Quand les travailleurs sociaux craquent : souffrances dans le travail et dans la rue

Publié le par dan29000

Quand les travailleurs sociaux « craquent »

dimanche 2 décembre 2012


Des travailleurs sociaux craquent.
Ils n’ont en rien les moyens de répondre à la détresse des personnes en grande précarité.


On nous transmet ces textes que vous trouverez-ci dessous. Nous entendons aussi des maraudeurs qui passent des heures à tenter de joindre un standard qui ne peut leur répondre. Des travailleurs sociaux appellent durant des heures. Ils n’ont le droit de ne faire que 3 demandes d’hébergement à la fois. Donc 2 appels pour 4 personnes à héberger. Et à chaque appel, jusqu’à 3 heures de passées à attendre, pour le plus souvent une réponse négative.
Faut-il poursuivre ainsi, avec une « coquille vide », une énorme machine à répondre « non, il n’y a pas de place ! ». Faut-il laisser les travailleurs sociaux s’épuiser à tenter de joindre un standard ? Faut-il continuer comme chaque hiver à transmettre le message aux citoyens : appelez le 115 ?
Dans certains département, pour gérer la pénurie avec un semblant d’équité, on ne doit pas répondre oui plus d’une fois par semaine en hiver pour les célibataires… et en été, une fois toutes les deux semaines…
on touche l’absurde.
Certains travailleurs sociaux ont fait valoir leur droit de retrait.

Jusqu’à quand continuerons-nous ainsi ?

Et pour un certain nombre de personnes, il est question de vie ou de mort.

A lire absolument !

Deux textes à lire, sur l’impuissance des travailleurs sociaux


Droit de retrait de travailleurs sociaux Que faire pour les familles à la rue ?
JPEG - 45.2 ko JPEG - 26.6 ko

_

 

========================================

 

« Je ne peux plus... » Le 115 ne répond plus


10 octobre 2012 Par Friture Mag


 

L’ensemble du personnel de la Veille Sociale (115, PAIO, EMSS) de Haute-Garonne exerce depuis jeudi dernier son droit de retrait. Une rencontre s’est déroulée le mardi 9 après-midi entre les représentants des services de l’Etat (Sous-Préfète et Directrice départementale de la cohésion sociale), de la Ville et du CCAS (Adjointe au Maire, directrice et secrétaire général du CCAS) et l’ensemble de l’équipe salariée de la Veille Sociale pour tenter de trouver des solutions pérennes.

Nous publions le témoignage édifiant d’un travailleur social sur ses conditions de travail.


A lire sur www.frituremag.info

Les pouvoirs publics, Etat et Ville, se sont engagés à tout mettre en œuvre dans les prochaines semaines pour améliorer la situation de l’hébergement d’urgence en Haute-Garonne. Des pistes ont été évoquées, mais sous réserve des enveloppes budgétaires qui seront allouées dans le cadre du plan hivernal.

De ce fait, il a été décidé aujourd’hui de poursuivre l’exercice du droit de retrait.

  • Témoignage d’un membre de l’équipe de la Veille sociale de Haute-Garonne ( 11, PAIO, EMSS) ), qui use de son droit de retrait depuis quelque jours.

« Je suis travailleur social sur la Veille Sociale Départementale de la Haute-Garonne. J’ai pour mission d’accueillir, d’informer et d’orienter les personnes les plus démunies en intervenant sur les trois services : le 115, le PAIO ou l’EMSS. J’ai surtout pour mission de faire valoir les droits des personnes, notamment le droit à l’hébergement et au logement.

Depuis jeudi dernier j’use de mon droit de retrait car je me sens en situation de danger imminent. Je ne peux plus assurer correctement et sereinement ces missions. Je suis en souffrance sur mon lieu de travail.

Je travaille depuis de nombreuses années sur le service, j’ai acquis de l’expérience. J’ai toujours exercé ces missions en toute connaissance des difficultés.

Mais aujourd’hui :

Je ne peux plus répondre à l’appel d’une femme sur le 115, en espérant qu’elle soit victime de violence conjugale, seule situation qui me permet actuellement de trouver une solution d’hébergement.

Je ne peux plus, suite au signalement d’un citoyen bienveillant, rencontrer un homme installé sur un trottoir le soir à 22h et lui dire que je ne peux pas répondre positivement à sa demande d’hébergement. Je ne peux plus rappeler ce citoyen et lui dire que la personne va passer la nuit sur le trottoir et que finalement son appel n’a servi à rien.

Je ne peux plus rencontrer une famille dans la rue la nuit et évaluer la situation sereinement, sachant qu’alors que je lis la fatigue dans les yeux des enfants je vais devoir lui dire que je n’ai pas de solution.

Je ne peux plus comme seule réponse à une demande d’hébergement me résigner à ne donner qu’un duvet.

Je ne peux plus rencontrer, à la gare le soir, une femme fragile, épuisée, désespérée qui me demande de la protéger sachant que je vais lui répondre qu’elle va devoir passer la nuit dehors lorsque la gare va fermer et qu’elle sera alors encore plus en danger.

Je ne peux plus recevoir une famille sans hébergement au PAIO, en espérant qu’elle va me dire qu’un des enfants souffre d’une maladie grave ou qu’elle a été victime de sévices, car je suis en quête d’éléments dramatiques qui me permettraient d’éventuellement lui proposer quelques nuits de repos à l’hôtel.

Je ne peux plus accueillir correctement un homme qui se retrouve brutalement dans une situation de dénuement et qui se sent amoindri car je sais que sa situation risque d’empirer sachant que je n’ai pas de solution à lui proposer.

Je ne peux plus recevoir une famille en sachant que je vais être tenté de proposer au père de se séparer du reste de sa famille car cela pourra peut-être me permettre de mettre la mère et les enfants à l’abri.

Je ne peux plus voir la santé d’hommes et de femmes se dégrader de jour en jour, voire des personnes mourir à la rue, faute de solution d’hébergement adapté.

Je ne peux plus voir les larmes dans les yeux des femmes et des enfants que je suis sensé aider ou dans les yeux de mes collègues entre deux entretiens difficiles.

Je ne peux plus exercer mes missions dans la mesure où je ne peux plus faire valoir un droit reconnu comme fondamental, le droit à l’hébergement et au logement. »

Salariés de la veille sociale départementale exerçant comme notre collègue notre droit de retrait, nous nous retrouvons dans ce témoignage.

 

 

SOURCE / MORTS DE LA RUE.ORG

 

 

 

Publié dans actualités

Commenter cet article