Pays basque : Jon Anza, meurtre d'Etat ou bavure policière ?

Publié le par dan29000

t_anz--50--.jpg

Disparu le 18 avril 2009, le corps de Jon Anza a été retrouvé à la morgue de toulouse.La version officielle parle d'un malaise mortel sur la voie publique. Celà fait pourtant des mois que la famille et la police cherchent Jon, l'hopital de Toulouse et sa morgue avaient été inspectés. Son corps aurait été retrouvé sans papier, mais cela n'explique pas l'identification si tardive du corps puisque les empreintes digitales de Jon Anza étaient connues par les services de police.

Meurtre d'Etat? Bavure policière? Beaucoup de voix s'elèvent en Euskal Herria contre cette invraisemblable version officielle.

«Le corps de Jon Anza est bien celui qui était conservé depuis le mois de mai 2009 à la morgue de Toulouse. L'identification formelle de Jon Anza a été établie jeudi soir grâce à ses empreintes digitales, confirmant les fortes présomptions que nous avions» a annoncé hier la procureure de Bayonne, Anne Kayanakis, dans une salle du Palais de Justice, bondée de journalistes. En majorité venus d'Outre-Bidassoa.

Accompagnée de Patrick Léonard, chef de l'antenne de la PJ de Bayonne, resté pratiquement silencieux durant toute la conférence de presse, la procureure visiblement tendue a précisé à maintes reprises que «cela n'avait pas fonctionné et qu'une enquête serait diligentée pour déterminer pourquoi la circulaire de recherches et les demandes de réquisition effectuées dans les hôpitaux et notamment, celui de Purpan ont été négatives.» En clair, selon la procureure, lorsque la PJ demanda aux hôpitaux si un patient correspondait au signalement de Jon Anza, la réponse fut non.

Rappel des faits et chronologie

Anne Kayanakis a indiqué que le 29 avril 2009 vers minuit, Boulevard Strasbourg à Toulouse, «des policiers municipaux observent un homme penché sur une jardinière et qui est inconscient. Un massage cardiaque lui est prodigué par les Pompiers et le Samu avisés. L'homme reprendra connaissance, mais ne retrouvera plus sa conscience. Il sera orienté vers l'Hôpital Purpan, sans traces de violences apparentes sur le corps. Une main courante sera établie par les services de polices. L'homme non identifié est présenté comme mesurant 1M70, 40-45 ans de forte corpulence.»

La procureure qui dans un premier temps avait indiqué que l'homme qui n'avait pas de papiers d'identité était en possession de 500 euros et d'un billet aller-retour Bayonne-Toulouse dira dans un deuxième temps que la présence du billet de train n'apparaît pas dans la main courante. Cette personne toujours non identifiée décède le 11 mai et sera transportée à la morgue de l'Hôpital Purpan. Dix mois plus tard, continue la procureure, c'est-à-dire avant-hier, «une secrétaire de l'Institut Médico légal de Rangueil avise un collègue et ami policier, avec qui elle a l'habitude de travailler, du fait qu'un cadavre non identifié est à la morgue de l'Hôpital Purpan depuis plusieurs mois. Le policier a vu lebillet de train , Bayonne-Toulouse dans les affaires du mort. Il a essayé de savoir dans quelles conditions, il avait été acheté. Il contactera le commissariat de Bayonne qui a aussitôt réagi.»

La suite est connue, il s'agit donc de Jon Anza disparu depuis le 18 avril 2009, hospitalisé le 29 avril et décédé le 11 mai, selon la version officielle. On sait que sa compagne, n'ayant pas de nouvelles, appellera l'Hôpital Purpan le 24 avril et la famille porte plainte pour disparition inquiétante le 15 mai. La PJ est saisie le 18 mai et le 4 juin appelle l'ensemble des hôpitaux, dont Purpan, pour savoir si une personne non identifiée et correspondant aux caractéristiques de Jon Anza aurait séjourné dans leurs murs. Réponse négative. «Nous sommes contrariés que cela n'ait pas fonctionné. Que voulez-vous que je dise à cela ?» a lancé la procureure.

Poursuite de l'enquête

Aujourd'hui, la plainte pour disparition inquiétante s'arrête, «mais l'enquête continue, car nous allons essayer de déterminer au mieux les causes de son décès» a affirmé la procureure. La question centrale aujourd'hui est de savoir ce qui s'est passé entre le 18 avril, date du départ de Jon Anza de Bayonne vers Toulouse, et le 29 avril, date de son supposé malaise à Toulouse. ETA avait indiqué dans une note rendue publique après sa disparition, que Jon Anza avait un rendez-vous à Toulouse pour remettre une somme d'argent à cette même organisation. Un rendez-vous auquel il n'apparaîtra pas. ETA ajoutait dans cette note que derrière cette disparition «se trouvaient les forces de polices.»Hormis le fait de confirmer, ou de remettre en question la véracité de la version officielle qui comporte une cascade de dysfonctionnements, les questions demeurent. Entre autres, où séjourna Jon Anza du 18 au 29 avril ? Qu'est devenue la forte somme d'argent qu'il transportait et quelles rencontres a-t-il faites ?

De nombreuses zones d'ombres

Plusieurs graves dysfonctionnements semblent caractériser cette version officielle. A commencer par la procédure de signalement des personnes non identifiées à l'Hôpital qui obéit à un protocole précis. «Les établissements de santé sont tenus de signaler à la police les personnes non identifiées dont la disparition présente un caractère inquiétant» précise la procédure. Ce qui correspondait au cas de Jon Anza, qui de surcroît apparaissait dans le fichier des personnes disparues de la police nationale. A la question de savoir quand l'Hôpital avait signalé aux services de polices la présence d'une personne non identifiée, et si une éventuelle demande d'identification avait été effectuée, la procureure a répondu ne pas savoir et que des vérifications étaient en cours.

Par ailleurs, au vu des événements, la procureure écarte totalement la thèse défendue par le ministre de l'intérieur espagnol Alfredo Perez Rubalcaba qui déclarait «que Jon Anza avait disparu avec l'argent qu'il devait remettre à ETA». L'autopsie du corps de Jon Anza aura lieu lundi à Toulouse. La famille du militant basque souhaitait la présence d'un médecin de confiance. Réponse de la procureure : «en matière pénale, les autopsies sont faites par des experts assermentés qui n'ont pas vocation à travailler sous la présence d'un tiers.»

L'enquête permettra-t-elle de connaître la vérité ? «Je n'ai pas de raison particulière de confier l'enquête à un juge d'instruction» déclare la procureure en charge de cette nouvelle enquête. Enquête, dont l'attente est à la mesure des nombreuses zones d'ombres et incohérences, contenues dans ce dossier.

Un long silence a précédé l'identification

A la fin de la journée, hier, la famille et les proches étaient aussi perplexes que la Procureure de Bayonne Anne Kayanakis. Ils ont néanmoins réussi à ce qu'une personne voit le corps qui demeurait ces derniers temps, à la morgue Les Oliviers Rangueil de Toulouse.

Arrivés le matin accompagnés de membres du Collectif «Où est Jon ?» à l'Hôpital Purpan, il était 17 h 30 lorsqu'un des proches de la famille a pu identifier les restes de Jon Anza, qui étaient d'ailleurs «très abîmés», comme le précise Askatasuna. En revanche, il n'a pas pu voir les vêtements qu'il portait puisqu'ils étaient «entre les mains de la police».

Le refus et le silence. C'est face à cela que s'est trouvé ce groupe de personnes qui avait fait 300 km pour connaître la vérité sur la découverte soudaine de ce corps, après quasiment un an d'attente et d'enquête sans recueillir une once d'information. Ayant insisté pendant toute la journée pour pouvoir voir le corps et avoir quelques informations, en début d'après-midi, la colère des personnes qui avaient fait le déplacement était évidente. «Il semble évident que le manque de transparence qui a entouré toute l'enquête judiciaire depuis le début continue en ce qui concerne le protocole d'identification du corps, ce que nous dénonçons avec force», affirmait Askatasuna dans un mail.

Dehors, l'impression était la même pour les journalistes réunis devant l'hôpital. «Pour toute question, on nous renvoyait vers la procureure de Bayonne», explique une consoeur du quotidien Gara, «car le cas est maintenant classé comme dans les affaires médico-légales». Elle a tout de même pu parler avec une agent du service de communication qui, sans qu'on le lui demande, «s'efforçait d'écarter les services de l'hôpital de toute responsabilité». Elle lui a affirmé que les cadavres peuvent passer des années à la morgue, si personnes ne les réclament.

Si les journalistes réunis par la procureure à Bayonne avaient parcouru des kilomètres, puisque la grande majorité était envoyée par les médias madrilènes, dans la capitale occitane, le sujet n'a pas eu énormément d'échos. Les deux quotidiens locaux contactés par Le Journal du Pays Basque semblaient apprendre la découverte du corps de Jon Anza par ce biais. Curieusement, l'information a plus d'intérêt pour les journalistes qui travaillent à 800 km de-là et même à 450 kilomètres du Pays Basque.

ANALYSE par Goizeder TABERNA

Les questions demeurent

Incrédules. Les journalistes réunis au troisième étage du Tribunal de Bayonne, hier, sont ressortis de la conférence de presse accordée par la Procureure Anne Kayanakis avec un certain scepticisme visible dans le visage de certains, perceptible dans les propos tenus par d’autres. Habitués pourtant au système judiciaire espagnol, d’aucuns sont restés déconcertés par le récit que venait longuement de détailler la Procureure. Elle a répondu à toutes les questions, ou du moins, à celles auxquelles elle a pu répondre, car elle en avait pratiquement autant que la trentaine de journalistes qu’elle avait en face. Sa principale certitude est le constat d’échec d’un mode opératoire qui a souffert de nombreux maillons faibles. La police municipale de Toulouse, le Samu, le commissariat qui a réalisé la main courante, les médecins qui ont constaté la mort de J. Anza, l’administration de l’hôpital, les responsables et les agents de la morgue… à tous ces niveaux les questions demeurent. Elles s’accroissent lorsqu’on observe l’absence d’informations sur la période située entre le 18 avril et le 29 avril. Le corps de Jon Anza a bien été retrouvé, mais il faudra encore beaucoup de réponses pour que sa famille accède à la justice, à la dignité.

 

Source : Forum des peuples en lutte


Publié dans actualités

Commenter cet article