Reconnaissance de la Palestine : lettre ouverte de 700 élus locaux

Publié le par dan29000

Palestine-copie-1.jpg 

 

 

 


700 élus locaux ont signé une lettre ouverte François Hollande, Président de la République Française. Ils y exposent pourquoi, en accord avec le peuple français majoritairement pour, la République française doit reconnaître l'Etat palestinien et tout faire pour sa reconnaissance officielle au sein de l'Europe et de l'ONU. D'autant que l'Assemblée générale des Nations Unies qui se tient dans quelques jours, le 29 novembre prochain, serait l'occasion parfaite.

 


 

 

Monsieur le Président,

 

Nous  sommes  maires,  élus  de  villes  et   de  collectivités  françaises.  Nous  sommes  engagés  dans  des  actions   de  coopération  et  de  jumelages  en  direction  du  peuple  palestinien.  Ce  sont  souvent  nos  concitoyens  qui   nous  ont  amenés  à  prendre  part  dans  ce  combat  universel  pour  la  liberté.  La  population  de  nos   villes,  de  nos  quartiers,  diverse,  plurielle,  consciente  des  enjeux  de  société  porte  cette  solidarité  en   direction  du  peuple  palestinien   depuis  longtemps  et  plébiscite  majoritairement  nos  démarches.  Nous  l’avons  écoutée.  Elle  est  «  l’opinion  publique  »  comme  on  dit  dans  les  médias,    elle  expriment  sur  le  terrain   son  soutien  et  attend  de  ses  élus  des  actes  au  delà  des  paroles.

Monsieur  le  Président,  ensemble,  élus  de  la  République ,  nous  attendons  également  des  actes  au  delà  des   paroles  au  plus  haut  niveau  de l’Etat.  Nous  souhaitons  amplifier  le  mouvement  de  reconnaissance  de   l’état  palestinien,  exiger  des  faits  et  faire  le  choix  de  la  justice,  du  droit et  de  la  paix.   Nous  sommes   fiers  de  soutenir,  avec  tous  les  peuples  attachés  aux  valeurs  de  gauche,  les  grands  mouvements  de   libération et  de  solidarité  des  peuples  du  monde,  comme  la  France  l’a  déjà  fait  par  le  passé…    

« J'ai combattu la domination blanche et j'ai combattu la domination noire. J'ai rêvé de l'idéal d'une société libre et démocratique où tout le monde vivrait en harmonie avec des chances égales. C'est un idéal pour lequel je veux vivre et que je veux réaliser. Mais, s'il le faut, c'est aussi un idéal pour lequel je suis prêt à mourir ». Nelson   Mandela   a   été   la   figure   emblématique   qui   a   donné   détermination  et  âme  à  la  lutte  du  peuple   africain   et  aux  so lidarités   internationales   qui  les   ont   accompagnées.   Car,   pour   venir  à  bout  du   régime   répressif   de   l’apartheid   en   1991,  il  a  fallu  l'action   conjuguée   menée   à   l'intérieur   du  pays  et  celle  à   l’extérieur,   notamment   en   Europe.  Le  Mouvem ent   Anti -­‐Apartheid   dont   les   partis   de   gauche  ont  été  les   initiateurs,  a  été  un  puissant  facteur  de  sensibilisation  des  opinions  publiques,   particulièrement  en  France.  

Aujourd’hui,  un  peuple  est   encore  en  souffrance  et   un  véritable  désastre  humain,  politiqu e  et  social  est  en   accélération.  Il  s’agit  du  peuple  palestinien.   Longtemps  menacé  de  disparition,  nié  pendant  des  décennies,  son   identité  et  sa  cohésion  se  sont  forgées  dans  la  lutte  pour  l’autodétermination,  souvent  depuis  les  camps  de   l’exil.  Les  réfugiés  sont  eux,  les  grands  oubliés  de  la  «  question  palestinienne  »  et  l’objet  de  « marchandages »     de  la  honte.  Les  puissances  occidentales  restent  sourdes  et  aveugles  au  sort  des  palestiniens  depuis  64  ans  et   personne  ne  semble  vouloir  empêcher  ce  que  l’on   cherche  à  faire    en  Cisjordanie,  à  Gaza  et  dans  les  camps  de   réfugiés  de  la  diaspora  :  les  réduire  à  un  peuple  soumis,  réduire  à  néant  les  espoirs  d’un  état  palestinien   et  pire,  les  espoirs  de  paix  dans  la  région. 

A moins  qu’un  grand  mouvement  internation al  identique  à  celui  qui  a  mis  fin  au  système  de  l’apartheid  en   Afrique   du   Sud   se   développe   pour   mettre   fin   à   une   vision  Proche  Orientale  réductrice  dont   l’aboutissement   ne   sera   que   guerre   généralisée   avec   des   répercussions   et  des  impacts  graves  jusqu’en   Europe.     

Il  est  donc  de  notre  responsabilité  d’y  prendre  part.    

Le  peuple  français  ne  se  trompe  pas.  Il  exprime  régulièrement  et  majoritairement  son  soutien  au  peuple   palestinien.  Ce  n’est  pas  un  hasard.  L’histoire  de  notre  pays  qui  a  vécu  l’occupation  pendant  la  grande   guerre,  la  mobilisation  pour  résister,  celle  du  pays  des  droits  de  l’Homme ,  de  l’expression  de  la  liberté,  de   la  fraternité,  nous  oriente  naturellement  à  défendre  le  peuple  palestinien  qui  aspire  à  la  reconnaissance  et   à  la  liberté. 

Cette  reconnaissance  officielle  de  l'Etat  palestinien  n’est  pas   seulement  un  act e  symbolique  vers  la  paix.   Elle  représente  une  ultime  avancée  dans  le  processus  politique  pour  aboutir  à  des  décisions   concrètes  visant  à  rompre  la  colonisation  israélienne  et  parvenir  à  l’autodétermination  du  peuple   palestinien.

Ce  n’est  pas  une  utopie.  Cela  est  conforme  au  droit  international,  à  tous  les  accords  signés  depuis  Oslo,  en   passant  par  la  feuille  de  route,  le  plan  de  paix  arabe,  les  diverses  conférences  de  paix  jusqu'aux   déclarations  officielles  de  nombreux  présidents  en  France  et  partout  dans  le  monde.  Cela  concrétiserait   une  promesse  trop  longtemps  et  injustement  retardée  qui  a  eu  pour  conséquence,  sur  le  terrain,   l'installation  d'une  situation  inextricable  et  explosive.     Reconnu  déjà  par  120  pays,  dont  de  nombreux  pays  émergents  qui  compteront  dans  l’avenir,  l’état   palestinien  doit  devenir  une  réalité.  La  France  et  l’Europe,  qui  défendent  la  liberté,  la  démocratie,  les   valeurs  républicaines  et  qui  ont  félicité  les  révoltes  arabes,  doivent  aussi  porter  les  espoirs  du  peuple   palestinien  qui  aspire  à  son  indépendance.   

La  Palestine  dispose  d’une  population  permanente,  d’un  territoire  défini  dans  un  compromis  historique   sur  22%  de  sa  terre  originelle  (en  dépit  du  fait  que  ses  frontières  sont  sans  cesse  violées  et   unilatéralement  redessinées),  d’un  gouvernement  légitime,  d’institutions  opérationnelles,  d’un  système   économique  et  de  la  capacité  d’entretenir  des  relations  internationales.  Elle  correspond  aux  normes   internationales  qui  définissent  l’existence  d’un  état  conformément    à  la  convention  de   Montevideo  de   1933  sur  les  droits  et  devoirs  des  Etats,  formant  les  bases  fondamentales  de  la  Charte  des  Nations  Unies  et   du  système  des  relations  internationales.

Les  responsables  politiques  palestiniens  ont  travaillé  sur  la  constitution  d’un  système  politique   démocratique.  Ils  veulent  vivre  en  paix  et  prospérer  aux  côtés  de  leurs  voisins  israéliens.  Ils  apportent   régulièrement  des  garanties  sérieuses  à  l’ONU  pour  cr éer  un  état  libre  et  indépendant  sur  les  frontières  de   1967  avec  Jérusalem  Est  pour  capitale. 

Il  faut  les  aider,  M onsieur  le  Président.  Nous  avons  décidé  de  les  aider.  Nos  populations  ont  majoritairement   décidé  de  les  aider.  Nous  vous  demandons  de  porter  cette  grande  ambition  vers  la  paix,  concrètem ent  au   niveau  de  l’Europe  et   pousser  celle  ci  pour  qu’ elle  reconnaisse  officiellement  l’Etat  palestinien .

C’est  l’équité  qui  rendra  la  paix  et  permettra  aux  peuples  de  vivre  ensemble  dans  la  sécurité.

Cet  idéal  de  paix,  de  justice  ne  pourra  se  réaliser   que  si  nous  abordons  mieux,  ici  aussi,  les  réalités  de  terrain,   en  ne  confond ant  pas  guerre  de  religion  et  colonialis me,  en  évitant  les  amalgames  et  les  communautarismes .   La  reconnaissance  officielle  de  la  Palestine  favorisera  les  échanges  directs,  fera  connaître  le  peuple   palestinien,  sa  culture,  son  histoire ,  ses  épreuves  et  ses  luttes.  Elle  encouragera  les  actions  de  rapprochement   des  populations,  développera  l’amitié  et  la  solidarité  entre  les  peuples,  mettra  en  commun  des  mo yens  et  des   compétences  pour  concrétiser  ensemble  des  projets.  Faisons  vivre  concrètement  nos  valeurs  de   démocratie,  de  solidarité,  de  respect  des  droits  égaux,  de  citoyenneté…  C’est  ce  que  nos  populations   attendent  d’un  gouvernement  de  gauche. 

La  France  peut  être  ce  moteur  qui  permettra  de  sortir  de  l’impasse  et  aboutir  à  une  paix  juste  et  durable   au  Proche -­‐Orient.  Ce  combat  politique  nous  concerne  tous,  c’est  un  combat  universel  pour  permettre  à  nos   institutions  internationales  d’être  au  service  de  l’équité  et  du  respect  de  l’humanité.

« L'espoir est une arme puissante quand il ne reste plus rien d'autre ». Nelson  Mandela.    

 

Veuillez  agréer  Monsieur  le  Président  l’expression  de  nos  salutations  respectueuses.

 

voir la liste des signataires sur l'humanite.fr

 

http://www.humanite.fr/monde/gaza-lettre-ouverte-delus-locaux-au-president-509430

 

 

 

SOURCE / malakoffantiliberalunitaire

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article