Paris Reflet Médicis : rétrospective d'un cinéaste essentiel, Peter Watkins

Publié le par dan29000

 

 

 

PUNISHMENT-PARK.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10 films de Peter Watkins présentés en rétrospective
à partir du 1er décembre
Reflet Medicis 3 rue Champollion 75005 Paris


Diary of an Unknown Soldier (Journal d'un soldat inconnu) - 1959
The Forgotten Faces (Les Visages oubliés) - 1960

Culloden (La Bataille de Culloden) - 1964
The War Game (La Bombe) - 1966
The Gladiators (Les Gladiateurs) - 1969
Punishment Park - 1971
Edvard Munch - 1973
Evening Land (Force de frappe) - 1976
The Freethinker (Le libre penseur) - 1994
La Commune (Paris, 1871) - 2000
Films autour de Peter Watkins (L'Horloge universelle & Gruto Park)

 

Rétrospective à partir du 1er décembre
Bonjour Mr Watkins !
Pourquoi La Bataille de Culloden, tournée en 1964, nous parle-t-elle encore comme si elle avait eu lieu hier ?

Pourquoi la chasse à l’homme de Punishment Park (1971), revue près de quarante ans après, reste-t-elle aussi bouleversante ?
Pourquoi sa sidérante évocation du péril atomique, La Bombe (1965) nous donne-t-elle aujourd’hui encore autant à réfléchir ?
Pourquoi sort-on vivifié des 5h45 de La Commune (Paris 1871), sa dernière œuvre, tournée à Paris en 1999 selon de nouveaux modes exploratoires (patient travail préparatoire avec deux cents acteurs, longs plans-séquences, décor minimaliste en studio) ?

Parce que Peter Watkins est un chercheur, un explorateur, un artiste qui a quelque chose à dire : certes « le monde est un épouvantable gâchis », mais justement il ne faut pas se cacher les yeux, au contraire le montrer tel qu’il est, avec ses guerres, et sa cruauté, et partout la domination. Il faut essayer de le changer, lui restituer un peu de sa beauté, et pour cela, avant tout nous débarrasser de nos œillères : ces facilités auxquelles le cinéma nous habitue. Remettant en cause cette « Monoforme » standardisée directement issue des codes mis au point par Hollywood, à laquelle il a consacré de longues réflexions (voir son livre Media Crisis), Watkins nous rappelle que le cinéma peut être autre chose qu’une industrie : un art collectif. Du coup il déroute, inquiète, réveille, bref: cet artiste fait de la politique.

Jean-Luc Porquet (extrait du dossier de presse)

 

Punishment Park
Un film de Peter Watkins
Synopsis

1970. Le conflit au Vietnam s'aggrave. Face à la vague de protestation d'une partie de la jeunesse américaine, le Président décrète l'état d'urgence et met en application "le McCarran Act". Une loi de 1950 qui autorise le gouvernement fédéral à placer en détention toute personne "susceptible de mettre en péril la sécurité intérieure". Dans une zone désertique du sud de la Californie, non loin des tentes où siège le tribunal civil chargé d'instruire le procès du groupe 638, les membres du groupe 637 découvrent sur le terrain les règles du "jeu". Contre la promesse de leur libération, ils auront 3 jours, sans vivres et sans eau, pour atteindre un drapeau américain planté dans les montagnes à 80 km de là.

 

La Commune
(Paris, 1871)
Un film de Peter Watkins
Synopsis

Nous sommes en mars 1871, tandis qu’un journaliste de la Télévision Versaillaise diffuse une information lénifiante, tronquée, se crée une Télévision Communale, émanation du peuple de Paris insurgé… Dans un espace théâtralisé, plus de 200 acteurs interprètent, devant une caméra fluide travaillant en plans séquences, les personnages de La Commune – tout particulièrement la population du quartier Popincourt dans le XIème arrondissement – pour nous raconter leurs propres interrogations sur les réformes sociales et politiques (...)

Créée à Montreuil en 1999 – dans les locaux de La Parole Errante d’Armand Gatti, là où Georges Méliès érigeât ses studios – La Commune est donc une création outsider. Avec un budget très faible mais grâce à l’étonnante énergie relationnelle de près de 300 comédiens et techniciens convaincus par la pertinence du sujet et l’évidence du propos, Peter Watkins, après 2 mois de préparation intense, a pu reconstituer et restituer en 13 jours – par un processus de tournage chronologique continu – l’exceptionnelle et effroyable expérience de La Commune. En se situant au plus près des gens du peuple – qu’ils soient gamins de la rue, ouvriers, artisans, petits patrons, fonctionnaires, soldats, intellectuels, curés, bourgeois…- dans le Paris de 1871, La Commune de Peter Watkins – en créant des passerelles avec notre société actuelle – nous réveille pour nous rappeler que l’histoire est un matériau vivant, en devenir, et qu’à tout moment nous pouvons en devenir les acteurs lucides, conscients et responsables.

 

 

Source : Shellac 

Publié dans écrans

Commenter cet article