Pays Basque : Les prisonniers jeûnent contre la dispersion dans les prisons françaises et espagnoles

Publié le par dan29000

Pays Basque


Les prisonniers jeûnent contre la dispersion

 

29/12/2012

 

 

Antton ROUGET

 


Le Collectif des prisonniers politiques basques (EPPK) a annoncé par le biais d’un communiqué de presse (publié dans son intégralité en p. 4) qu’il allait faire de la fin de la dispersion son “premier défi”. Une série d’actions qui débute dès ce samedi par un jeûne dans toutes les prisons françaises et espagnoles est organisée en ce sens.

 

“Les gouvernements français et espagnol suivent leur politique de toujours [...] comme si nous étions toujours dans une situation d’affrontement armé.” Le Collectif des prisonniers politiques basques a fermement dénoncé l’attitude de Paris et Madrid qui “veulent faire du blocage de la politique carcérale un axe [...] qui irait à l’encontre du processus de paix”.

 

Pourtant, considère EPPK, “ils n’ont aucune excuse” politique ou légale pour maintenir la dispersion des prisonniers.

“Notre regroupement au Pays Basque ferait naître de nouvelles conditions et ouvrirait de nouvelles possibilités.” En réclamant des gouvernements qu’ils appliquent leurs propres lois sur le rapprochement, les prisonniers basques voient, au-delà des arguments humanitaires maintes fois exposés, un moyen de consolider le processus de paix : “Ce qui est en jeu n’est pas l’amélioration de notre situation ; [...] c’est la validité du processus de paix ouvert.”

Alors que les États ont adressé des fins de non-recevoir sur la question, EPPK considère que la clé viendra de la mobilisation de la société basque. Acteurs sociaux, politiques et institutionnels sont ainsi appelés à s’impliquer pour le retour des prisonniers. Le nouveau chef du gouvernement de la Communauté autonome basque, Iñigo Urkullu, est lui aussi directement interpellé dans le communiqué de presse : “Il a aujourd’hui, plus que jamais, une occasion pour en finir avec la dispersion, pour changer la politique carcérale et renforcer le processus.”

En plus du jeûne organisé ce samedi dans toutes les prisons, EPPK organise une “grève de la communication” en refusant toute visite le 12 janvier prochain, jour où une grande manifestation est convoquée à Bilbo. Enfin, pour réclamer la libération des prisonniers sous le coup de la “doctrine Parot” et de ceux conditionnables, le collectif organisera diverses actions tous les troisièmes vendredis de chaque mois.

Les interlocuteurs d’EPPK doivent par ailleurs présenter ce samedi à Bilbo le bilan de leurs entretiens avec les partis et syndicats.

 

 

 

 

SOURCE / LE JOURNAL DU PAYS BASQUE

Publié dans actualités

Commenter cet article