Pour la protection des ours

Publié le par dan29000

OURS
Trois ours en peluche pendus sous le pont d'Alma à Paris, ce mercredi 20 janvier: c'est la biodiversité qu'on étrangle, ont ainsi voulu symboliquement souligner les amis de la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées.

Depuis ce 1er janvier 2010, rien n'est venu du ministère de l'Écologie qui permettrait aux partisans de la bête d'espérer la poursuite de sa réintroduction dans les Pyrénées. Le dernier plan courrait de 2004 à 2009. Il n'aura pas duré un jour de plus.

«Malgré les engagements annoncés», dénonce l'association Pays de l'ours-ADET, installée à Arbas. «Voilà comment la France inaugure l’Année Internationale de la Biodiversité, grogne-t-elle en même temps que l'association Ferus … de la plus mauvaise manière !»

Un truc qui vous crée des ennemis quand vous le lancez et vous en fait au moins autant quand vous l'arrêtez n'a pas d'autre nom: ça s'appelle une boîte à gifles.

Ferus et Pays de l'ours-ADET décrètent donc «2010, Année de l'ours!» Les deux promettent de «multiplier les actions» dans les douze mois prochains, «dans le but d'obtenir un nouveau plan de restauration de la population d'ours».

En attendant, et pour «lancer la mobilisation», deux pétitions sont mises en ligne. L'une présentée comme «classique». L'autre sous forme vidéo où «chacun peut dès maintenant se filmer en train de lire un texte adressé au Président de la République».

Les partisans de la poursuite de la réintroduction demandent entre autre: 1) des lâchers d'ours réguliers, prioritairement en Béarn, mais aussi dans les Pyrénées Centrales 2) une meilleure protection de son habitat 3) une politique volontariste de valorisation pour les populations locales de ce patrimoine naturel exceptionnel.

Soit, largement de quoi rallumer le feu de l'autre côté... Il n'est pas sûr que le président de la République se presse de leur répondre.

GLv.

Publié dans environnement

Commenter cet article