Personnages secondaires, un roman d'Alejandro Zambra, éditions de l'Olivier

Publié le par dan29000

 

 

 personnages.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

  Il existe des romans qui assènent, des romans qui tentent de nous brosser de grandes fresques historiques aussi légères qu'un péplum... Et puis il y a les autres. Personnages secondaires est le contraire d'un roman historique et c'est donc tant mieux. L'auteur qui est né à Santiago du Chili en 1975 est une des belles découvertes de ces dernières années dans la littérature d'Amérique latine que nous aimons depuis si longtemps. Professeur de littérature, critique littéraire, poète et romancier, Alejandro Zambra nous offre ici un roman en demi-teintes, un roman aussi subtil que singulier.

 

  Ainsi que le titre nous l'annonce, le point de vue est celui de personnages secondaires. Des personnages secondaires qui parfois peuvent en dire plus sur une situation donnée que les personnages principaux. Ici la dictature de Pinochet qui défigura durablement le Chili durant les années 70 et 80. Si le roman s'ouvre sur l'histoire étrange d'un enfant de neuf ans qui espionne la vie d'un homme, juste pour faire plaisir à une petite fille, lui succèdera vingt ans plus tard l'écrivain s'interrogeant sur cette enfance, sur ces gens qui ne prirent pas position. Il y avait ceux qui tuaient et ceux qui étaient tués...Mais les autres ? Les personnages secondaires. Et les enfants ? Que cela soit durant la dictature sanglante ou le tremblement de terre de 1985, il y a toujours une vaste part de silences, d'incompréhension, surtout pour les enfants. Partout dans le monde, des millions de gens regardent se faire l'histoire avec passivité.

 

  La narration est non linéaire, comme le sont les souvenirs quand il s'agit de revenir sur l'histoire de sa vie. Beaucoup de courtes phrases et de points d'interrogation. Un style dépouillé bien en adéquation avec le propos de ce court roman sans la moindre phrase inutile. Cela renforce encore la distance nécessaire dont fait preuve ici l'auteur de Bonsaï.

 

  Une certaine mélancolie s'échappe parfois de ces pages, la mélancolie de la fuite du temps irrémédiable, celle d'un passé s'estompant dans un mélange de rêves et d'interrogations sans réponse. Un roman original, envoutant et intelligent. Un roman qui ne devrait laisser personne indifférent.

 

  Que demander de plus sur un sujet aussi difficile ?

 


 

  Dan29000

 

 

 

Personnages secondaires

Alejandro Zambra

Traduit de l'espagnol (Chili) par Denise Laroutis

Editions de l'Olivier

2012 / 176 p /17, 50 euros

 

Site de l'éditeur

 

================================

Rencontres avec l'auteur

 

Paris : 19/09 à 20 h Librairie l'atelier (2bis rue du jourdain, Paris 20e)

 

Vincennes : festival AMERICA du 20 au 23/09

 


Publié dans lectures

Commenter cet article