Québec : un syndicat étudiant met en vente des bâtiments scolaires

Publié le par dan29000

 

Un syndicat étudiant du Québec met en vente les bâtiments scolaires supérieurs

 
de : sudiste de base

 

 

 

Hausse des frais de scolarité : l’Association pour une Solidarité Syndicale Etudiante (ASSE) lance sa campagne en mettant symboliquement en vente six cégeps et universités de la province

 

 

 

Montréal, 22 août 2011- En cette journée de rentrée scolaire pour des milliers d’étudiants et d’étudiantes du cégep [collège d’enseignement général et professionnel est un établissement d’enseignement collégial public québécois où est offerte une formation technique et pré-universitaire], l’Association pour une solidarité syndicale étudiante lance officiellement sa campagne visant à faire faire reculer le gouvernement Charest sur sa hausse des frais de scolarité. « Depuis les derniers mois, nous n’avons cessé de nous mobiliser afin de dénoncer la hausse des frais de scolarité. À partir d’aujourd’hui, nous augmenterons la pression à chacune de nos actions, jusqu’à ce que le gouvernement renonce à augmenter les frais. » déclare Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de l’ASSÉ.

Déjà ce matin, des militants et militantes de l’ASSÉ ont symboliquement mis en vente leur cégep ou leur université, afin de protester contre la hausse de leur facture étudiante de 1625$ annuellement à terme. En effet, d’immenses affiches d’agences immobilières ont été mises en place devant le cégep de Sherbrooke, le cégep Lionel-Groulx à Sainte-Thérèse, le collège Saint-Laurent à Montréal et le cégep François-Xavier-Garneau à Québec, l’Université McGill et l’Université du Québec à Montréal. « Nous mettons aujourd’hui nos cégeps et nos universités en vente pour illustrer l’absurdité de la vision de l’éducation qu’à le gouvernement libéral. Pour nous, l’éducation n’est pas une marchandise ou un investissement économique, mais plutôt un droit fondamental », ajoute le porte-parole. « Ce qui se cache derrière la hausse des frais de scolarité, c’est la privatisation du système d’éducation québécois ».

« Le gouvernement libéral justifie sa hausse des frais de scolarité en affirmant que l’éducation postsecondaire sert avant tout l’économie. Pour nous, elle est plutôt un service public qui doit être accessible à tout le monde, peu importe l’épaisseur de son portefeuille ! » conclut Gabriel Nadeau-Dubois.

Seule association étudiante nationale comprenant des membres de tous les cycles d’enseignement supérieur confondus, l’ASSÉ regroupe actuellement près de 45 000 membres dans les cégeps et les universités du Québec. Elle milite depuis sa création pour l’accessibilité à un système d’éducation gratuit, public et de qualité.

 

 

 

Source: Bella ciao

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 25/08/2011 12:28


C'est une très bonne idée que de vendre ces bâtiments administratifs ... Cela pourrait aider nos étudiants dans nos régions ... Ça permettrait que les étudiants soient moins taxes ... Espérons que
ça marche pour eux ...


dan29000 25/08/2011 13:42



je pense que c'est surtout pour attirer l'attention sur le problème particulier des étudiants, car s'il fallait attendre de vendre des bâtiments pour financer les universités, on irait-on ?