Parthenay, un maire censeur, expert en tartufferie, vraiment très vilain !

Publié le par dan29000

c-resistances-copie-1.jpgVous savez qu'ici, si vous avez suivi notre aventure depuis le début, que nous adorons épingler les élus, souvent municipaux, qui s'illustrent par leurs actions aussi grotesques que bêtes et méchantes.

Rappelons-nous de cette maire bretonne qui enferma un arbre  par des grillages car des SDF venaient s'y reposer parfois, ou ce maire qui refusait le mariage d'un sans-papier avec une française.

Dans cette belle  série "nos élus nous consternent par leur débilité profonde",  voici le maire de Parthenay. Evidemment quand une commune déjà possède un adjoint chargé des affaires patriotiques, l'on peut s'attendre au pire. Genre FN. Mais non, là, c'est juste le Nouveau centre. 

Etant donné que le centre n'existe pas vraiment, même quand il est nouveau, lisez donc les faits de censure qui frappent le texte d'une ancienne déportée, dans le cadre de la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation.

Si cette action aberrante n'était pas aussi scandaleuse, elle porterait à rire de ces guignols pour lesquels il faut encore truquer l'histoire, sept décennies après. Après cela on comprend mieux l'expression de Philippe Sollers qui nous parlait d'odeur de moisi à propos de notre hexagone. Une odeur qui s'infiltre partout de Neuilly à Parthenay, en passant par Calais...Une odeur à la Hortefeux et à la Besson, une odeur de reconduite à la frontière et de flashball, une odeur qui nous donne un peu mal au coeur en lisant ces infos.

Quant à stigmatiser une catégorie professionnelle, il faut vraiment être borné pour ne pas entendre tous les témoignages de sympathie qui convergent vers ces gendarmes qui tentent en ce moment de lutter contre une hiérarchie ridicule qui vient de révoquer le gendarme Matelly et qui souhaiterait un peu plus de liberté d'expression !

Manifestement, il y a gendarme et gendarme. 

Et comme il ne faut pas stigmatiser une profession, voici l'adresse du forum où des gendarmes parlent, avec en tête du forum, Jaurès et Chomsky.

Deux noms sans doute inconnus  à la mairie de Parthenay ?!

 

Dan29000

 

http://gendarmes-en-colere.forum2discussion.net/

 

PS : et bien entendu toute notre sympathie à Nathalie Lanzi avec qui nous partageons sa déception devant de telles méthodes, hélas bien dans l'air du temps du règne de Sarkozy et de ses valets... 

=========================================================================================== 


ARTICLE : LE MONDE 



Journée nationale du souvenir : une mairie censure la lettre d'une ancienne déportée



La mairie de Parthenay a censuré une lettre écrite par Ida Grinspan, ancienne déportée, qui devait être lue à des élèves le 29 avril dans le cadre de la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation, selon le Courrier de l'Ouest de mercredi. 


Nathalie Lanzi, professeure d'histoire-géographie au collège de la Couldre (Deux-Sèvres), qui accompagne depuis cinq ans ses élèves "volontaires et enthousiastes" aux cérémonies commémoratives et patriotiques, avait demandé à l'ancienne déportée d'Auschwitz de rédiger un texte que les élèves devaient lire dimanche, a-t-elle raconté au quotidien. Mais ce témoignage a heurté Michel Birault, ancien gendarme et adjoint chargé des affaires patriotiques. Ida Grinspan y évoque son arrestation par trois gendarmes alors qu'elle avait 14 ans. La professeure a accepté, à contrecœur, de remplacer le mot "gendarmes" par "hommes".

"UNE FORME DE CENSURE"

M. Birault a présenté ensuite le texte au maire, Xavier Argenton (Nouveau Centre) qui, lui, a refusé sa lecture. "Ne stigmatisons pas une catégorie professionnelle qui, dans ces temps troubles, avait obéi aux ordres de l'autorité légitime", a-t-il dit à son adjoint. Ce texte "n'est pas de nature à apaiser les ressentiments à une époque où le repentir est malheureusement mis en exergue", a-t-il ajouté.

"Mes élèves ne participeront plus au devoir de mémoire et aux cérémonies commémoratives. Je renonce à souscrire à ce que j'appelle une forme de censure, a indiqué au quotidien Mme Lanzi, également conseillère régionale socialiste. Mon objectif n'était pas de blesser, mais de dire l'histoire. Je suis attachée au devoir de mémoire et au souci de vérité", a-t-elle conclu Nathalie Lanzi.

Pour Ida Grinspan, "c'est terrible, cette mentalité-là". "Il faut savoir regarder la vérité en face. Ce que je dis dans ce texte, je le dis chaque fois que j'interviens dans une école. Je dis simplement ce qui a été", déclare-t-elle.


 

Source : LE MONDE 

Publié dans actualités

Commenter cet article