RAVIF : Réseau Anti-Videosurveillance d'Ile de France

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

 

stop--50----50--.pngOuverture du RAVIF : Réseau Anti-Vidéosurveillance d’Ile de France


Appel à la mobilisation des Francilien-ne-s contre le déploiement de la vidéosurveillance dans les communes d’Ile de France.

 

 

 

 


Le RAVIF a été créé en février 2010 à l’initiative d’adhérent-e-s d’Ile de France de la Ligue des droits de l’Homme exaspérés par l’attitude irresponsable de maires et de conseillers municipaux au sujet de la vidéosurveillance. Ce réseau organise des actions d’information des citoyens sur cette technologie et d’opposition à son déploiement dans la région.


Le RAVIF proteste notamment contre l’intolérable rétention d’information sur les plans d’installation des caméras orchestrée par nombre de municipalités franciliennes cherchant à imposer ces équipements sans débat contradictoire, sur la seule base de l’idéologie sécuritaire ambiante. Aussi, usant du droit d’accès des citoyens aux documents administratifs, le RAVIF a lancé cet été une campagne pour rappeler aux mairies franciliennes une obligation essentielle : communiquer aux habitants qui en font la demande toutes les informations (notamment les coûts) relatives aux dispositifs de vidéosurveillance en place ou en projet sur leur territoire. Cette opération permettra aussi d’effectuer un état des lieux de la vidéosurveillance dans l’espace public en Ile de France.


Pour mémoire, la Chambre régionale des comptes de la région Rhône-Alpes a révélé récemment l’impact négligeable sur la sécurité publique des caméras de vidéosurveillance installées dans les villes de Lyon et de Saint-Etienne. Dans cette dernière ville, la mairie investit depuis 2001 de 1,3 à 1,5 million d’euros par an dans la vidéosurveillance. Il est estimé qu’elle permet de repérer entre 1 et 2 % des crimes et délits commis dans la commune et poursuivis par la police. Un rapport coût/efficacité qui s’avère donc totalement insignifiant. Depuis 2003, Lyon dépense annuellement entre 2,7 et 3 millions d’euros dans ces équipements pour voir la délinquance sur la voie publique baisser beaucoup moins rapidement que dans la ville contigüe de Villeurbanne qui refuse la vidéosurveillance (respectivement -33% et -48%) ; et la Chambre régionale des comptes de conclure : « on peut observer que l’outil est suffisamment coûteux pour qu’une évaluation globale de son intérêt soit entreprise ».


Est-il acceptable que l’Etat et la Mairie de Paris engagent la somme colossale de 300 millions d’euros pour équiper de caméras les rues de la capitale et que des communes franciliennes leur emboitent le pas, alors qu’à Lyon et St-Etienne l’utilité de la vidéosurveillance est sérieusement mise en doute par une autorité indépendante ? Est-il acceptable que la loi Loppsi 2, discutée aujourd’hui 29/09/10 en commission des lois à l’assemblée nationale, organise le développement à grande échelle de la vidéosurveillance en ignorant de tels faits ? Cette loi, qui confie une mission régalienne -la sécurité publique- à des officines privées, atteste un peu plus du mépris dans lequel le gouvernement et nombre d’élus tiennent à la fois les finances publiques, la sécurité de nos concitoyens et leurs droits et libertés fondamentaux.


Le RAVIF appelle les Francilien-ne-s à interpeller leurs représentants dans les assemblées locales et nationales et à leur demander dès à présent des comptes. Leur sureté mérite mieux qu’une politique fondée sur les mirages technologiques de la vidéosurveillance mise en place au détriment de solutions effectives et respectueuses des droits de l’homme.


Contacts : ravif@ravif.fr
Source : www.ravif.fr
 


Publié dans écrans

Commenter cet article