Rennes Armorique : quand La Poste se vend aux spéculateurs

Publié le par dan29000

La Poste : PIC de Rennes Armorique : à peine achevée, déjà vendue aux spéculateurs !


jeudi 30 août 2012

SUD PTT 35

 

 

Dans le cadre de la concentration du traitement du courrier, les dirigeants de La Poste ont fait construire une Plate Forme Industrielle Courrier (PIC) en proximité de Rennes (Le Vallon en Noyal sur Seiche). Le bâtiment a été « livré » le 29 mai 2012.

 

Une petite partie des postiers (60 sur les 394 prévus) y travaillent depuis le 18 juin dans des conditions de travail déplorables puisque les travaux d’aménagent ne sont pas terminés.
Pourtant, les patrons de La Poste ne perdent pas de temps pour vendre le bâtiment aux spéculateurs.
Au conseil d’administration qui se déroule le jeudi 30 aout 2012, les dirigeants de La Poste annoncent que la PIC de Rennes Armorique sera vendue 28,8 millions d’euro à un conglomérat (Technical Property Fund 2) dans lequel on trouve majoritairement des assurances (Cardif, etc..) des fonds financiers (Fortis Réal Estate, etc..) et même des mutuelles (la mutuelle générale).
Cet OPCI a été créé en 2008 à l’apogée des « produits dérivés » et de la spéculation immobilière. Il est déjà propriétaire de 12 plates formes dans lesquels travaillent des postiers : 11 PIC (sur 45) et 1 plate forme colis (St Laurent de Mure).
Il est clair que la gestion des patrons de La Poste contrevient à tous les éléments du service public dont ils parlent à chaque instant. L’article 9 de la constitution de 1946 indique : « Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir propriété collective »
Pour les patrons de La Poste, la concentration du traitement du courrier sur 45 PIC n’est qu’une phase transitoire ! Dans le projet CQC, l’objectif des dirigeants de La Poste est de concentrer sur 23 PIC... Les dirigeants de La Poste ne souhaitent donc pas s’embarrasser de la propriété de bâtiments.
Evidemment, ces fonds financiers, nouveaux propriétaires n’ont que faire des postiers. Les bâtiments pourraient abriter des patates ou des ogives nucléaires, ce serait pareil. Seule compte la spéculation immobilière.
La Poste va signer un bail de 12 ans ce qui lui évite d’avoir des « capitaux immobilisés ». Mais les charges de fonctionnement exploseront avec un loyer annuel de 2,2 millions (HT).
Cela démontre une vision financière à très court terme. Les patrons de La Poste de La Poste sont aux abois pour avoir du « cash » compte tenu des « reprises » criblées de dettes (Dexia et CIF).
Le bâtiment lui revenant à 24, 5 millions d’euro, la direction de La Poste espère faire un cash immédiat de 2,8 millions d’euro.
On est donc loin du service public et de sa déontologie. Les dirigeants de La Poste ont fait basculer une entreprise publique dans la spéculation immobilière la plus immonde hypothéquant ainsi l’avenir du personnel.
Seul le personnel fait vivre un service public que les dirigeants de La Poste s’attachent à dévoyer.


 

Rennes le 30 août 2012


Le secrétaire départemental

Serge Bourgin

 

SOURCE / RENNES INFO

Publié dans actualités

Commenter cet article