur Indymedia, « deux fusées de détresses sont tirées en direction de la prison, dont une qui finit sa course dans un immeuble, peut-être l'un des délit qui servira de prétexte ». 

Le manifestant raconte son incrédulité face au nombre de CRS présents :

« Les CRS sont déjà présent à l'entrée de la petite rue avec casque bouclier et grille anti-émeute. La sono s'engage et se met face à ce cordon de flics, quelques types mettent des écharpes mais sans plus, de toute manière le rapport de force est inégal, rien que les flics en civils pouvaient foutre tout le monde à terre.

S'ensuit un ballet assez émouvant, les cordons de CRS s'installent tranquillement, d'abord derrière, empêchant toute retraite, puis sur les côtés (…)

Le joyeux bordel continue presque comme si de rien n'était, le concert se poursuit sur le camion, mais rapidement le malaise s'installe, ceux qui veulent sortir sont refoulés et l'encerclement se resserre. Les “civils” font deux percées pour serrer un organisateur et un autre type qu'ils emmènent dans une camionnette banalisée.

Les CRS finissent le boulot, resserrant de plus en plus l'étreinte, ils embarquent les militants un par un dans les cars stationnés non loin. »

« On reçoit de la bouffe, c'est végétarien mais dégueulasse »

A 17h30, les interpellations commencent. Dans un long témoignage, un autre détaille sa garde à vue, d'une durée de 24 heures. Sans bien comprendre ce qu'il faisait là, il raconte :

« (22h00-23h00) On reçoit de la bouffe, c'est végétarien mais c'est dégueulasse. Je n'ai pas le temps de finir, on m'emmène voir l'avocate commise d'office, celle du jour sans doute puisque je suis le seul à la rencontrer, et le premier. Elle ne sait rien à propos de l'affaire.

Apparemment, les flics sont désorganisés, l'équipe de nuit relaye l'équipe de jour et ils n'ont jamais eu à gérer autant de personnes.

Elle se dit interloquée par l'arrestation pendant la manifestation, et par notre garde à vue dans un parking. Elle l'écrit sur un papier. Je m'assure d'avoir le droit de ne rien dire et de ne rien signer, elle me dit que je peux, mais que c'est fortement déconseillé. »


Après avoir été pris en photo, le manifestant est interrogé. Il refuse de répondre aux questions. Selon son témoignage, ceux qui ont répondu ont eu droit à des « questions absurdes » comme : « Etes-vous en accord avec la phrase “Faut-il brûler le système”, du groupe La K-bine ? »

Selon un témoignage anonyme recueilli par Rue89, les interrogatoires ne portaient pas sur les jets de projectiles -la préfecture de police a confirmé que les interpellations n'avaient pas été causées par cela- mais sur la participation même des manifestants au concert et au défilé anticarcéral.
« Ils étaient très nombreux, c'est pour les intimider »

Amaël François, porte-parole de Sud Etudiants dont deux membres ont été arrêtés, affirme que les interpellations ont été si nombreuses que les manifestant ont été installés dans quatre commissariats différents et deux sous-sols du parking du commissariat de Ledru-Rollin (XIe). Il estime que le but de l'opération était de ficher les participants :

« Le but était forcément d'envoyer un message fort politiquement et “policièrement”. Ils étaient très nombreux, c'est pour les intimider. Ils fichent les militants pour pouvoir suivre leurs activités. »


Yannick Danio, délégué national de l'union Unité Police SGP-FO, hostile à la loi contre les bandes « parce qu'un arsenal juridique existe déjà », explique les raisons qui ont pu motiver la police :

« Sur la thématique anticarcérale, on sait que sociologiquement, ce ne sont pas des syndicats, des associations ou des partis mais des individus, dont beaucoup peuvent être proches de ce qu'on appelé le mouvement “anarcho-autonome”.

C'est le type de manifestation qui peut dégénérer, même si je ne veux pas généraliser. La difficulté dans la mission de maintien de l'ordre, c'est de pouvoir filtrer, de distinguer le casseur du manifestant ordinaire. »


Pour Christophe Régnard, président de l'Union syndicale des magistrats (USM) interrogé par Le Monde, les arrestations de dimanche illustrent le fait que « cette loi permet de ratisser large dans les manifestants en leur imputant un phénomène de bande ».

Selon le parquet de Paris, les 57 personnes gardées à vues (dont 11 personnes jusque mardi) ont toutes été remises en liberté. Sans plus de suites judiciaires.

Source : RUE 89

 

Publié dans actualités

Commenter cet article