Pays Basque, Bayonne : le barreau demande la fin de la dispersion des prisonniers basques

Publié le par dan29000

Le barreau réclame la fin de la dispersion

 

25/10/2012


Antton ROUGET

 


Le Conseil de l’ordre des avocats de Bayonne a adopté, hier, une motion demandant “instamment qu’il soit mis fin à [la] politique d’éloignement et de dispersion” des prisonniers basques.

Soillicités par le mouvement en faveur des droits des prisonniers Herrira, dans le cadre de la manifestation du 10 novembre, à Bayonne, les vingt-un avocats et le bâtonnier Gérard Fort (membres du Conseil de l’ordre) ont, en effet, exprimé leur “préoccupation quant aux mesures d’éloignement et de dispersion qui concernent sur le territoire français 135 détenus, répartis sur 32 établissements pénitentiaires, se trouvant à plusieurs centaines de kilomètres de leur domicile.” 

 

De par les “contraintes qu’elles imposent aux familles”, les mesures de dispersion et d’éloignement sont  ainsi considérées, par le Conseil de l’Ordre des avocats de Bayonne, comme contraires aux dispositions de l’article 8 de la Convention européenne des Droits de l’Homme garantissant le respect de la vie privée et familiale.

Et puis, les représentants du barreau de Bayonne ont aussi estimé  que l’éloignement consitue “une atteinte aux droits de la défense” par la distance mise entre les prisonniers et leurs avocats, ainsi qu’avec les lieux dans lesquels doivent être rendues les décisions judiciaires. Une situation qui serait “source de difficultés souvent insurmontables”. En réclamant que soit “mis fin à cette politique d’éloignement et de dispersion”, le Conseil de l’ordre a aussi préconisé que soient prises des décisions au sujet des prisonniers malades. Citant l’exemple de Iosu Uribetxebarria et “regrettant les difficultés rencontrés” dans son cas, le barreau a ainsi demandé “qu’il soit porté une attention toute particulière aux personnes malades qui peuvent faire l’objet de mesures alternatives à la détention.”


Aiete pour référence


“Le Conseil de l’Ordre demande que (...) la fin de la violence politique soit désormais l’occasion d’un dialogue.” Dans la dernière partie de son communiqué, les représentants du barreau de Bayonne appellent aussi, “dans le prolongement de la conférence internationale pour la paix au Pays Basque”, les différentes parties à dialoguer.

Cette délibération intervient alors que des dizaines de mouvements et partis politiques ont appelé, hier, à participer à la manifestation organisée par le mouvement Herrira à Bayonne.


Gauche abertzale, Aralar, Alternatiba, Ezker Batua, Hiru, EHNE, ESK et LAB ont, entre autres, signé l’appel de Herrira.


L’exécutif du Parti nationaliste basque au Pays Basque Nord devrait faire de même, ont annoncé, hier ses représentants.

 

 

 

SOURCE / JOURNAL DU PAYS BASQUE

Publié dans actualités

Commenter cet article