Paris : rassemblement en mémoire de Pierre Overney, ouvrier abattu devant l'usine Renault

Publié le par dan29000

 

 

 

samedi 26 février 2011 à 10h

    

Lieu :Paris 20e devant le Métro Père-Lachaise


Rassemblement pour Pierre Overney

Il y a 39 ans pierre overney, ouvrier maoiste était abattu devant l'usine renault

Overney.jpg

 

 

Vendredi 25 Février 1972, il est 14h30. C'est la sortie de l'équipe du matin. Porte Zola, une dizaine de militants maoïstes, dont des anciens de Renault licenciés, distribuent des tracts appelant à la manifestation antifasciste de 18 h 30, au métro Charonne. Elle est organisée pour rendre hommage aux manifestants assassinés le 8 février 1962 au métro Charonne par la brigade volante de la police, lors de la manifestation pour protester contre les crimes racistes des fascistes de l'OAS. Ce soir là, le 25 février 1972, la police va agir avec la même violence. Par chance, il n'y aura pas de mort.

Pierre OVERNEY a été abattu parce qu'il était maoïste et que les maoïstes dénonçaient les crimes racistes (près de 150) dont étaient victimes les travailleurs immigrés ; mais aussi parce que les immigrés et les maoïstes organisés dans le Comité de Lutte refusaient les licenciements qui commençaient à Renault Billancourt. 20 ans plus tard, le site sera définitivement fermé et le personnel licencié.

Aujourd'hui, le racisme et le fascisme ne sont pas morts, les licenciements non plus.

Le fascisme, déjà dénoncé à cette époque, revêt aujourd'hui des habits neufs, ceux du fascisme de notre époque : le fascisme moderne. Celui-ci est possible car la bourgeoisie n'a pas encore besoin du fascisme à l'ancienne car elle n'a plus en face d'elle, ni l'URSS, ni des partis communistes puissants. Aujourd'hui, la ligne des vieux partis communistes est social-démocrate, conciliatrice, comme celle des dirigeants syndicaux. Déjà les maoïstes de l'époque dénonçaient cet esprit de conciliation avec la bourgeoisie qui a conduit à la situation d'aujourd'hui.

La bourgeoisie a aujourd'hui besoin du fascisme, qui avance dissimulé sous le masque de la « démocratie » bourgeoise, pour reprendre ce que les travailleurs lui avait arraché par la lutte. La bourgeoisie s'attaque à tous les acquis du mouvement ouvrier, payés au prix du sang et des larmes. Le fascisme avance sans opposition politique véritable mettant en cause le système capitaliste et ayant comme projet sa destruction.

L'Etat policier et militarisé se renforce, aiguillonné par la mouche du coche le Front National, alors que dans l'ombre se multiplient les groupes néo-fascistes et néo-nazis. Les conciliateurs freinent le mouvement ouvrier, sèment la confusion politique et creusent le lit du fascisme.

Face à cette situation qui demande une reprise en main de la lutte révolutionnaire, les maoïstes reprennent aujourd'hui le drapeau rouge trainé dans la boue par la bourgeoisie et les renégats. Les guerres populaires se développent au Pérou, en Inde, au Bengladesh, aux Philippines et les partis maoïstes se reconstruisent dans de nombreux pays de l'Amérique du Sud à l'Europe.

Célébrer la mémoire de Pierre Overney c'est assumer l'héritage du mouvement ouvrier, de la Commune de Paris aux luttes actuelles, dont le lien est si criant au cimetière du Père Lachaise où les Communards ont été fusillés et notre Camarade Overney enterré.


La cause du peuple pour laquelle pierre overney est mort est vivante !


La commune de paris n'est pas morte !


Rendre hommage a pierre overney, c'est poursuivre son combat revolutionnaire !


Rassemblemnt le 26 fevrier 2011 a 10 heures au Métro Pere La Chaise, nous deposerons une gerbe sur sa tombe.


Signataires : PC maoïste de France, la Cause du Peuple (journal), Front Révolutionnaire Anticapitaliste Antifasciste Populaire (FRAP)

 


Source : http://www.demosphere.eu/node/22638

Source : http://lacausedupeuple.blogspot.com/2011/02/a...

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 24/02/2011 07:08



Bonjour Dan,


Pierre Overnay mérite bien que l'on lui rende hommage ... Cela me paraît parfaitement normal ...


Bon jeudi à toi, Dan. A bientôt. Bizzzzzzzzz ...


Mitsuko