PCF / Contre le repli sectaire, des départs prochains

Publié le par dan29000

patrick-braouzec-2.jpg

Une vingtaine de personnalités du PCF pourrait quitter le parti


Ces figures communistes, dont les députés Braouezec et Asensi, lancent un appel pour dépasser la forme PCF et dénoncent «la logique de repli» de leur parti.


Les députés PCF Patrick Braouezec, François Asensi (Seine-Saint-Denis) et Jacqueline Fraysse (Hauts-de-Seine) ainsi que d’autres figures communistes, comme Pierre Zarka, pourraient démissionner du PCF. Pour cause de «raidissement dans la pratique démocratique» du parti, selon eux.

Dans un appel intitulé «Que faire? Autre chose? Autrement?», une vingtaine de personnalités du PCF estiment que «la logique de repli des dernières années, incluant dans la période récente la mise à l’écart d’un grand nombre de militants, va, avec une incohérence inédite dans ses choix stratégiques, loin de ce qui bouge dans la société, ou l’aborde du "bout des lèvres"». «Peut-on, et comment, faire vivre autrement une option communiste refondée?», demandent-ils, à trois jours du Conseil national du PCF.

Après la séquence des élections européennes et des régionales, «on est nombreux à se poser la question de quitter le PCF», a confié à l’AFP le «communiste unitaire» Pierre Zarka, signataire du texte au côté, notamment, du maire (PCF) de Nanterre, Patrick Jarry, ou encore de Pierre Goldberg, Roger Martelli et Bernard Calabuig.

«On pense qu’il est urgent d’aller vers d’autres constructions» où «se mêlent mouvement social et forces de progrès», a expliqué Zarka, ex-directeur de L’Humanité, assurant «ne pas arriver à le faire dans le PCF» où «il y a plutôt un raidissement dans la pratique démocratique».

«La décision collective sera prise courant mai», avant le congrès du PCF de juin, a-t-il affirmé, précisant que lui avait déjà décidé de démissionner. Les signataires n’ont «pas l’intention de rajouter un nouveau mouvement» à gauche, selon Zarka, mais devraient créer une «section communiste» à l’intérieur de la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase) où figure notamment Clémentine Autain.

La semaine dernière, les députés Asensi et Braouezec avaient dénoncé «le parachutage d’un responsable parisien» du Parti, Patrice Bessac, au second tour des régionales en Seine-Saint-Denis, leur département.

Braouezec qui souhaitait être tête de liste du Front de gauche en Ile-de-France pour les régionales, avait, il y a quelques mois, reproché au PCF d’avoir imposé Pierre Laurent, le dauphin de Marie-George Buffet.


Source / Libération 

Publié dans actualités

Commenter cet article

lemarteau 25/03/2010 12:38


Ils sont déjà dehors depuis longtemps  (mais n'interessent pas la population) !
Choisir ce moment ou le Front de gauche s'ancre est une mauvaise chose pour tous les communistes qui essaient (avec un succès certain dans de nombreuses fédérations  du PCF) d'ouvrir le
PCF.
Ces departs ne serviront pas l'ouverture en cours au PCF au contraire.


dan29000 25/03/2010 13:17



vous avez raison, ils étaient déjà dehors depuis longtemps, le problème avec ce qui reste du PCF, c'est que les quelques figures connues qui restent encore sont déjà dehors, ou morts
politiquement, comme ce parti d'hier qui se croit encore vivant en se planquant dans un Front, qui d'ailleurs devrait plutôt se nommer Duo vu que PCF + PG cela ne peut faire un front, meme de
gauche...


Quant à l'ouverture, on ne voit pas où elle serait ? Bessac ou Laurent durant les Régionales ?


Le seul reproche que l'on peut effectivement faire à ces élus qui partent, c'est, vu leurs qualités politiques et humaines, de ne pas l'avoir fait plus tôt alors que le PCF était condamné il y a
déjà pas mal d'années...


Mais mieux vaut tard que jamais.


lafaucillerouge !