Portugal, Espagne, Grèce en grève générale le 14, élargir est indispensable

Publié le par dan29000

Europe : premiers pas vers une grève générale ?

 

Pour la première fois, le Portugal, l'Espagne et la Grèce seront en grève générale, simultanément, le 14 novembre prochain. C'est aussi la date choisie par la Confédération européenne des syndicats (CES) pour une « journée d'action » en Europe, avec des « grèves, manifestations, rassemblements et autres actions », afin de dénoncer les mesures d'austérité en vigueur dans l'Union européenne.

 

Tout a commencé le 15 septembre dernier, quand les manifestants espagnols et portugais sont descendus dans la rue le même jour. À Lisbonne, les 500 000 manifestants (la plus grande manifestation depuis le 1er mai 1974, après la chute de la dictature) ont achevé leur périple sur la place d'Espagne en signe de solidarité avec Madrid, tandis que le principal syndicat portugais la CGTP (Confederação Geral dos Trabalhadores Portugueses), appuyé par les réseaux sociaux, annonçait une prochaine grève générale pour le 14 novembre.

Ils ont depuis été rejoints, sur le même mot d'ordre, pour la même date, par les deux principaux syndicats espagnols, la CCOO (Confederacion Syndical de Comisiones Obreras) et l'UGT (Union General de trabajadores), et le « Sommet social » (qui regroupe 150 associations et syndicats) et par le principal syndicat du secteur privé en Grèce, la GSEE (Confédération générale des travailleurs grecs).


A Lisbonne, le 15 septembre, la manifestation s'achève symboliquement place d'Espagne. A Lisbonne, le 15 septembre, la manifestation s'achève symboliquement place d'Espagne.

Ainsi, dans trois pays européens, les forces hostiles aux politiques d'austérité sont enfin parvenues à coordonner leur action, ouvrant la perspective d'une mobilisation d'ensemble. C'est ce que peut aussi laisser espérer le renfort de la Confédération européenne des syndicats (la CES, qui rassemble 85 organisations syndicales dans 36 pays européens ainsi que 10 fédérations sectorielles). Dans son appel pour une « journée d'action » le 14 novembre, la CES « exprime sa ferme opposition aux mesures d'austérité qui font plonger l'Europe dans la stagnation économique, voire la récession, ainsi qu'au démantèlement continu du modèle social européen ».


 

Affiche pour le 14 novembre, sur facebook. 
Affiche pour le 14 novembre, sur facebook.

En France, c'est sur facebook que l'on trouve les partisans les plus enthousiastes d'une action d'envergure le 14 novembre. Mais, pour l'heure, pas ou peu de réactions syndicales ou politiques à l'appel de la CES. À son propos, la CGT indique que « les modalités pour la France seront préparées dans les prochains jours par les centrales syndicales françaises. La CGT entend y prendre toute sa place et prendra les dispositions pour assurer le succès de cette journée. » À suivre donc...

Au cours de ces dernières années, dans chaque pays d'Europe, grèves, manifestations, mobilisations ont eu lieu contre l'austérité. L'exemple donné par le Portugal, l'Espagne et la Grèce sera-t'il contagieux ? Quel sera l'impact réel de l'appel de la CES ? Lors de la dernière grève générale en Grèce, le 18 octobre, une délégation de sidérurgistes belges s'est jointe aux manifestants, à Athènes, en chantant « l'Internationale » et avec une banderole qui proclamait : « Nous sommes tous des Grecs ! »

 

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article