Prix Pinocchio du développement durable : Somdiaa, Eramet et Crédit Agricole

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

pinocchio.jpg

 

 

 

 

http://www.amisdelaterre.org

Et les lauréats des Prix Pinocchio du développement durable sont…

 

 





Les Amis de la Terre ont décerné le 9 novembre les Prix Pinocchio du développement durable 2010, sur la base des votes des internautes. Cette année, les lauréats sont le groupe Somdiaa dans la catégorie « droits humains », Eramet dans la catégorie « environnement », et le Crédit Agricole dans la catégorie « greenwashing ».



Dans la catégorie « droits humains » c’est le groupe Somdiaa, dirigé par la famille Vilgrain, qui a reçu le prix avec 32 % des votes dans sa catégorie, pour les impacts de ses activités de production et de transformation de canne à sucre, dont l’extension se fait aux dépens des communautés rurales qui voient leur sécurité alimentaire menacée. « Les Prix Pinocchio permettent de mettre en exergue les méfaits de certaines multinationales sur les conditions de vie et de travail des populations dans nos pays. Ainsi les habitants de Ndo espèrent que ce prix fera réagir Alexandre Vilgrain, PDG de la Somdiaa, et qu’il usera de son influence pour mettre un terme aux violations de leurs droits par sa filière camerounaise, la Sosucam » explique Yves Zoa, secrétaire général du Coden [1], organisation partenaire de Peuples Solidaires.


Le groupe Eramet a quant à lui reçu le prix Pinocchio dans la catégorie « environnement » avec 40 %. Les internautes condamnent la multinationale française pour le projet de développement de la mine de nickel de Weda Bay, en Indonésie. Ce cas illustre le double discours du groupe qui, loin de l’image d’ « entreprise citoyenne », vient d’obtenir une caution de la Banque mondiale pour un projet extractif à grande échelle dans les fragiles écosystèmes forestiers de l’île d’Halmahera. Bernard Salamand, président du Centre de recherche et d’information pour le développement, qui avait appuyé la candidature d’Eramet, se félicite de cette distinction et rappelle qu’ « une régulation contraignante des multinationales est d’autant plus cruciale s’agissant de l’utilisation ou de l’exploitation des ressources naturelles car la satisfaction de la consommation des pays du Nord entraîne une surexploitation de ces ressources au Sud, avec leur cortège de dégradations de l’environnement ».


Pour le « greenwashing » enfin, c’est le Crédit Agricole qui remporte le prix avec 56 % des votes. Lors de sa récente campagne de communication « It’s Time for Green Banking » la banque met en avant son « sens commun » alors qu’en août dernier, elle investissait dans la centrale à charbon de Medupi en Afrique du Sud, un projet polluant et décrié par la société civile internationale.



Les Amis de la Terre et leurs partenaires organisent chaque année les Prix Pinocchio du développement durable pour dénoncer le bilan désastreux de grandes multinationales en termes économiques, environnementaux et sociaux. Après le bilan décevant du Grenelle de l’Environnement, les pouvoirs publics français et européens peinent à encadrer de façon contraignante les activités des entreprises multinationales.


Pour Aloys Ligault, chargé de campagne pour la Responsabilité sociale et environnementale aux Amis de la Terre : « Les normes volontaires type ISO 26000 ne pourront jamais pallier à l’absence d’outils de régulation contraignante des entreprises multinationales. De combien de BP aurons-nous besoin pour que les pouvoirs publics prennent enfin leurs responsabilités ? ».


Les résultats des votes détaillés par catégorie et la vidéo de la cérémonie (rubrique « Galerie ») sont accessibles sur le site www.prix-pinocchio.org


Les images de la cérémonie seront disponibles en ligne dès le 10 novembre sur : www.flickr.com/photos/amisde...
Notes

[1] Comité de développement de la région de Ndo. Peuples Solidaires peuvent vous mettre en relation avec notre partenaire camerounais, le Coden (Comité de développement de la région de Ndo).

Publié dans environnement

Commenter cet article