Rencontres à Montreuil : Faire exister des alternatives à la psychiatrie

Publié le par dan29000

Week-end de rencontres: "La liberte est therapeutique " 
Comment vivre et faire exister des alternatives à la psychiatrie?

Vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 juin 2010
A la titanik, 28 Rue Carnot (Metro Croix de Chaveaux)


Venez voir des Films qui parlent de l'Institution psychiatrique mais qui parlent surtout de luttes contre celle-ci, à travers différentes expériences et lieux alternatifs.
Venez en causer, échanger, vider votre sac, rigoler, gueuler, faire du réseau et pourquoi pas imaginer des projets et des luttes autour de cette thématique..!

Programme des films, concert et slam en pièce-jointe; affiche en pièce-jointe également.

Entrée, bar et bouffe à prix libre!

Nous ne savons pas encore si des toilettes seront accessibles pour des personnes en fauteuil... L'info suivra... On va faire notre possible pour aménager les lieux qui ne sont pas adaptés.

Ce week-end de rencontres est une initiative autonome. Merci à toutes les personnes qui nous ont filé un coup de main pour organiser cet événement!
Pour nous contacter:

http://la-liberte-est-therapeutique.blogspot.com
pimpinpower@no-log.org
Au programme:
vendredi 25

- 18h : ouverture avec le bar et la cantine.

- 18h30 :

Apéro concert avec Démence Précoce, collectif de musiciens issu de l'atelier du Non-Faire! Pour en savoir plus: www.atelierdunonfaire.org/musiqueanf.html

- 20h:

Textes slamés en musique proposés par le collectif Des Hâffreux de l'Atelier d'Expression La Diction, l'Addiction du Dit (Atelier du Non-Faire). Depuis sa mise en place il y a quelques années, les participant-e-s à cet atelier travaillent à écrire leurs propres textes et depuis 2007, année de leurs premières scènes SLAM, ils travaillent également la mise en espace du corps et de la voix. Un musicien les a rejoint depuis un an, utilisant son violon, son ordi ainsi que diverses petites percussions créant une atmosphère propre à chaque texte. Les Hâffreux travaillent actuellement à la création d'un spectacle

- 21h : projection

Beaucoup, passionnément, à la folie

Réalisation : Jean-Michel Carré

Genre : Documentaire

Année de sortie : 2000

Durée : 1h16

Plus qu'un making of... Beaucoup, passionnément, à la folie est un documentaire sur l'aventure de la 1ère fiction de Jean-Michel Carré : Visiblement je vous aime, l'histoire d'un délinquant récidiviste en stage de réinsertion au Coral, «lieu de vie» accueillant des personnes autistes et psychotiques. Un documentaire qui nous emmène dans les coulisses d'une fiction particulière puisque ces derniers ont participé à écrire et interprètent leurs propres rôles. Réalisé avec et pour des personnes autistes et psychotiques, ce documentaire donne à voir leur investissement, leur concentration, leur capacité d'adaptation et de création dès lors qu'ils et elles sont associé-e-s à un acte créatif comme la réalisation d'un film de fiction.

La soirée se prolongera avec le bar et la cantine jusqu'aux derniers métros.
Samedi 26

- 14h : ouverture avec café et thé etc.

- 14h30 : projection

Histoires autour de la folie

Réalisation : Paule Muxel et Bertrand de Solliers

Genre : documentaire

Année de sortie : 1993

Durée : 3h30 (en deux parties)

Les histoires autour de la folie sont d'abord une histoire, celle de l'asile de Ville-Evrard fondé en 1868. Depuis la genèse de ce lieu d'exclusion et des lois qui ont dicté sa création, les auteurs en explorent la mémoire, font l'historique des conditions d'enfermement, des rites barbares du XIXème siècle aux méthodes actuelles. Les thérapies évoluent. Il y a le temps de l'agitation avant les neuroleptiques et le temps de la prostration après les neuroleptiques. De ce lieu de tragédie, une parole s'élève. La parole de celles et ceux qui en ont vécu la réalité quotidienne, soignés, soignants et quelques autres aussi…

- A partir de 18h : bar et cantine

- 20h : projections

Sens interdits

Réalisation : Selma Zghidi (association Hybride Pulse)

Genre : fiction

Année de production: 2008

Durée : 15 mn

L'histoire se déroule dans une ville panoptique et futuriste ultra-sécuritaire. Elle se situe à mi-chemin entre l'hôpital et l'usine, là où le temps n'est régi que par les heures de travail et celles de la prise des pillules "normalis", obligatoire pour tous. En secret, une femme cesse de prendre son "traitement", détourne son usage et commence à rêver d'un ailleurs… Ce film traite de l'enfermement, de l'aliénation par le travail, la surveillance, la peur et par la psychiatrie. Sens Interdits est un film métaphore où l'on ne sait jamais si l'on se situe dans le délire du personnage, sa paranoïa, ou si au contraire, elle seule est lucide dans sa volonté de résister à la folie du réel, du pouvoir, des dérives sécuritaires et du contrôle social.

Hors les murs: Paroles à vif

Réalisation : Abraham Segal

Genre : documentaire

Année de sortie : 1985

Durée : 50mn

Pour la première fois en France, des personnes psychiatrisées ont formé une association : Trames, où la "parole du fou" s'exprime et circule de plein droit. Ce film recueille des témoignages et réflexions sur la folie, la vie avec elle, le regard que pose sur elle la société. Il y est aussi question des traitements psychiatriques, fortement remis en cause, de la relation entre folie, peinture et autres formes de créativité...

La soirée se prolongera avec le bar, la cantine et une "boum" organisée par des meufs, des trans, des gouines et des pédés féministes qui reviendront de manif'! (sous réserve)
Dimanche 27

- 16h : ouverture avec café et thé etc.

- 17h : projection

La Devinière

Réalisation : Benoît Dervaux

Genre : Documentaire

Année de sortie : 2001

Durée : 1h30

Tout commence par l'image réduite, granuleuse, aux couleurs chaudes, d'un film Super 8 tourné vingt ans plus tôt. Celui qui l'a réalisé, Michel Hock, parle en voix off, vingt ans après, des adolescent-e-s en vacances que l'on voit aller sur la plage, jouer dans l'herbe ou avec le regard de la caméra. Ces enfants, nous dit-il, étaient des fous réputés incurables. Encombrant les institutions existantes, on les promettait à l'enfermement des cellules de sécurité et des camisoles chimiques. La Devinière, créée le 18 février 1976, leur a ouvert ses portes avec, comme principe fondateur, de ne les rejeter sous aucun prétexte. Ainsi cette maison est-elle devenue la leur. Avec elle ils ont pu habiter un lieu et se libérer peu à peu de l'angoisse de ne pas avoir de place ni de droit à l'existence. Ici, il a été donné à chacun de vivre sa folie autrement que dans les cris continuels, la défiance et le répression. Au fil des ans se sont créés entre les dix-neuf enfants des liens de solidarité, des tolérances, des habitudes. Ensemble, aidé-e-s et protégé-e-s par les responsables de La Devinière, ils forment aujourd'hui une communauté, une société, sinon miraculeuse, du moins miraculée, à la rencontre de laquelle vient Benoît Dervaux.

- A partir de 18h : bar et cantine

- 20h30 : projection

La Tête dans les toiles

Réalisation : patrice Rolet

Genre : Documentaire

Année de sortie : 2001

Durée : 52mn

"21 comprimés par jour pendant trente-trois ans!", "8 à 10 personnes sur moi pour faire une injection!", "On ne peut pas attacher les gens et dire qu'on va les guérir". Ce sont des fous qui parlent. Tous et toutes crient leur rage. Et fustigent l'institution psychiatrique. En 1983, un infirmier-psy refusant les piqûres et les camisoles chimiques, crée l'Atelier du «non-faire», lieu alternatif qui jouxte l'hôpital de Maison-Blanche (Neuilly-sur-Marne). Sur la porte d'entrée, ce graffiti claque comme une profession de foi :"«J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé". Dans cet espace-défouloir, ouvert à tous et toutes à celles/ceux qui le peuvent on vient chanter, peindre ou simplement s'exprimer. Dans ce lieu, il n'y a pas de fous. Juste des gens "qui respirent mal la vie qu'on leur propose". Attentif au discours des un-e-s et des autres, Patrice Rolet promène sa caméra parmi les toiles colorées.

[1] Franco Basaglia,


Source : http://la-liberte-est-therapeutique.blogspot.

Publié dans actualités

Commenter cet article