Poitiers (86) : mobilisation pour le procès en appel du campement du 30 mars

Publié le par dan29000

Relaxe générale pour le Procès en appel du campement du 30 mars

Droit Au Logement Vienne (86)

Droit Au Logement Vienne (86)

 

 

À l’heure où Matignon a décidé, en collaboration avec la ministre du Logement EELV, Cécile Duflot, de mettre en œuvre sans tarder un plan d’urgence pour les sans-abri, à l’heure où les députés, sous l’impulsion du Front de gauche, durcissent la loi sur la réquisition des logements vacants, à Poitiers il est programmé le procès en appel des sans logis et mal logés qui avaient établi un campement place du marché Notre Dame à partir du 30 mars dernier et qui ont été évacués brutalement par la police du gouvernement sarkoziste sur la demande de la mairie socialiste.

Comble de l’ignominie qui montre tout le mépris que la bourgeoisie poitevine manifeste à l’égard ce qui est appelée par elle sans rire : des « marginaux », la police a fait du zèle dans l’indifférence quasi générale. Beaucoup de violence pour détruire cette cabane symbolique en bois, arracher les toiles de tentes, les couvertures, les ustensiles de cuisine, les affaires personnelles, brutaliser des sans logis et mal logés qui résistaient passivement en étant assis par terre et interpeller des personnes ciblées en soutenant qu’elles auraient été violentes

Après, c’est réglé comme du papier à musique. Le Comité Poitevin contre la répression des mouvements sociaux l’a maintes et maintes fois constaté dans le passé. Du fait que des policiers disent avoir subi des violences, le parquet se prête à cette parodie de justice en traînant au tribunal les militants ciblés et le juge, vraisemblablement choisi exprès, les condamne, en l’occurrence ici à des peines supérieures. Rappelons que les dommages et intérêts pour les policiers sont un véritable racket. Cela a très bien été démontré par le Comité Poitevin contre la répression des mouvements sociaux.

Outre les dommages et intérêts perçus aux dépends de personnes fragiles et démunies, cela a l’avantage de mettre une épée de Damoclès sur la tête de ceux qui résistent et de les dissuader de continuer la lutte pour exiger le respect de leur droits

La justice n’a donc pas été en reste concernant cette criminalisation de la misère. C’est une première nationale concernant les luttes soutenues par le DAL : deux personnes ont été condamnées à deux mois de prison ferme.

L’appel de cette décision indigne aura lieu le 9 novembre 2012 à 9h au palais de Justice de Poitiers.

Un tract de la fédération du Parti socialiste de la Vienne qui circule actuellement prétend que « l’ère Sarkozy est bien finie » et que « le changement voulu par les Français commence à prendre forme ». Cela sera-t-il vérifié à l’issue du procès ?

Réservez dès à présent cette date pour exiger la relaxe des militants. Jean-Baptiste Eyraud, porte parole de la Fédération Droit au logement, Mgr Jacques Gaillot, différents comités DAL, ont déjà répondu présent.

PROGRAMME

  • à partir de 9h : petit déjeuner solidaire devant le Palais de justice

  • 12h : Conférence de presse suivie d’un repas solidaire devant le Palais de justice

  • 18h : Table ronde sur la question du droit au logement et de la répression (probablement à la Maison du Peuple)


Nous appelons tous ceux qui veulent défendre le droit au logement et en particulier le droit à un logement pour tous à apporter leur soutien.


Pour plus d’infos :


Communiqué Fédération DAL : Prison ferme pour 2 militants de DAL Poitiers !

- Criminaliser la misère !

- Déclarations de la municipalité de Poitiers concernant le logement

- Place Notre-Dame évacuée amendes et prison ferme. NR 18/07/2012

- Brèves : Rendu du procès du campement des sans logis et mal logés de Poitiers

- Message au DAL de Poitiers par Mgr Jacques Gaillot

- Les campeurs du DAL devant le tribunal NR 11/07/2012

- Récapitulatif de la répression du campement des sans logis et mal logés de devant Notre Dame – place du Marché à Poitiers

- Communiqué du DAL 86 : réponse point par point aux déclarations publiques d’élus de la municipalité de Poitiers suite à l’expulsion du campement sur le parvis de Notre-Dame.

- Cache-cache, interpellations… et rencontre. NR 04/04/2012

Publié dans actualités

Commenter cet article