Présidentielles : la négation du politique, par Agnès Maillard

Publié le par dan29000

MONOLECTE.jpgNégation du politique

Plus le temps passe et plus j’exècre cette misérable mascarade que sont les élections présidentielles.

 

Si l'on est profondément attaché à l'idéal démocratique, comment peut-on se contenter de cette intermittence de la citoyenneté, de ce festival de coups bas et de promesses médiocres qui ne visent qu'à flatter les intérêts supposés de telle ou telle catégorie fabriquée pour les besoins de la chose ? Comment peut-on accepter que tout l'espace de la pensée, du débat et de la chose publique soit totalement saturé par la guerre des chefs, les attaques personnelles, les petites phrases, les chiffres sortis de nulle part, jetés à la gueule de tous pour tordre, encore et encore, le monde réel tel qu'il est totalement fantasmé par le petit bout de la lucarne ? Le vote n'est pas un blanc-seing. Ce n'est pas non plus un pis aller, une formalité à subir avant de retourner vaquer à ses petites occupations.

Je ne vais pas vous dire ce que vous devez faire, penser, vouloir, espérer. Il y a dans toute cette agitation stérile quelque chose de l'ordre de l'injonction impérative qui me hérisse profondément le poil : tu dois voter, tu dois choisir, mon candidat plutôt que le sien. Je n'aime pas le côté militant qui impose sa vision du monde à tout prix : ta gueule, mon candidat est le meilleur, vote pour lui ou tu es un con ! C'est tellement vain, c'est tellement infantilisant, voire méprisant pour le quorum des électeurs qui ne faut pas s'étonner de voir l'abstention grimper en flèche.

Le vote n'est pas un aboutissement, une fin un soi, ce n'est qu'une étape parmi bien d'autres de la vie démocratique, un moment dans le calendrier des nations. Je déteste voir ce qui devrait être un grand moment républicain ne plus être qu'une foire d'empoigne, une sorte du supermarché des mesurettes et des promesses creuses. J'ai l'impression de me retrouver coincée dans un de ces innombrables marchés de Noël qui ont poussé sur les places des grandes villes comme des petits villages, avec leurs baraques en bois clinquantes, leur artisanat de pacotille et leur esprit festif réduit à une simple orgie mercantile factice et sans signification aucune.

Factice

Voilà le mot qui incarne le mieux le cirque actuel : des éditocrates qui recycle inlassablement la même mauvaise soupe à la grimace, non pas pour éclairer nos choix, mais juste pour instiller jusqu'au plus profond de notre être la résignation au choix qui les arrange le plus.
Il ne s'agit en aucune manière de nous apporter les données nécessaires pour comprendre les enjeux de notre époque, ni de laisser les idées s'exprimer, ni d'exposer des projets de société, jamais il n'est question de ce qui est le plus fondamental dans une société humaine : dans quel monde voulons-nous vivre ?
De quelle manière voulons-nous élever nos enfants ? À quelle œuvre voulons-nous consacrer les années qui nous sont imparties ? Comment voulons-nous aimer, grandir, partager, échanger, exister, apprendre, créer, être et mourir ? Dans quel contexte et dans quel but voulons-nous nous lever tous les matins ? Qu'est-ce que nous pensons juste, qu'estimons-nous désirable ou sans intérêt ? Qu'est-ce qui fait battre nos cœurs ? Qu'est-ce qui nous donne envie de continuer ou de changer quelque chose ? Vers quoi voulons-nous tendre, absolument, du mieux que nous le pouvons ?

Est-ce qu'il ne s'agit pas là de questions essentielles ? Pensez-vous réellement que ce que l'ont tente de nous vendre actuellement vaut que nous y consacrions un seul jour de notre précieuse existence ? Avez-vous tant de jours devant vous que vous pouvez vous permettre de les passer à courber l'échine dans l'espoir d'hypothétiques jours meilleurs, toujours remis à plus tard ?

Je ne vais pas vous dire ce que vous avez à faire ou à penser. Je ne vais pas vous exhorter à choisir l'un ou l'autre de ceux qui prétendent nous représenter. Auprès de qui ? Et pour quoi faire, d'ailleurs ? Non, tout ce que j'ai envie, c'est de vous enjoindre à couper le son et à prendre le temps, ce précieux temps qui nous décompté parcimonieusement, ce temps, dont nous partageons tous l'inexorable progression vers le néant. Prendre juste le temps de questionner vos envies profondes, vos espoirs perdus et vos aspirations refoulées. Juste prendre le temps de réfléchir à ce que vous voulez vraiment pour cette vie qui vous a été donnée. Et à partir de là, je pense qu'il vous sera particulièrement facile de faire le bon choix, c'est-à-dire le vôtre.

Actuellement, ce que les politiques fabriquent le plus, ce ne sont pas des projets de société, des visions du monde, des utopies, des envies, des projets. Non. Ce que les politiques, main dans la main avec les élites médiatiques, construisent le plus sûrement, c'est votre camisole mentale de la résignation, de la soumission et du consentement à un ordre mondial de l'exploitation sans vergogne de tous, partout, et tout le temps. Ce qu'ils mettent en scène à longueur de temps, ce n'est pas le théâtre des idées, mais l'illusion de leur impuissance. La ligne directrice de la plupart de leur discours, c'est qu'il existe comme un ordre naturel des choses qui s'impose à eux, comme à chacun de nous, un ordre fondé sur la barbarie la plus sauvage, la compétition sans merci, le mépris de l'autre et l'abandon de tout espoir de mener une vie digne et non entièrement soumise à la dictature de l'argent.

Or, la politique, c'est l'essence du choix et de l'action. C'est le territoire où s'expriment les rapports de force, où se négocient les conditions de vie de chacun. Le pouvoir pris par la finance, les marchés, les multinationales n'est rien d'autre que celui qui leur a été concédé par des traités, des contrats, des lois, toutes, absolument toutes votées par ceux qui se disent nos représentants. Autrement dit, rien dans ce qui distribue les ressources naturelles, rien de ce qui décide du destin, de l'existence de chacun d'entre nous n'est de l'ordre de la fatalité, mais uniquement de la volonté politique de quelques-uns.

Autrement dit, rien de ce qui est saccagé par la barbarie économique ne peut l'être sans le consentement, que dis-je, la complicité pleine et entière des responsables politiques, à tous les échelons de décisions de cette planète.


Il suffit de voir comment le gouvernement actuel, tout en jouant la comédie de l'impuissance face à d’obscures lois économiques invoquées comme des déités indicibles, organise actuellement notre future faillite budgétaire, pour bien comprendre que loin d'être le résultat d'un quelconque cataclysme naturel (voire supranaturel), la crise actuelle est l'instrument voulu et mis en œuvre délibérément pour nous arracher notre consentement à un ensemble de mesures arbitraires dont les principales conséquences seront d'assurer l'accaparement des ressources communes par des groupes restreints qui pourront ainsi affirmer leur domination absolue sur le reste de l'humanité, tout en nous condamnant dans notre immense majorité à des existences de plus en plus précaires, difficiles, âpres et abrégées. Sans autre nécessité première que de vivre et de jouir comme des porcs, sans partage et sans merci.

Ceci n'est donc pas une crise, mais c'est une guerre totale contre les peuples. Ceci n'est donc pas une élection, mais une étape de plus pour s'assurer de notre parfaite soumission à ce qui va suivre, n'en doutez pas.

Maintenant, vous pouvez choisir.

 

Source : LE MONOLECTE, le site d'AGNES MAILLARD

Publié dans actualités

Commenter cet article

Anne Wolff 18/04/2012 08:56


Le premier texte que je lis au sujet des élections avec lequel je me sente pleinement d'accord. Plus encore que les réponses issues du marketing électoral, il y a les questions absentes qui m'
interpellent. Comme dans ces intervews qui n'abordent que les questions préétablies et de nature à mettre en valeur le sujet interrogé.


Mais cela fait un bon moment qu'il y a plus à apprendre dans les non dits de la pseudo information que dans ce qui se dit. Idem pour la campagne électorale...

dan29000 18/04/2012 09:39



Bien d'accord avec vous, un super texte, comme souvent dans le MONOLECTE