Prostituées : l'étrange haine des féministes abolitionnistes

Publié le par dan29000

Prostituées : pourquoi tant de haine de la part des féministes abolitionnistes ?

Avatar de Peggy Sastre

Par 
sexe, science et al.

LE PLUS. Éternel débat que celui de savoir s'il faut interdire purement et simplement la prostitution. Mais quand le courant dominant du féminisme et des mouvements abolitionnistes ne reconnait même plus à ces femmes leur dignité parce qu'elles se prostituent, cela fait-il vraiment avancer la cause féminine ?

Édité par Maxime Bellec   Auteur parrainé par Mélissa Bounoua

 

 

C'était il y a un an, le 5 novembre 2011. Pendant une manifestation, des personnes en prennent d'autres à partie : huées, chahutées, insultées, intimidées, on leur fait comprendre qu'elles ne sont pas les bienvenues, qu'elles doivent "dégager". La raison ? Ce sont des prostituées, ou des sympathisants à leur cause, chassées d'un rassemblement contre les "violences faites aux femmes".

 

Les putes ne seraient-elles pas des femmes ? Est-il logique d'user de la même violence, des mêmes procédés que, par ailleurs, on honnit comme dominateurs, patriarcaux, discriminatoires, stigmatisants ?

 

C'est en tout cas souvent l'impression qu'on peut avoir en lisant, écoutant ou regardant les mouvements féministes les plus proches du pouvoir actuel. Ceux qui chuchotent à l'oreille de ministres que ça serait bien de pénaliser les clients, que la prostitution est une abomination qui ne mérite que d'être éradiquée, quitte à bien commodément oublier que derrière un concept, ce sont les existences parfaitement concrètes d'individus qui sont en jeu, en danger. On aurait tort de les considérer comme accessoires, comme "dommage collatéral" d'une idéologie prioritaire, quitte à raser d'un peu trop près les têtes qui dépassent.

 

Le mépris ordinaire de certaines féministes vis-à-vis des prostituées

 

Contre ce féminisme excluant, contradictoire, Morgane Merteuil a décidé d'écrire, elle qui, le 5 novembre dernier, se trouvait justement aux premières loges :

 

"Dans mon job d'hôtesse de bar américain, j'ai très vite réalisé que si je voulais gagner plus de 20 euros par soirée, il fallait que je me mette à tailler des pipes. À la réflexion, je n'y ai vu aucun inconvénient, préférant cela pour payer mes études de lettres à plein d'autres boulots minables. Bref, je me suis lancée. Je n'imaginais pas alors que, trois ans plus tard, je me ferais censurer, taxer de 'honte du défilé' dans une manifestation contre les violences faites aux femmes. Je n'imaginais pas me faire ainsi conspuer, en tant que femme, au nom du féminisme, ce mot synonyme de liberté pour tant de luttes passées, présentes et sans doute à venir."

 

Ainsi débute "Libérez le féminisme", un livre dont le nombre de pages est inversement proportionnel à sa vitalité argumentative. Un livre fondamentalement "ouvert", comme le dit si bien Eugénie Barbezat, sans dogmatisme, sans mode d'emploi, sans grandes théories absconses, juste un grand bol d'oxygène dans un contexte qui étouffe de tous les côtés.

 

À mon sens, la plus grande qualité de ce livre et de son auteur, c'est qu'ils remettent l'individualité et la diversité au centre d'une pensée percluse de systématisme, tout en révélant l'un des problèmes fondamentaux du féminisme "mainstream", selon les termes de Merteuil : le fait que la non-prise en compte des prostituées, leur "invisibilité" dans des débats qui les concernent en premier lieu relèvent non pas de notions rationnelles, mais de réflexes tout bonnement haineux, déguisés a posteriori en arguments.

 

 

 

D'où vient cette haine ? Morgane Merteuil ne le sait pas vraiment, mais elle la constate au quotidien :

 

"Les féministes mainstream arguent que défendre le droit de se prostituer, c'est défendre une vision de la société où les hommes peuvent acheter le corps des femmes et que c'est pour ça qu'elles ne peuvent cautionner les discours des putes qui se revendiquent telles et ne veulent pas changer de boulot; cet argument est pourtant totalement infondé, puisque d'une nous ne vendons pas notre corps; et de deux, surtout, je pense au contraire que rendre la prostitution visible revient à montrer que le consentement des femmes ne va pas de soi, qu'il peut être contractualisé".

 

Dans son livre, il y a par exemple (p.99) cette anecdote proprement hallucinante où, lors d'un débat sur la prostitution, Fadela Amara lui rétorque : "Oui mais alors les filles comme vous qui font ça par plaisir, je vais vous dire, moi je m'en fous !" Un incident loin d'être isolé dans la vie de Morgane Merteuil, pute, mais aussi secrétaire générale du STRASS, et à ce titre présente dans bon nombre d'événements militants. Elle confirme :

 

"Lors de débats, cela n'est pas du tout rare, lorsque l'on émet l'idée que l'on a pu se prostituer par choix, de se faire répondre des propos particulièrement haineux et méprisants du genre 'bah alors, si tu fais juste ça pour le fric, viens pas te plaindre !' En gros, t'es qu'une salope feignante, tu ne nous intéresses pas. Si ces propos ne sont pas forcément cautionnés et/ou utilisés au nom des associations abolitionnistes, leur récurrence de la part de gens se revendiquant abolitionnistes me laisse quand même imaginer soit une sorte de jalousie soit un véritable mépris de classe pour celles qui sont réputées gagner leurs vie seulement en écartant les cuisses."

 

Ici, Morgane Merteuil me rappelle les paroles de Sonia Verstappen, entendues dans le mirifique documentaire de Jean-Michel Carré : "Si l'homme paie, on doit des comptes à la société."

 

Ces féministes instaurent-elles un nouveau puritanisme par-dessus un ancien ?

 

Pour le féminisme mainstream, celui qui influe sur les lois votées hier, aujourd'hui et demain, l'expérience, le discours individuels d'une pute ne comptent pas, il ne s'agit au mieux que d'une "exception" sur laquelle on peut facilement s'asseoir. Seule compte la société qu'elles s'inventent, à coup de chiffres faussés, des mythes qui se nourrissent du caractère encore tellement suspect de la sexualité...

 

Car c'est bien là le nœud du problème : à rebours d'un mouvement historique inédit discréditant des structures "autocratiques" comme le clan, la religion ou la nation, le cœur idéologique du féminisme mainstream répond "dignité", un concept qui enterre à nouveau l'individu sous une bonne couche de transcendance – et interdit par la même occasion tout recours logique.

 

Dans ce sens, il n'y a visiblement aucune incohérence à justifier par l'autonomie ou l'émancipation des femmes des mesures qui en néantisent certaines. "C'est d'ailleurs une des conséquences de leurs discours qui me désole", me dit Morgane Merteuil :

 

"Leur argumentaire vise à ôter toute responsabilité aux femmes qui ont eu un jour, peu importent les raisons, recours à la prostitution pour se faire du fric, comme si cette décision avait besoin de circonstances atténuantes, et donc comme si elle était condamnable sans cela. À partir de là, ta seule chance pour être acceptée en tant que pute dans ces mouvements féministes est de faire amende honorable (je me prostitue, mais je cherche à m'en sortir); si tu ne t'excuses pas de faire ce boulot, alors on ne peut rien pour toi."

 

Dur dur de se prétendre chevalières de la dignité féminine quand envisage deux catégories de femmes : celles qui la méritent, et celles qui ne la méritent pas.

 

 

SOURCE /  NOUVEL OBS LE PLUS

Publié dans actualités

Commenter cet article

sainkho 17/07/2013 10:32

Chère Peggy Sastre, il faudrait VRAIMENT que vous vous penchiez sur la question et l'analyse sociologique de la prostitution avant de faire du copié collé d'avis tout fait d'un syndicat qui n'est pas représentatif des prostitué-es et passe son temps à faire du lobbying auprès des journalistes. alors commencez par faire votre travail d'investigation avant de cracher sur une cinquantaine d'associations en France et un réseau international de survivant-es, qui luttent contre l'exploitation sexuelle et la prostitution, une broyeuse d'âme, gangrénée par les violences, le crime et les addictions, sans parler d'ne traite immonde d'êtres humains (avec une forte proportion de mineur-es) qui est la priorité des priorités. les abolitionnistes ne sont pas des putophobes, ils sont sur le terrain et ne méprisent pas les personnes prostituées qu'il fréquentent au quotidien pour certains. vous rendez vous seulement compte que vous portez la voix des proxénètes avec ce genre d'article mensonger ? la haine est du côtyé du Strass qui agresse sans arrêt les abolitionnistes. la prochaine fois réfléchissez un peu plus avant d'écrire. merci.

dan29000 17/07/2013 10:42

Nous n'allons pas répondre à la place de Peggy Sastre. Nous n'avons que fait écho à ses propos en publiant son article, car nous partageons sa pensée. Pourtant une rapide réponse à vos allégations, la haine n'est pas du côté du Strass, mais l'intolérance et un immense conformisme est bien parmi les valeurs de base des abolitionnistes que l'auteur de ce blog a eu la malchance de rencontrer lors d'un débat public lors du Festival du film de Douarnenez en aout dernier. Quant on voit chaque jour en France, et ailleurs, se développer les actes racistes et fascistes ou homophobes, là, on peut se permettre d'employer le terme de haine...Donc il vous serait sans doute utile de réviser le sens de votre vocabulaire, et de suivre l'actualité avant d'écrire un tel commentaire. Même s'il est bien dans l'état d'esprit consternant des abolitionnistes.
Quant à l'accusation de porter la voix des proxénètes, heureusement pour vous que le ridicule ne tue plus depuis longtemps. Dan29000 pour Danactu-resistance