Pierre Rabhi en tchat : Notre modèle de société va déboucher sur un dépôt de bilan planétaire

Publié le par dan29000

«Notre modèle de société va déboucher sur un dépôt de bilan planétaire»

TCHAT LIBERATION


La conférence sur le climat sera-t-elle à la hauteur des enjeux? Le philosophe et agronome Pierre Rabhi, pionnier de l'écologie, n'y croit pas et propose des solutions pour protéger la planète. Il a répondu à vos questions. 

 

Vrille. La crise économique pourrait-elle avoir un effet positif sur la crise climatique? 


Je crois que c'est abusif de donner le joli nom d'«économie», et incorrect. Ce que nous appelons économie n'est absolument pas de l'économie, puisqu'il s'agit du pillage généralisé de la planète. C'est-à-dire par cette croissance indéfinie sur laquelle nous avons fondé notre mode de gestion des ressources planétaires. Avant toute chose, il faut s'entendre sur ce qu'est l'économie, qui, pour moi, consiste d'abord à répartir équitablement les ressources entre les êtres humains.

Francoise. Cher monsieur Rabhi, mes respects et mon admiration. Voici ma question: comment décroître en France sans créer de chômage?

Il faut se rendre à l'évidence: notre modèle de société, basé justement sur une vision erronée de la planète, ne pourra certainement pas se poursuivre sans aboutir à une sorte de désastre et de dépôt de bilan planétaire.

La décroissance doit être mise en perspective et graduellement organisée sur les bases d'un vivre ensemble fondé sur ce que j'appelle «la sobriété heureuse», un art de vivre fondé sur la modération. Cela passe, évidemment, par revoir nos comportements. Pour chacun de nous, au quotidien. Il faut aussi militer pour que le politique et l'économique soient révisés sur la base d'une réalité absolue. Nous ne pourrons pas continuer à appliquer le toujours plus sur une réalité planétaire limitée.

boudhinette@yahoo.com. La reforestation peut-elle avoir un impact contre l'effet de serre?

Oui. Il est connu que la reforestation a des effets bénéfiques sur le climat. Cependant, cette reforestation devrait être précédée d'une réglementation drastique sur la destruction des forêts existantes. Il ne sert à rien de déforester d'un côté, et, de l'autre, prétendre corriger par la reforestation. En gros, cessons d'abord de déforester, et envisageons ensuite l'avenir avec la reforestation.

Kwami12. Pourquoi, selon-vous, la France est-elle aussi en retard par rapport à d'autres pays européens quant à la création de lieux de vie écologiques et solidaires (écovillages, etc.)?

Je ne connais pas la raison pour laquelle il n'y a pas encore cet esprit ou cette réalité. L'avenir ne pourra pas être au chacun pour soi, ni à une urbanisation extravagante, comme nous en sommes témoins aujourd'hui. La question qui se pose, c'est: qu'allons-nous faire après que notre modèle de société, qui assure la survie des citoyens par des rémunérations et autres moyens, lorsque ce modèle arrivera à ses limites. Il faut absolument une politique nationale qui favorise l'organisation de nouveaux «oasis» en tous lieux par de nouvelles dispositions foncières.

Aze. Quels sont les principaux lobbys écologistes? Et, à long terme, peuvent-ils équilibrer les pressions politiques avec les lobbys industriels?

J'ai du mal à intégrer cette notion d'un lobby écologiste contre un lobby du pouvoir financier. Je pense que l'écologie ne peut être traitée comme une question subsidiaire. Avec l'écologie, il s'agit des fondements de la vie. Et ces fondements concernent la totalité de l'humanité sans aucune restriction, que l'on soit financier ou que l'on soit quoi que ce soit. Personne ne peut échapper aux défaillances écologiques si elles devaient s'aggraver. La survie collective ne peut souffrir ni d'être ajournée, ni de faire l'objet d'antagonismes.

Goe. Vous dites: «L'économie est le pillage généralisé de la planète». Voyez-vous la taxe carbone comme un moyen de traiter ce problème? Si oui, est-elle suffisamment élevée?

Je pense que le temps n'est pas à s'amuser avec des taxes carbones. Le temps est aux grandes décisions intelligentes qui concernent tous les paramètres qui constituent aujourd'hui la survie de l'espèce humaine et des autres créatures. Mon rêve serait qu'il puisse y avoir des réunions internationales qui traitent de tous les sujets concernant la survie et qui décideraient d'en faire la priorité absolue.

Quand je pense à tous les moyens que l'on consacre à la destruction du monde, aux violences, aux armes et aux guerres, et que nous sommes incapables, par manque d'intelligence, de mettre de l'énergie à faire de notre planète la merveilleuse oasis où il ferait bon vivre pour tout le monde. Je trouve complètement immature de tergiverser sur ces questions. Et je trouve que la question de la taxe carbone est une diversion, comme le système international est doué pour les proposer.

L'Arabe. Est-ce que sans pétrole nous serons mieux au niveau du respect de l'environnement?
L'énergie pétrole a produit ce qu'on appelle «la civilisation de la combustion énergétique». Pendant des millénaires, l'humanité n'a absolument pas eu besoin de cette énergie. Nous sommes aujourd'hui dans un dilemme, car le manque de cette énergie signifierait l'effondrement de la civilisation moderne. Je crois que l'avenir pourrait se construire sur l'usage modéré et intelligent de cette ressource. L'avenir pourrait aussi avoir recours à tout ce que l'humanité a pu imaginer depuis les origines et qui a fait qu'elle a survécu. Je pense que les valeurs de la tradition et de la modernité pourraient se conjuguer pour un nouveau paradis.

Pour lire la suite : Libération :

Publié dans environnement

Commenter cet article