Pourquoi le gouvernement casse l'hôpital et la sécurité sociale ?

Publié le par dan29000

 

 

Voilà pourquoi le gouvernement casse l'hôpital et la sécu Imprimer

 

 

Deux textes : l'annonce de ce "partenariat" et le commentaire de Cécile Moutte

 

 

 

1.

Crédit Agricole Assurances et Ramsay Health Care deviennent partenaires

Publié par Thierry Gouby le 11 janvier 2010

Crédit Agricole Assurances, le premier bancassureur de France et l’un des acteurs majeurs dans la santé et la dépendance, vient de finaliser un accord avec Ramsay Health Care, un des protagonistes de référence dans le secteur de l’hospitalisation privée dans le monde. Les deux compagnies sont donc devenues partenaires afin de renforcer l’offre et la qualité des soins dans le domaine de l’hospitalisation privée en France.

 

C’est pour améliorer l’ensemble des services en milieu hospitalier privé que Predica, la filiale assurance de personnes de Crédit Agricole Assurances, vient de conclure une alliance avec Ramsay Health Care, pour reprendre conjointement le groupe de cliniques privées Proclif, jusqu’alors contrôlé par le fonds Duke Street. Aux termes de cet accord, Ramsay Health Care sera l’opérateur industriel de Proclif, il en détiendra 57% et Predica 43%. Crédit Agricole Assurances et sa filiale apporteront alors leur appui à une stratégie de croissance ambitieuse du groupe. Proclif pourra compter sur l’expertise industrielle de Ramsay Health Care dans le secteur de l’hospitalisation privée, ainsi que l’engagement de Crédit Agricole Assurances dans le domaine de la santé.

Ce partenariat reste soumis à conditions, notamment l’obtention des autorisations requises auprès des autorités de la concurrence. « Dans le cadre de sa revue sectorielle globale, Ramsay a évalué un certain nombre d’opportunités sur le marché européen. Le marché français présente des caractéristiques attractives pour Ramsay, en particulier par son évolution démographique favorable. De par son implantation géographique en Ile de France et la qualité de son Management, Proclif présente une plateforme de développement solide pour Ramsay sur le marché français. Ramsay est fier de s’associer à Predica qui dispose d’une expertise reconnue dans le domaine des services de santé. » a déclaré Christopher Rex, directeur général de Ramsay Health Care.

« Nous sommes très fiers de nous associer à Ramsay Health Care, acteur de référence dans le secteur de l’hospitalisation, qui dispose d’une présence internationale et d’une forte expertise dans le domaine du MCO (Médecine, Chirurgie, Obstétrique). Ce partenariat avec Ramsay Health Care, permet à Crédit Agricole Assurances de poursuivre ses investissements dans le domaine de la santé et à Proclif de prendre une nouvelle dimension. Ce partenariat témoigne de la qualité des équipes de Proclif, et du potentiel de la plateforme. Nous nous félicitons de notre collaboration avec notre partenaire Duke Street sur ce dossier » déclare à son tour Bernard Michel, directeur général de Crédit Agricole Assurances et de Predica.

Quand à Bernard Lasry, le Président de Proclif, il a ajouté que « Proclif est désormais adossé à deux actionnaires de référence complémentaires qui vont nous accompagner dans notre volonté de devenir un acteur national de l’hospitalisation privée. »

A propos de Crédit Agricole Assurances, l’assurance est aujourd’hui le deuxième métier du Groupe Crédit Agricole, premier bancassureur et deuxième assureur en France par le montant des primes collectées. En ce qui concerne Ramsay Health Care, c’ est un opérateur global dans le secteur de l’hospitalisation privée qui détient plus de 100 établissements en Australie, Indonésie et le Royaume Uni. Le Groupe est coté en bourse en Australie.

Source : http://pro.news-assurances.com/blog/credit-agricole-assurances-et-ramsay-health-care-deviennent-partenaires/016934178

Source : http://www.clinique-mousseau.com/

 

2.

Voici le cri d’alarme que je lançais en juin 2009 :

Il existe aujourd'hui 2 obstacles à la privatisation de la santé : la sécurité sociale et l'hôpital public.

En ce qui concerne l'hôpital, la loi Bachelot, couplée avec le plan hôpital 2012, et conjuguée avec les LFSS, est en voie de régler le "problème", en créant une pénurie d'offre hospitalière publique qui profite au privé, en obligeant à une "collaboration public-privé" .. qui profite au privé, en répartissant les financements publics entre public et privé etc...

En ce qui concerne la sécu, après les forfaits et franchises, qui font insidieusement passer dans les esprits la notion de "responsabilisation" des malades par la pénalisation financière (notion inefficace, illogique, scandaleuse... mais qui passe!!!), après les déremboursements et dépassements de plus en plus nombreux et importants non pris en charge, l'instauration du médecin référent, qui entraine des frais pour de nombreux malades, etc.(sans parler de la fermeture des permanences et de la baisse de moyens alloués aux CPAM avec leurs répercussions sur le fonctionnement et la gestion des dossiers)... la stratégie est perverse mais efficace : amener les français à considérer la sécu comme obsolète, inutile, dysfonctionnelle, incompréhensible...

A la protection solidaire, garante non seulement de l'accès aux soins pour tous selon leurs besoins (et non selon leurs moyens) mais aussi dernier rempart (mince) contre la marchandisation extrême de la santé et la flambée des dépenses de santé, se substitue insidieusement une prise en charge individuelle de la couverture sociale. Le 5ème risque, qui fait entrer la dépendance dans le champ de la garantie individuelle, a ouvert la brèche.

Il s'agit maintenant de l'élargir pour permettre aux groupes assurantiels de gagner des parts de marché. Parts de marché nécessaires pour concrétiser leurs projets d'investissement dans des "chaines" de santé, rentables à court terme, qui proposeraient sur les territoires actuellement sinistrés des maisons de santé adossées à des cliniques (et pourquoi pas des pharmacies?). Quel meilleur moyen de s'assurer une clientèle ("captive" c'est le terme marketing) que de s'assurer que la complémentaire santé devienne systématique.

La discussion est en cours et le lobbying puissant (et insistant) pour rendre obligatoire la prise d'une complémentaire santé, avec des aides publiques pour les personnes à faibles revenus (conseil général?)

Les mutuelles font moins peur que les assurances. Elles sont la garantie éthique et solidaire nécessaire pour permettre aux assureurs de montrer patte blanche afin que les citoyens, dupés, acceptent cette réforme qui marquerait un recul politique, idéologique, social, et sanitaire dramatique.

Une fois le loup entré dans la bergerie, les mutuelles ne tiendront pas, financièrement, face à la concurrence assurantielle privée. Et disparaitront rapidement.

Je relance un cri d’alarme…

Cécile MOUTTE

 

Source : FASE

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 03/03/2011 08:22



Je lis, j'écoute, j'entends ... et tout cela me fait particulièremen peur ...


Si on casse l'Hôpital et la Sécurité Sociale ... que reste-t-il  alors ???


Il y a déjà tellement d'exclus dans cette France là ... Que vont faire les anciens qui n'ont déjà pas grand chose pour se nourrir, s'ils ne peuvent plus avoir accès aux soins que
va-t-il  leur arriver le jour où ils seront en fin de vie ...


Tout cela me fait terriblement peur !!! Je n'ose pas croire que nous oserons laisser des gens sur le pavé et pourtant plus ça vient et plus je pense qu c'est ce qui va arriver et
peut-être pas dans si longtemps ...


Bon jeudi à toi, Dan. Bises ...


SuperNana



dan29000 03/03/2011 09:32



hélas notre société en prend bien le chemin mais rien n'est jamais récit avant, parfois les peuples se réveillent, on le voit en ce moment dans le monde arabe....