Précarité et élections : 77% des Français pensent que les programmes l'ignorent

Publié le par dan29000

Le regard des Français sur la précarité et l’exclusion

 

 

 


sdf2Un sondage FNARS/Harris Interactive, publié lors du Congrès de la FNARS  à Nantes le 13 janvier, révèle que, pour les Français, la lutte contre la précarité devrait figurer parmi les priorités des candidats à l’élection présidentielle.

77% considèrent qu’il ne s’agit pas d’une priorité des programmes. Or, 85% des citoyens estiment que les candidats devraient faire de la lutte contre la précarité une priorité.

 

 


La précarité : un problème qui touche les Français

 
Un sondage réalisé début janvier par Harris Interactive, en partenariat avec la FNARS, auprès d’un échantillon représentatif de la population française1, montre que 41% Français considèrent avoir été confrontés à une période de précarité au cours des trois dernières années, que ce soit pour eux-mêmes ou pour un proche.

Un sujet majeur pour les électeurs

Force est de constater que les programmes des candidats ne placent pas les enjeux de solidarité au coeur des débats. Les personnes interrogées ne s’y trompent pas : 77% considèrent qu’il ne s’agit pas d’une priorité des programmes. Or, 85% des citoyens estiment que les candidats devraient faire de la lutte contre la précarité une priorité, et ce quelle que soit leur couleur politique, y compris parmi ceux qui considèrent ne jamais avoir été touchés par la précarité.


Associer les personnes en difficulté à la définition des politiques sociales

Face à l’impuissance des dispositifs actuels, ou par simple bon sens, 70% des personnes interrogées estiment positif le fait d’associer les personnes en situation de précarité à l’élaboration des politiques sociales ; un chiffre dont la FNARS se félicite puisqu’elle fait de la participation un enjeu majeur.

Lors d’un débat organisé par la FNARS à Nantes le 14 janvier, Jean-Marc Ayrault, Cécile Duflot, Martine Billard et Dominique Versini ont discuté des enjeux de solidarité avec des personnes en situation de précarité et des travailleurs sociaux.


L’hébergement d’urgence toujours en panne

Parallèlement à ce sondage, le 2ème baromètre hivernal du 115, réalisé par la FNARS afin de suivre l’évolution des demandes d’hébergement d’urgence et les réponses qui y sont apportées, témoigne de l’inertie de l’Etat, en plein hiver. Ainsi, en décembre, 49% des demandes d’hébergement faites au 115 sont restées sans solution. Par ailleurs, l’hébergement demeure un dispositif d’urgence dont les sorties vers le logement restent trop rares. Le baromètre 115 indique en effet que 65% des personnes ayant appelé le 115 en décembre (ou pour lesquelles un appel a été passé) étaient déjà connues dans le dispositif d’urgence. Au moment où une majorité de Français aspirent à des solutions, la politique du « logement d’abord » proposée par le gouvernement reste aujourd’hui encore un vœu pieux.

  Source : FNARS

Publié dans actualités

Commenter cet article